Ose court

OSE COURT - Dead Bones

7 août 2008 | Par : Gore Sliclez

Impressions d’Olivier Beguin après le NIFFF

Nous nous étions promis des échanges de mails après l’interview que nous avait gentiment accordé Olivier Beguin, réalisateur suisse de Dead Bones. Un projet sympa que nous avons décidé de suivre dans son pénible chemin de croix, comme tout petit film indépendant obligé de se battre pour exister.

Olivier, comment évolue Dead Bones pour l’instant ?

On n’a pas réussi à terminer la version finale à temps pour cause de... "creative differences" (comme ils disent poliment à Hollywood) en ce qui concerne le sound design. On a du reformer notre équipe post-prod son à ce stade et la version livrée au NIFFF le jour même de la projo était une version où on "limitait les dégâts" plus qu’une version dont on était vraiment satisfaits. Tu as du lire cela dans les commentaires du blog à Duplan. On a hésité brièvement à retirer le film, mais ç’aurait été plus un mal qu’autre chose. Et bon nous ne sommes pas les premiers à présenter une version de travail en festival. Mais voila, le son était un peu mou. Mais là les deux nouveaux sound designers bossent à fond dessus (suis encore passé écouter hier soir) et on fait le final mix du 18 au 22 août.

Quelles sont les critiques après la projection au NIFFF ?

Les retours, je dois bien avouer que j’en ai pas eu des masses. A part Duplan, mais qui visiblement s’est bloqué dès le départ, sur le genre. Sinon d’autres journalistes d’un site ciné suisse qui ont trouvé le film bourré de défauts, mais une fois face à moi (pour un interview) alors que je leur demande de développer car ça m’intéresse, ils me disent juste "le western c’est pas notre truc" ! Bon ben dommage car peu intéressant évidemment. Puis il y a eu des gars de l’émission tv The Incredible Horror Show, avec qui on a fait une interview bien sympa et qui m’ont fait des commentaires intéressants et positifs. Un truc qui est revenu assez fréquemment c’est l’image "trop propre" (on est donc en HD au départ). On n’avait pas ajouté de grain pour cette projo car on voulait le voir une fois clean sur grand écran. Là on va salir un peu pour la version HD et voir ce qu’on fait pour la version standard. C’est intéressant d’avoir eu cette sorte de projection-test pour la question de l’image par exemple, ou de petits détails de compréhension. Mais après au niveau des goûts persos, on fait notre film en espérant que ça fonctionne pour une partie du public et on ne va pas changer pour eux. L’équipe est très contente, mais ça c’est normal, c’est notre bébé, nous ne sommes plus du tout objectifs.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Ben pour la suite ça s’annonce pas trop mal, avec 2 sélections en France (Spectre Film Festival et Weekend de la Peur), 2 aux US (Dragon Con, Atlanta et Dark Carnival, Indiana) et Sitges ce qui nous fait vraiment plaisir, car c’est énorme et super important vu que le projet a vraiment été lancé il y a deux ans à la fête de clôture de ce festival, où je présentais NAUFRAGE. Quelques bières et rhums aidant, Annick et Adan (prod du côté espagnol) et moi nous sommes dit : "on y va !". Donc là on continue de bosser à fond pour avoir notre version finale à fin août.

Et tes acteurs cultes ? Ils en pensent quoi ?

Ken est super content que le film soit sélectionné à Sitges et Arie m’a appelé pour que je lui fasse part des retours du NIFFF et il veut essayer de se déplacer à Sitges.
Quant à notre acteur plus "régional", Fred, il est venu pour la première projo et est visiblement heureux du résultat. Il est revenu par la suite pour une projo supplémentaire et a également emmené sa fille.

Ah oui, j’allais oublier un commentaire très important car il m’a énormément touché : celui de Ruggero. Il faut savoir que quand je l’ai vu à Gerardmer et lui ai proposé le caméo il m’a dit (en français avec son bel accent) : "Attention le western et les cannibales il faut que tu traites avec respect, tu fais pas n’importe quoi avec ta caméra !". Bon il aussi ajouté "les zombies tu peux faire ce que tu veux", mais c’est parce qu’il venait de se fâcher avec Romero. Bref. On lui a demandé de venir à la séance au NIFFF. Il a emmené Lamberto Bava également. Et en sortant j’étais anxieux d’avoir son avis car c’est pas le mec qui a la langue dans sa poche. Et là il me dit avoir trouvé magnifique et qu’on a modernisé le western et n’a pas trouvé qu’on trahissait le genre. Venant du mec qui a bossé sur DJANGO et NAVAJO JOE, ça aide à faire passer les critiques virulentes de certains journalistes.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage