Ose court

OSE COURT - Horrible Boy

4 juin 2012 | Par : Damien Taymans

Le hasard fait parfois bien les choses. D’inexplicables amitiés naissent sur Facebook, réseau social sur lequel n’importe quel quidam s’inscrit de son plein gré et avale, d’heure en heure, les actualités inintéressantes de ses contacts (tiens, Michel, tu as retrouvé ta carte de banque ?), les dialogues de sourds politisés d’énarques en devenir et, cerise sur le gâteau, les maximes proférées par quelques aphasiques dysorthographiques. Puis, au détour d’un mur, surgit la vraie rencontre, celle avec un court-métrage que promeut son réalisateur en le postant sur la Toile. Horrible Boy, sorte de Journal d’un monstre de Matheson pris à rebours, tient en haleine le spectateur et stupéfie par sa maîtrise technique. Un petit bijou à consommer dès que vous le pouvez !

Pourrais-tu te présenter et dire quelques mots sur ton background en matière de cinéma ?

J’ai compris que faire des films est un métier le jour ou j’ai vu Dark Crystal chez un ami de mes parents qui m’expliquait que c’était réalisé par les mecs du muppet show.
C’est à peu près à cet instant que je n’ai eu qu’une seule préoccupation : faire ça de ma vie !

Ce que j’ai commencé à faire tout de suite, en utilisant ma tante comme cadreuse, parce qu’on n’avait pas le droit de toucher au caméscope.

J’ai fait mes études aux Beaux-Arts (en y faisant surtout des films, mais un peu de photo et pas mal de conneries …), et puis lancé une web série en sortant de l’école : Howard, qui m’a permis de rencontrer pas mal de gens, de me faire des contacts et de tester beaucoup de choses.

J’ai ensuite rejoint l’équipe du festival Off-courts, et le mouvement Kino (mouvement international lancé par des Québecois, axé sur la réalisation de films en très peu de temps et avec très peu de moyens), au sein desquels je réalise les 3/4 de mes films. Vu la rapidité avec laquelle on opère dans les kinos (souvent 72h max. pour un film, de l’écriture au montage final), cela me fait pas mal de titres à mon actif ...

Qu’est-ce que le collectif Monster et quel est leur objectif ?

Le projet a été lancé par Guillaume Pin, David Dang et Jean Luc Herbulot, sans but vraiment précis, sinon celui de se regrouper entre réalisateurs qui s’apprécient autour d’un thème assez simple.
Il y a d’ailleurs dans la liste de réals Eve Dufaud, Seb Houis, Kristina Wagenbauher et Vladimir Klanik, eux aussi issus du mouvement kino et avec qui j’ai l’habitude de travailler, ainsi qu’Erwan Le Gac, qui réalisait des épisodes de ma série Howard. Une réunion de famille en somme.

Y a-t-il un cahier des charges à remplir pour chacun des réalisateurs ? Un fil rouge obligatoire ?

Au début, le cahier des charges était de faire un film tournant autour de la notion de "monstre" , de moins de 5 min., en Scope et réalisé en moins de 3 mois.
Au final, certains films sont plus longs, en 16/9 et ont mis 6 mois à se faire, mais l’idée était surtout de lancer une famille et un état d’esprit à la collection, et au vu des films ou extraits que j’ai déjà visionnés venant de mes "collègues", je pense que ça va être très réussi à ce niveau-là.

Dans quelles conditions as-tu tourné ton court-métrage ? En termes de timing, de matériel, de lieux ?

Au vu de mon habitude "kino", j’ai pris mon temps puisqu’on a tourné en deux jours et demi. Mais on a pris notre temps, fait de longues pauses entre les scènes, un peu comme un week-end en famille avec le film en fil rouge.
Vu que je fais toute la technique, tout va très vite sur le "plateau", et j’aime bien que l’ambiance soit cool sur le tournage. Ça laisse du temps pour réfléchir, faire beaucoup de prises en plans-séquences pour que tout soit naturel … Et qu’on s’amuse.

Horrible Boy utilise beaucoup de codes propres au cinéma d’horreur malgré qu’il n’entre au final pas vraiment dans ce registre... Une volonté de ta part ?

C’était même le but. Ça se rapproche pas mal dans l’idée de tout le début d’Elephant Man, dans lequel on nous fait attendre de voir le monstre comme si on était dans un épisode d’Alien. Ça attise la curiosité du spectateur, ça le titille, et j’espère, ça lui renvoie sa curiosité malsaine au visage quand on découvre à quoi on a vraiment à faire.

La caméra subjective illustrant le point de vue du monstre rappelle un peu la nouvelle de Richard Matheson, Journal d’un monstre. Un commentaire ?

J’avoue que je ne connaissais pas la nouvelle, alors que j’adore Matheson. une erreur rattrapée depuis, et c’est même carrément le Journal d’un monstre à l’envers. Je suis très content de la comparaison. Duel est un de mes films préférés, dont je cherche encore un pitch qui s’en rapprocherait dans le génie de son apparente simplicité …

Comment se fait-il que le film soit visionable online ? Quel destin possède Horrible Boy (festivals, diffusion télé, net) ?

J’ai l’habitude de mettre tout ce que je fait en ligne. je suis moi même un gros téléchargeur, friand de films et vidéos sur Youtube, Dailymotion, Vimeo …

Faire des films c’est partager avec le plus de monde possible, et on est la première génération à avoir Internet pour en profiter … Ça serait dommage de s’en passer.

On voulait attendre d’avoir tous les films de la collection pour les diffuser ensemble, d’ailleurs .Mais à l’approche des élections présidentielles, j’ai trouvé que le niveau de connerie généralisée correspondait bien à une mise en ligne du film jusqu’au 6 mai.
Après, j’attendrai que la série de films soit complète, ou certaines occasions comme cette interview pour ouvrir à nouveau le robinet !

Déjà des pistes pour de futurs projets ? Envie de tâter du court métrage ou de te lancer dans la réalisation d’un long ?

Je suis en train de bosser sur la post-prod d’un court-métrage de SF dans l’univers du jeu Space Invaders et d’écrire un long, effectivement. Mais sur celui-ci, vous ne saurez rien !

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage