Critique de film

Psychose 3

"Psycho III"
affiche du film
  • Genre : Thriller – Thriller psychologique
  • Année de production : 1986
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Anthony Perkins
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h33
  • Scénariste : Charles Edward Pogue
  • Musique : Stephen Bray,Carter Burwell, D. Stanton Miranda, David Sanborn
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Anthony Perkins, Diana Scarwid, Jeff Fahey, Roberta Maxwell, Hugh Gillin
  • Récompenses : Nominé aux Saturn Awards catégories Meilleur acteur (Anthony Perkins) et Meilleur film d’horreur en 1987

Toujours dans son "Motel", Norman Bates semble redevenu normal et tente d'aider une jeune femme assez troublée, mais l'ombre de sa mère plane encore.

Les critiques à propos de ce film

Psychose 3 - Le (très) petit frère des deux autres…
Par : Damien Taymans


On prend les mêmes et on recommence. Alors que la séquelle donnée quelque vingt années plus tard au chef-d’œuvre de Hitchcock avait séduit les spectateurs par sa cohérence et sa maîtrise filmique, ce troisième volet n’en est pas moins une suite réchauffée profitant de l’aura du premier épisode (Psychose).

Pourtant, on ne saurait taxer le film d’un manque de cohérence. En effet, reprenant une trame semblable à celle de Psychose 2, Perkins revient exactement là où le précédent épisode nous avait laissé. Ainsi, nous retrouvons des éléments similaires et certains rappels nous sont fournis au long du métrage (le séjour en asile, le meurtre de la douche, le personnage de Spool, …). Malheureusement, le spectateur balance entre deux extrêmes : soit il a vu les deux premiers épisodes et est lassé de ces redites, soit il n’en a vu aucun et il ne possède pas assez d’éléments pour se mettre à flot…

Ces détails mis à part, nous sommes forcés d’avouer que le métrage manque cruellement d’éléments qui ont fait la gloire des deux précédents. Ainsi, on pourra taxer la mise en place de très longue. Le début du film est tiré en longueur de façon outrageuse et il faut patienter une bonne moitié de l’oeuvre pour que celle-ci ne devienne plus attrayante.

Le script, quant à lui, n’est pas non plus du meilleur acabit. Etourdi par la rencontre avec Maureen, ancienne religieuse qui s’est éloignée de Dieu ressemblant étrangement à Marion Crane (la première victime de Norman), Norman Bates ne sait plus où il se situe et semble emprunter le chemin de la rédemption et de la chrétienté. Mais, rattrapé par sa folie et par cette mère qui ne le quitte jamais, Bates tend à redevenir la machine à tuer qu’il était. En somme, on n’a pas avancé d’un pouce depuis Psychose 2 : la voie toute tracée est respectée à la lettre et le troisième opus ne fera jamais montre d’une réelle originalité. La plus belle preuve en est cette récurrence de scènes déjà trop vues telles que l’observation à travers un petit trou percé dans le mur ou la chute vertigineuse dans les escaliers…

Il est des moments où il faut oser prendre des risques. A force de pleurnicher dans les jupes de sa mère, Perkins en a oublié son nouveau statut pour livrer un film trop batesien…


Oeuvres liées :

Psychose (1960)
Psychose 2 (1983)
Psychose 4 (1990)
Psycho 98 (1998)

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage