Critique de film

pub

Open Windows

"Open Windows"
affiche du film

Une actrice se retrouve piégée par ordinateurs et webcams interposés par un fan, lequel est en fait lui-même piégé après avoir gagné un concours pour rencontrer son idole.

pub


Trailer - Open Windows (2014)
Par : Damien Taymans


Open Windows - Trailer / Bande-Annonce [VO... par Lyricis

Les critiques à propos de ce film

Critique de Open Windows - Interface complexe
Par : Quentin Meignant
Tags : NIFFF 2014

Fort d’une percée remarquée à l’internationale dès son premier film, Timecrimes, Nacho Vigalondo s’était ensuite clairement signalé comme l’un des grands espoirs du cinéma de genre avec sa comédie SF Extraterrestre. Dans le viseur de plusieurs producteurs, le cinéaste a accepté son premier film de commande, centré sur les dangers d’internet, dont le scénario lui était par ailleurs confié. Après quelques semaines d’écriture, l’accouchement d’Open Windows était acté et le film promettait de suivre Nick, campé par ce désormais bisseux d’Elijah Wood, un jeune homme qui a remporté un concours lui donnant le droit de rencontrer Jill Goddard, l’actrice la plus hot du moment. Mais Nick reçoit l’appel d’un homme, Chord, qui travaille sur la campagne promotionnelle du film de Jill Goddard. Il lui indique que, suite à un caprice de cette dernière, leur diner est annulé. Mais Chord propose à Nick un moyen d’espionner la star.

La lecture du pitch ne faisant pas réellement référence à internet, il est bon de rappeler que le métrage commandé à Vigalondo se devait de contenir de nombreux éléments inhérents à la toile. Le cinéaste ibère s’emploie donc dès les premiers instants à donner vie à un film d’écrans, procédé à la base rébarbatif mais qui, grâce à une mise en scène éclairée ? permet à l’ensemble de trouver son rythme. Voguant de fenêtre en fenêtre, instaurant savamment chaque nouvelle application informatique, le metteur en scène parvient à susciter sans peine l’intérêt.

A ce titre, Sasha Grey, actrice X qui campe justement une artiste de petite vertu, et Elijah Wood, pourtant omniprésent, deviennent donc des éléments secondaires d’un récit étonnant ne souffrant jamais réellement d’un quelconque manque de rythme. Cette gageure s’étiole malheureusement dans la dernière partie du film, lorsque Nacho Vigalondo pète littéralement les plombs et quitte le carcan internet pour se lancer à la conquête du thriller pur et dur. Dès cet instant, l’apparition d’autres personnages sortis de nulle part et la multiplication des rebondissements viennent alourdir le propos et détruire un ensemble qui aurait pu être presque parfait.

Fort d’une entame excellente et inventive, Open Windows souffre donc d’une dernière demi-heure qui voit s’enchaîner les complications scénaristiques inutiles. Nacho Vigalondo prouve donc une nouvelle fois qu’il sait manier une caméra et susciter l’intérêt mais confirme aussi qu’il ne sait pas boucler un métrage sans vouloir paraître plus intelligent que la norme. Open Windows peut donc être considéré comme son film le moins réussi à l’heure actuelle malgré d’excellentes aptitudes.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage