Critique de film

pub

Only Lovers Left Alive

"Only Lovers Left Alive"
affiche du film

Adam, un musicien underground, et Eve, son énigmatique amante, vivent ensemble depuis plusieurs siècles. La vie de ces deux éternels se voit perturbée par l'arrivée d'Ava, la petite sœur d'Eve, et remet en question leurs rapports avec le monde moderne.

pub


Trailer - Only Lovers Left Alive (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Only Lovers Left Alive - Vampires aux dents longues
Par : Roxane de Quirini
Tags : Vampires

Histoire d’amour immortelle entre deux êtres de l’au-delà, Only Lovers Left Alive s’avère être une réelle claque en pleine figure. Jim Jarmush offre à voir une œuvre dont l’esthétisme est remarquable. Par ses images fantastiques, le cinéaste fait un état des lieux de la situation du monde et ce, dans une histoire de vampires multi-centenaires. En mettant en scène deux êtres lassés de leur trop longue existence et déprimés par l’évolution de la planète et de ses habitants, Jarmush offre une vision bien pessimiste de la situation humaine.

Voyage dans le temps, Only Lovers Left Alive s’avère différent des films de vampires pour adolescentes en surplus d’œstrogènes. Certes, Adam et Eve sont pâles, ne supportent pas le soleil et se nourrissent (enfin, essayent de se nourrir) de sang humain, mais ils ont surtout des discussions calmes et philosophiques, un caractère calme et, étrangement, altruiste. Entre Tanger et Détroit, les amoureux se retrouvent guidés tout au long du film par une bande originale sensée. Une musique qui raconte à elle seule une histoire : entraînante par moments, nostalgique la minute d’après, elle emmène le spectateur dans cet univers à la fois glauque et romantique en douceur.

L’humour est étonnamment présent dans l’œuvre, prenant parfois des tournures surprenantes et délectables. Ainsi, Adam et Eve s’offrent les services de zombies, comprendre les humains mortels et ennuyeux. Surnommés ainsi par nos deux protagonistes, les humains sont utilisés pour réaliser les tâches qu’ils sont incapables de réaliser par eux mêmes, comme sortir en pleine journée.
L’Homme, plus qu’un serviteur, est également considéré comme un danger. En effet, en se nourrissant du sang d’inconnus, Adam et Eve prennent le danger d’être contaminés par les maladies que ces quidams auraient pu attraper.

Malheureusement, le scénario se rapproche par moments du dernier film d’Alexandra Cassavetes, Kiss of the Damned. Traitant d’un couple vampirique, de leur histoire d’amour et de l’incursion de la sœur diabolique (ici interprété par Mia Wasikowska), les deux films sont à certains moments très (trop) semblables. On retrouve, malgré tout, la patte du réalisateur, une patte poétique, métaphorique qui parvient réellement à embarquer le spectateur au sein de son monde intemporel et de cette relation amoureuse entre deux vampires lettrés et cultivés.


Critique de Only lovers left alive - L’ennui du vampire
Par : Samuel Tubez

Dans la veine de The Limits of Control, Jim Jarmusch revient avec un film sur l’errance, celle d’un couple de vampires débattant sur la condition humaine et sa perdition en cours. Atypique.

Dans la solitude romantique de Détroit et de Tanger, un musicien underground (Tom « Loki » Hiddleston qui ressemble ici à s’y méprendre à Jared Leto) profondément déprimé par la tournure qu’ont pris les activités humaines retrouve son amante, une femme solide et énigmatique (Tilda Swinton, littéralement vampirisante). Leur histoire d’amour dure au moins depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite soeur de l’amante, une jeune femme aussi extravagante qu’incontrôlable (Mia Wasikowska, qui ne fait que passer). Ces étrangers sages mais fragiles peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

D’abord étonnant, il est tout à fait logique que les personnages du nouveau Jarmusch soient des vampires, lui qui affectionne tout particulièrement les personnages de parias qu’il laisse volontiers déambuler dans des villes désertées, voire déshumanisées. En effet, quoi de mieux que l’éternité, cet attribut réservé aux créatures de la nuit, pour bien prendre le temps d’observer avec recul la nature humaine et offrir aux spectateurs de nouveaux errements philosophico-électrisants. S’appuyant sur de nombreuses références à la littérature britannique et bercé par des rifs de guitares évoquant l’hypnotisant Dead Man, la mise en scène nous laisse entrevoir des vampires aux allures de rock stars déchues absorbant leur dose d’hémoglobine tels des héroïnomanes en manque. Le parallèle est intéressant et ne manque pas de lucidité, tous comme lorsque les deux principaux protagonistes surnomment les humains « zombies », ce qui ne laisse aucun doute quant à la vision pessimiste proposée par Jarmusch dans le film. Néanmoins, et ce malgré une jolie photographie signée par le français Yorick Le Saux, Only lovers left alive peine à captiver avec ses non-évènements (l’arrivée de la sœur, prévisible de bout en bout) survenant au fil d’un récit très mince comme avec ses vampires dandys qui préfèrent philosopher sans but plutôt que de mordre la vie à pleine dents. Vampires, zombies, humains, tous les mêmes ? Devant l’ennui, oui.

Plus ennuyant que véritablement électrisant, Only lovers left alive est un film mineur dans la filmographie de Jim Jarmusch, à ranger aux côtés de The limits of control plutôt que de Dead Man. Pourtant, les éléments étaient réunis avec, une fois de plus, un bon cast, une belle photo et de la bonne musique mais ce sang-ci est hélas bien trop nécrosé que pour être véritablement délectable.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40505 photo 40504 photo 40506
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage