Critique de film

pub

Pacific Rim

"Pacific Rim"
affiche du film

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les "Kaiju", ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l'humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d'un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les "Jaegers", contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie. Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l'humanité n'ont d'autre choix que d'avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d'entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger légendaire, quoique d'apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l'humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

pub


Trailer - Pacific Rim (2013)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Pacific Rim - Le choc des Titans
Par : Samuel Tubez

Cinq ans que l’on attendait le retour à la réalisation du dodu mexicain depuis son enthousiasmant Hellboy 2. Cinq ans durant lesquels le bonhomme a produit un peu de tout (de Kung Fu Panda 2 à Mama en passant par Les cinq légendes), nous a fait trépigner sur des projets qu’il a abandonné ou tout simplement reportés (Le Hobbit bien sûr, mais aussi Les Montagnes hallucinées ou Frankenstein) pour finalement se concentrer sur ce Pacific Rim, rêve d’enfance réunissant Mecha et Kaiju eiga (on vous conseille au passage de jeter un œil sur notre cycle estival dédié aux kaijus qui ont, de près ou de loin, inspiré del Toro). Simple blockbuster rivalisant de technologie avec les Transformers pour certains, gros divertissement capable de faire retomber en enfance les plus endurcis pour d’autres, Pacific Rim assume parfaitement son statut de grosse production estivale en nous en donnant pour notre argent. What else ?

Ne perdant pas une seconde, Pacific Rim nous a déjà immergé dans son univers littéralement monstrueux au bout de dix minutes : le monde a été et continue d’être dévasté par des Kaijus, des créatures surgissant à intervalles réguliers des flots qui ont fait des millions de victimes et épuisés nos ressources naturelles. Pour combattre ces créatures évolutives, les humains ont créé des Jaegers, robots géants contrôlés simultanément par deux pilotes qui y sont à la fois reliés physiquement et psychiquement. Dix minutes, pas plus, et nous voilà déjà au cœur de l’action dans cette guerre « contre l’apocalypse ». On y fera alors plus ample connaissance avec des personnages incarnant la bravoure à l’état pur (Raleigh Becket, héros du film joué par Charlie « Sons of Anarchy » Hunnam), de véritables leaders (Stacker Pentecost, tenu par Idris « je n’ai jamais été autant charismatique » Elba), des êtres fragiles (Mako Mori, interprétée par Rinko Kikuchi), des déjantés (l’irrésistible binôme scientifique composé par Charlie Day et Burn Gorman) ou des individus hauts en couleurs (Ron Perlman est de nouveau de la partie). Des personnages principaux et secondaires qui vivent, impressionnent, nous amusent, et souffrent parfois d’un passé forcément destructeur. Des hommes (et une femme) charismatiques, « badass » et parfois limite too much, mais qui ne s’avèrent jamais ridicules et qui véhiculent en eux de simples et sincères sentiments humains. Pour ceux qui en doutaient encore, rien à voir avec Transformers, donc. Mais il ne faut pas non plus se leurrer : Pacific Rim est de la veine de Blade 2 et non de celle de L’Echine du Diable. Autrement dit, on est là pour s’en prendre plein les mirettes et les esgourdes ! Ca tombe bien, car le film est à ce titre impressionnant.

A moins de s’être gavé à l’excès de bandes annonces et autres vidéos promotionnelles (oui je sais l’attente était longue, mais il faut savoir se contenir les amis !), impossible de ne pas être enthousiaste devant le gargantuesque spectacle proposé par le réalisateur de Hellboy. Superbement éclairé malgré une majorité de scènes nocturnes et (sous)marines (le talentueux DOP Guillermo Navarro rempile), l’action et les SFX sont bien évidemment à l’honneur avec des séquences dantesques mettant parfaitement en scène les affrontements entre kaijus et Jaegers. On ressent ainsi parfaitement le chaos que peuvent provoquer pareils combats sans toutefois trop se sentir lésé par le manque de lisibilité habituel des grosses productions à effets spéciaux coûteux (pléonasme). Les effets sonores diffusent également avec brio les incroyables collisions entre les titans de chair et de métal, les déflagrations ou autres sonorités propres à l’univers prenant ici vie, le tout étant surélevé (parfois à l’excès) par la partition très héroïque de Ramin Djawadi (Iron Man, Game of Thrones). Côté « super gros monstres », le film propose différentes catégories de créatures évoluant au fil de leurs apparitions : d’abord proche des crustacés, celles-ci arborent par la suite des allures de cétacés ou autres squales pour finir dans des formes plus proches des mammifères terrestres, voire du primate. Très réussis, elles sont la somme de diverses influences : dinosaures (les protagonistes les compareront d’ailleurs à plusieurs reprises avec les bêtes du jurassique), kaiju japonais (Godzilla, Rodan et compagnie) et créatures harryhauseniennes, sans en être de simple copies. Une minutie qui participe à l’immersion du spectateur dans cet univers fantasque, celui-ci retombant en enfance et s’émerveillant comme s’il s’agissait de sa toute première sortie au cinéma. Mais, car il y a un mais, éternel(s) insatisfait(s) que nous (je) sommes (suis), on reste un peu sur notre faim dès l’entame du générique final. On aurait bien évidemment voulu en voir encore plus et, plus grave, force est de constater que Pacific Rim manque d’enjeu et de véritable tension. Car si les personnages existent bel et bien et s’avèrent attachants, l’ensemble souffre d’une déficience de scènes touchantes et réellement menaçantes comme l’esquisse pourtant une superbe séquence où Mako, dans ses sombres souvenirs d’enfance, fuit un kaiju dans les rues dévastées de Tokyo. Le genre de scène angoissante et prenante que l’on aurait aimé voir se reproduire, celle-ci étant quasiment la seule de sa catégorie. Cela n’entache heureusement pas trop le plaisir ressenti devant le spectacle proposé par le néanmoins généreux mexicain qui compense le tout par un rythme effréné parvenant à déconnecter complètement le spectateur de la réalité durant un instant ressenti comme étant trop court, malgré les tonifiantes 2h10 ici présentées.

Pacific Rim déverse ainsi son flot d’affrontements dantesques sans fléchir, tout en s’appuyant sur des personnages relativement solides et charismatiques. Pas de grande tension ni de gros enjeux ressentis, mais juste de l’action incroyablement fun et jouissive qui en remontre à beaucoup d’autres. Il n’y a pas photo, le film de del Toro fait donc bien la nique (et de quelle manière !) à Michael Bay sur son propre terrain. Souhaitons-lui juste d’être plus performant au box-office afin d’engendrer une éventuelle suite, plus impressionnante encore et surtout plus empoignante.


Critique de Pacific Rim - A confondre « film » et « démonstration technique »
Par : Nicolas Zinque

Pacific Rim a tout du rêve d’enfant et du fantasme de cinéphile : des robots géants qui affrontent des monstres terribles, ravageant des villes entières comme des châteaux de cartes. Le tout sous la houlette de Guillermo del Toro, cinéaste au génie artistique et créatif. Comment ne pas être conquis avant même de poser ses fesses dans le fauteuil du cinéma ? Et pourtant, deux heures plus tard, on ne souhaite plus qu’une chose : que le cinéaste mexicain disparaisse dans la faille spatio-temporelle de ses Kaijus ! Car Pacific Rim offre l’un des écarts le plus impressionnants de l’histoire du cinéma : d’un côté, une esthétique et une direction artistique relevant du génie ; de l’autre, un scénario et une caractérisation des personnages posant ce film comme l’un des plus gros navets de ces dernières années.

Les premières séquences se présentent plutôt bien. Il ne faut pas longtemps avant de se rendre compte que, visuellement, ce Pacific Rim est une claque titanesque, qui doit faire plus mal qu’un coup de patte de Kaiju. Si vous faites partie de ceux qui soupirent en voyant cette profusion d’effets numériques actuels mal intégrés, vous risquez de changer d’avis en sortant de la projection : tout simplement le film le plus impressionnant depuis l’avènement du (presque) tout numérique ! Jamais le numérique n’avait été aussi bien intégré à l’image. Si cette réussite doit évidemment beaucoup à la technique du studio Industrial Light & Magic, ce sont les choix artistiques de del Toro qui magnifient le tout. Ses bastons nocturnes, sous la pluie et dans la mer sont une réussite artistique totale ! Quelle finesse dans l’utilisation des couleurs ! Le réalisateur mexicain offre un spectacle ahurissant. Et comme toujours chez del Toro, le design des monstres est sublime. Néanmoins, même si ce design est fabuleux, aucun Kaiju ne ressort du lot. Aucun n’est L’ENNEMI, la bestiole dont on se souviendra toute sa vie.

Le travail sur les scènes d’action est irréprochable. Contrairement à la tendance moderne qui saucissonne l’action en milliers de plans (afin, probablement, de tuer tous les épileptiques qui s’y risqueraient), del Toro offre des scènes globalement compréhensibles. Les mouvements de caméra et la chorégraphie suffisent à rendre les bastons palpitantes. Les jaegers sont lourds, et cette lourdeur se sent dans chacun de leurs mouvements. La puissance des Kaijus n’en semble que plus grande. Une esthétique parfaite, un design à nous faire devenir Kaiju-phile, des scènes d’action époustouflantes, magnifique, non ? Non. Car même si l’action est très bonne, même si on ne s’ennuie pas, le film ne propose pas de moments de bravoure inoubliable. Aucune des scènes proposées ne restera comme un classique du cinéma. Pourquoi ? Parce que pour qu’il y ait héroïsme, il faut qu’il y ait des héros… Dans Pacific Rim, il y a des personnages, mais pas de personnalités.

Il n’y a rien à sauver, vraiment rien, dans l’intrigue et, par ricochet, du côté des personnages. Le film ne reprend pas des clichés, il propose des ébauches de clichés. Le métrage débute par une grosse scène d’action et un traumatisme, censé avoir choqué terriblement le protagoniste, Raleigh (Charlie Hunnam). Quelques années plus tard (soit 3 minutes à l’écran), notre bonhomme est déjà rappelé dans les rangs des pilotes. Et là, sans la moindre tristesse, sans le moindre doute, sans le moindre obstacle, il y retourne... Pacific Rim, c’est le syndrome The Dark Knight Rises mais à un stade supérieur. Comment peut-on se sentir proche des malheurs d’un personnage si ceux-ci sont évacués si rapidement ? Cette première séquence aurait été plus efficace en flashbacks amenés au long du film. Mais del Toro et son scénariste avait besoin d’une grosse séquence d’action, avant de laisser la place à une bonne heure plus tranquille, destinée à poser « l’intrigue ».

L’intrigue, quelle intrigue ? En résumé, des monstres envahissent la terre, il faut les tuer, point barre. Deux scientifiques horripilant se chargent d’occuper le terrain et de comprendre, via des images fantasmatiques et incompréhensibles, comment les détruire. S’y mêlent également un « badass » qui vend au noir des bouts de Kaijus et des pilotes de Jaeger qui se querellent, en attendant la prochaine baston (ouf !). On n’attendait pas autre chose mais… à ce point-là ? On est, avec Pacific Rim, face à une parodie involontaire de ces clichés. C’est tellement gros que c’en est frustrant et risible.

De manière générale, les interactions entre les personnages sont inexistantes, mais comment pourrait-il en être autrement avec une telle galerie de personnages, tous plus navrants les uns que les autres ? Et ce manque d’interaction sabote notamment l’une des idées de ce film : deux pilotes pour un Jaeger. Raleigh se voit donc associé à un partenaire : Mako (Rinko Kikuchi). On imaginait logiquement des conflits, des difficultés, des révélations sur la personnalité des personnages (après tout, chacun des pilotes à accès à l’intimité de l’autre). Enfin, n’importe quoi mais quelque chose ! Et bien non, rien du tout. Alors quel intérêt dramatique ? Aucun.
Non seulement le scénario n’a aucune épaisseur, mais en plus il est bourré d’incohérences visant à offrir artificiellement des moments héroïques à notre duo insipide. Exemple : Raleigh et Mako bastonnent durement pendant de longues minutes, ils s’en prennent plein la poire et sont régulièrement à deux doigts d’y passer. Finalement, leur adversaire leur sort une arme inattendue. A présent, la situation est critique ! Que faire ? Là, Mako dit sobrement : « Nous n’avons plus le choix, il faut l’utiliser. » Et paf ! Elle active une arme cachée du Jaeger et le Kaiju se prend une raclée. D’accord… mais pourquoi ne pas avoir utilisé cette arme dès le début ? Parce qu’un scénariste en manque d’inspiration a voulu frapper un grand coup ? Ce coup de théâtre pseudo cool a un prix : celui de faire passer les personnages pour des cornichons. Si ces gens sont censés représenter le top mondial des pilotes, on ne s’étonnera plus que l’humanité se soit fait botter les fesses par des Kaijus…

Autre étrangeté scénaristique qui fait déjà chauffer les esprits, la fameuse distinction entre le jaeger analogique et le jaeger numérique. Est-ce que cela a un sens ? Probablement pas, il s’agit d’une excuse absurde pour que Raleigh et Mako se retrouve seuls contre tous. Encore un moment héroïque qui n’en est pas un, tant il est téléphoné. Et voilà comment des exploits paraissent tout à fait anecdotiques.
Bien sûr, on pourra rétorquer que le but de ce film est de proposer de l’action, et pas un scénario transcendantal. Tout à fait d’accord. Mais de là ce que Transformers soit, à côté de Pacific Rim, un candidat crédible à l’oscar du meilleur scénario (oui, c’est à ce point-là, même si c’est douloureux à admettre) ? De là à ce que Mikaela Banes (Megan Fox dans Transformers), passe pour un personnage complexe à côté de Raleigh et compagnie ? Non, c’est inacceptable. Le plus frustrant c’est qu’en nous proposant un sous-blockbuster qui ne nous offre même pas le minimum syndical en matière de scénario, del Toro ruine le film dans son entièreté.

Pacific Rim est une déception. del Toro signe une œuvre monumentale, du point de vue visuel. Mais une démonstration technique, aussi impressionnante soit-elle, n’a aucun sens s’il n’y a pas un minimum de fond derrière. Comment pourrait-on s’intéresser au destin de personnages qui n’ont aucun charisme et aucune personnalité ? On en vient même à regretter les personnages de Transformers qui sont, certes, lamentables, mais qui ont le mérite d’exister. Aucune baston d’anthologie (malgré leur réussite indéniable), aucune scène mémorable, aucune ligne de dialogue marquante. Rien, le néant. Tous ces défauts ressortent d’autant plus que le potentiel du film était énorme.


Commentaires sur le film

Avis Pacific Rim

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Franchement c’est le plus beau film que j’ai jamais vu, les graphisme sont a couper le souffle et l’histoire est terrible ! Je suis allé le voir en avant-première vendredi et j’ai juste un conseil a donner a tout ceux qui vont aller le voir, prenez une place en imax ou au pire en 3D parce que ça vaut le coup, vraiment !
Bonne journée a tous !

15 juillet 2013 à 16:07 | Par Mehdi Benzina

0 etoiles

J’en attendais 1 tuerie (Del Toro sur un film avec des robots et monstres géants ? Yeaahh !!) et finalement c’est largement oubliable. L’histoire simpliste, bon ça pas bien grave on est pas là pour ça. Les perso inintéressants et pas charismatique, bon allez on fait semblant de rien. Mais le plus grave c’est que si le film est bien spectaculaire, il ne l’est pas tant que ça ! 99% des séquences d’action sont tournées la nuit, sous la pluie et dans l’eau ! Il se foutrait pas un peu de notre gueule le Guillermo ? Et puis tout ça manque cruellement d’émotion. Vu les perso fadasses au possible on s’en fout qu’ils crèvent ou vivent. Bref déception. C’est pas mauvais, ça divertit, 2/3 passages sympa mais c’est trop peu pour en faire un bon film. Pacific Rim, le film qui aurait du être réalisé par M

18 juillet 2013 à 21:07 | Par Mister Satan

3 etoiles

Pacific Rim divertit assez avec ces effets speciaux qui sont magnifiques

12 août 2013 à 23:08 | Par yack

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Du pur bonheur !

Michael Bay peut rentrer chez lui, Guillermo lui a montré comment faire un blockbuster spectaculaire et haletant sans changer de plan toutes les 2 secondes !

Il fallait oser pour réaliser un tel film actuellement sans "licence" et c’est déjà respectable de la part de Guillermo de s’y risquer !

Les acteurs sont excellents (ce n’est pas parce qu’ils sont moins connus qu’il faut les descendre). La musique colle bien sans être cultissime.
L’histoire est simple, certes mais la réalisation est monstrueuse pour notre plus grand plaisir ! Merci Guillermo del Toro !

Vu et revu 2 fois, en attente du bluray ... standbye... bip bip ...

7 septembre 2013 à 21:09 | Par kimsarang
Film genre gros hamburger indigeste !

1 etoiles

daube Daube !

merci à vous Mehdi Benzina pour votre commentaire realiste !

les autres commentaires "coup de coeur" sont marketing a mon avis pour que les gens ne soient pas degoutés d’aller voir ce film en salle ; ou alors ça s’adresse à des jeunes gens qui ont la tete enfouie ds leur console toute la journée avec des jeux gorre à la con !

2 octobre 2013 à 11:10
Film genre gros hamburger indigeste !

1 etoiles

daube Daube !

merci à vous Mehdi Benzina pour votre commentaire realiste !

les autres commentaires "coup de coeur" sont marketing a mon avis pour que les gens ne soient pas degoutés d’aller voir ce film en salle ; ou alors ça s’adresse à des jeunes gens qui ont la tete enfouie ds leur console toute la journée avec des jeux gorre à la con !

2 octobre 2013 à 11:10

1 etoiles

daube Daube !

ouais mais sérieux on dirait powers rangers ou les bioman du club Doroté si c’était pas del Toro le film aurait fait bcp bcp moins parlé de lui ou si en mal car sérieux c vraiment les bioman lol

18 octobre 2013 à 23:10 | Par djmbo

1 etoiles

daube Daube !

19 août 2014 à 01:08

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40710 photo 40709 photo 40711 photo 40712 photo 40713 photo 40714
Voir la galerie complète

News associées (42)

août 2013
Pacific Rim : le film qui dérange...
28/08/2013
Pacific Rim ne cartonne pas au (...)
14/08/2013
Critique de Pacific Rim - A confondre
9/08/2013
Succès chinois pour Pacific Rim (...)
5/08/2013
Vers une suite pour Pacific Rim (...)
2/08/2013
juillet 2013
Box-office US : Pacific Rim seulement
15/07/2013
Critique de Pacific Rim - Le choc (...)
20/07/2013
Box-office US : succès pour Pacific
13/07/2013
Ultimate Monster trailer pour (...)
12/07/2013
Photos - Pacific Rim (2013)
10/07/2013
Trailer - Pacific Rim (2013)
10/07/2013
Nouveau trailer incroyable pour (...)
3/07/2013
Extrait spectaculaire pour Pacific
1er/07/2013
juin 2013
Nouveau trailer incroyable pour (...)
25/06/2013
Nouvelle vidéo pour Pacific Rim (...)
16/06/2013
Nouvelle vidéo pour Pacific Rim (...)
2/06/2013
mai 2013
Nouvelle vidéo incroyable pour (...)
31/05/2013
Second spot spectaculaire pour (...)
27/05/2013
Bande-annonce française pour Pacific
17/05/2013
Nouveau trailer spectaculaire (...)
17/05/2013
Trois images de choc pour Pacific (...)
12/05/2013
Pacific Rim : même les bannières (...)
6/05/2013
avril 2013
Nouvelle bande-annonce pour Pacific
30/04/2013
Michael Bay accuse Pacific Rim (...)
19/04/2013
Premier spot TV pour Pacific Rim (...)
16/04/2013
mars 2013
Affiche magnifique pour Pacific (...)
26/03/2013
Trailer suédé un peu dingue pour (...)
14/03/2013
Affiche française pour Pacific Rim (...)
12/03/2013
Une image promotionnelle pour (...)
6/03/2013
février 2013
Des photos pour Pacific Rim !
4/02/2013
janvier 2013
Nouvelles affiches pour Pacific (...)
11/01/2013
Nouveau trailer pour Pacific Rim (...)
8/01/2013
décembre 2012
Bande-annonce sous-titrée pour (...)
15/12/2012
Deux affiches pour Pacific Rim (...)
14/12/2012
Première bande-annonce pour Pacific
13/12/2012
Pacific Rim 2... déjà en développement
5/12/2012
novembre 2012
Spot viral et premier extrait (...)
29/11/2012
Del Toro en route pour Pacific (...)
12/11/2012
octobre 2012
Une affiche pour Pacific Rim (...)
12/10/2012
septembre 2012
3D sur Pacific Rim : les conditions
24/09/2012
Pacific Rim sera... converti en (...)
13/09/2012
juillet 2012
Affiche teaser pour Pacific Rim (...)
7/07/2012
Nouvelle photo pour Pacific Rim (...)
4/07/2012
juin 2012
Première photo pour le Pacific Rim (...)
9/06/2012
novembre 2011
Ron Perlman dans Pacific Rim (...)
17/11/2011
juin 2010
Travis Beacham pour le scénario de (...)
2/06/2010

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage