Critique de film

pub

Petaling Street Warriors

"Petaling Street Warriors"
affiche du film

Kuala Lumpur, 1908. Duyao vend des nouilles sur Petaling Street et sa vie n’est vraiment pas facile. Lichun, sa sublime femme, refuse de coucher avec lui, le contraignant à porter une ceinture de chasteté; deux gangs de voyous lui cherchent constamment des noises (son stand se trouve en plein milieu de leurs territoires); et c’est sans compter sur le gouvernement colonial, inefficace dans sa gestion des conflits locaux. L’arrivée d’une experte en arts martiaux va bouleverser son quotidien.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Petaling street warriors - Le dragon à cinq pattes
Par : Damien Taymans
Tags : NIFFF 2012

Kuala Lumpur, 1908. Au beau milieu de Petaling street, Duyao et son épouse vendent des nouilles. Leur échoppe mordant à la fois sur les territoires ouest et est de la rue commerçante, les proprios doivent graisser la patte des deux chefs de gangs de voyous qui lui cherchent constamment des noises. Et il ne faut pas espérer compter sur le gouvernement colonial qui se tourne les pouces et s’avère incapable de gérer les conflits internes. Mais un jour, tout bascule pour Duyao rencontre un maître en arts martiaux qui lui apprend qu’il est un descendant de l’Empereur disparu Jianwee de la dynastie Ming. Les ennuis commencent...

Basé sur une des légendes les plus controversées concernant l’Empereur Jianwee de la dynastie Ming, le scénario opte dès ses prémices pour l’anachronisme en situant son action à l’orée du vingtième siècle (avant d’en faire intervenir d’autres comme un oreiller semblant tout droit sorti d’une usine Ikea). Défini comme une comédie de kung-fu dans la veine des canons de l’industrie HK, Petaling street warriors brille hélas par un manque de spectacle constant qui transforme cette fresque historico-comique dont les scènes de combat ont été chorégraphiées par Yuk-Sing Ma (A Chinese Fairy Tale) en une comédie burlesque souvent mollassonne. Les gags lourdauds s’enchaînent au rythme du gong provoqué par le sexe du héros dans sa ceinture de chasteté en métal tandis que l’intrigue se dénoue lentement après une dizaine de rencontres avec des personnages hauts en couleurs mais peu intéressants.

Les guerriers urbains "pétalent" ainsi dans la semoule avant de laisser la fureur du dragon émerger dans un dernier quart qui n’aura que trop tarder à arriver. Et la Malaisie de s’affranchir du malaise politico-social lourdement appuyé sur l’ensemble du récit par une conclusion soulignant les bienfaits de la démocratie. Certains courts en disent plus long sur le sujet avec moins de louvoiements et d’esbroufe. De nôtre côté du Pacifique, on appelle ça un coup dans l’eau.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage