Ose court

OSE COURT - Bob le zombie

8 mai 2010 | Par : Damien Taymans

Scouts toujours !

Découvert sur grand écran à Tour et Taxis, à l’occasion de la clôture du BIFFF 2010, Bob le zombie constituait une mise en bouche des plus plaisante à Kick-Ass de Matthew Vaughn. Fun, débridé, complètement fou, le court-métrage d’Emmanuel Decarpenterie et Guillaume Simonin suit les tribulations d’un zombie désespéré qui broie du noir (et des scouts, tant qu’à faire !) et pleure sur sa condition. Et lorsqu’il entreprend de se reposer, le pauvre Bob est sans cesse dérangé par la patrouille de scouts du coin ou par les témoins de Jéhovah qui ne peuvent s’empêcher de refourguer, et ce de manière dominicale, leurs brochures bariolées assénant des précautions quant à l’arrivée du Jugement dernier et prodiguant des conseils sur la dangerosité des transfusions sanguines. Ce qui, disons-le tout net, emmerde considérablement notre ami Bob qui occupe ses journées à les convaincre que la circulation du sang de leur carotide dans sa bouche, ça n’est pas défendu par la Sainte Bible.

Alors, quand il apprend que le BIFFF est un lieu sacro-saint où l’on aime les zombies, Bob ne se tient plus et décide d’élargir le cercle de ses amis (pas comme vous l’imaginez, bande de vicelards) en fréquentant pendant treize jours le site de Tour et Taxis. En outre d’être une pellicule fendante, cette première réalisation fictionnelle du tandem fait oeuvre de testament du défunt festival : la partie centrale du court est en effet entièrement dévolue à cette 28ème édition bruxelloise et propose quelques images des moments forts qui ont composé celle-ci. Ainsi, les spectateurs surexcités ont pu se gausser devant quelques prises de vue inédites du Bal des vampires et autres morceaux de vie du zomblard Bob en présence des badauds circulant sur le site de Tour et Taxis.

Vous pourrez certainement découvrir très bientôt ce court-métrage sur la toile avant que les mésaventures du Bob ne se poursuivent. Pour l’édition 2011, peut-être...

L’INTERVIEW DU REALISATEUR

Comment est née l’idée de réaliser ce court-métrage ?

Depuis huit mois, l’idée de réaliser un pseudo-documentaire à la "Strip-Tease" sur un zombie dépressif trottait dans ma tête. Cette idée est née lors d’un de ces nombreux tournages télé interminables qui occupent notre temps, Guillaume (Simonin) et moi : la fatigue aidant, Guillaume, David (Mathy), J-C (Lognard) et moi-même, nous avions déliré sur l’idée de créer un personnage de zombie dépressif mais sympathique qui cherche désespérément à faire une petite sieste, mais qui ne cesse d’être dérangé par des hordes de scouts et de témoins de Jéhovah... Une sorte d’inversion des valeurs propres aux films de zombies, quoi.

A l’époque, je m’étais empressé d’écrire un petit synopsis, comme je le fais souvent lorsqu’une idée me trotte dans la tête.

Mais ce n’est que quelques jours avant le BIFFF 2010 que l’envie de concrétiser (en partie) les "Aventures de Bob le zombie" est réellement venue. En effet, peu avant le festival, lors d’une soirée de retrouvailles arrosée comme il se doit, Guillaume et moi, sous l’emprise de l’alcool, nous avons fait le pari de réaliser un court-métrage lors du festival. Les "(Més)Aventures de Bob le zombie" convenaient parfaitement. Il nous restait une semaine pour tout mettre en place avant l’ouverture du festival. J’ai donc tout de suite commencé l’écriture du scénario, en adaptant le synopsis initial pour y intégrer le BIFFF et surtout, raccourcir drastiquement le tout car notre objectif était de rester sous les dix minutes, générique et montage du BIFFF 2010 compris.

De quels moyens logistiques disposais-tu ?

Je possède une caméra RED-ONE, ce qui nous a bien aidé pour la partie "fiction" de ce court-métrage. Guillaume pour sa part possède un excellent appareil photo-vidéo Canon, qu’il a abondamment utilisé pour les séquences filmées dans le BIFFF proprement dit. Pour le reste nous avons choisi de tourner "à la docu-reportage", c’est-à-dire en lumière naturelle, en équipe réduite (à part les acteurs, nous étions souvent seulement 3 ou 4 personnes sur "le plateau") et en décors naturels.

L’équipe technique était constituée de maquilleurs du festival (essentiellement Michael Loncin et Georges Stevens) ainsi que d’amis (François Fripiat, J-C Lognard, Sammy Hermand, Hugo Renard, Benjamin Ledoupe, etc.) qui sont venus nous donner un coup de main selon leurs disponibilités. C’était du coup assez difficile comme tournage car nous ne savions par exemple jamais avec certitude avant le matin même si nous aurions quelqu’un pour percher (prendre le son) ...

Question timing, comme nous devions avoir terminé le montage et la post-prod avant le 18 et que nous avions commencé à tourner le 10 (avril), nous avions au maximum deux jours et demi pour tourner la partie scénarisée et trois jours pour monter et post-produire le tout. En ajoutant un jour de mixage son, les deux jours restant ont été consacrés à dérusher, préparer la suite et, pour Guillaume, à filmer les moments clés de ce festival. Nous avons donc été "légèrement" mis sous pression par le manque de temps et de moyens... Mais c’est finalement plutôt amusant comme défi.

Quelles difficultés cela a amené de tourner en plein milieu d’un festival bondé de monde ?

Aucune en particulier : notre but était précisément de retranscrire fidèlement le BIFFF sous toutes ses coutures, tel qu’il fut découvert par notre ami "Bob le zombie" ! La foule des festivaliers était donc notre amie !

Par contre (heureusement pour notre mixeur son), les parties "fiction" scénarisées étaient tournées à l’écart du festival, mais toujours sur le site de Tour et Taxis : proximité des maquilleurs oblige...

Où a été tournée la séquence de la maison de Damien ?

Précisément, sur le site de Tour et Taxis, dans l’ancienne gare abandonnée. Il faut savoir que le site de T&T fait plus de 30 hectares... et recèle quantité de lieux de tournage fort intéressants. J’ai insisté pour que toute la partie scénarisée de Bob puisse se tourner là-bas. Guillaume s’est chargé d’obtenir les autorisations en un temps record. Dès qu’on a eu le feu vert, on savait que le projet devenait possible ! Tourner Bob ailleurs qu’à T&T aurait été impossible, ne serait-ce que par le fait que Damien Marchal ne peut psychiquement, durant le BIFFF, s’éloigner de Tour et Taxis pendant plus de quelques minutes sous peine de nous menacer avec une machette ou pire encore... Bon j’exagère un peu, mais c’est vrai que Damien est un tout grand fan de ce festival, et pour rien au monde, nous n’aurions voulu lui gâcher son BIFFF 2010 !

Zigouiller des scouts et des témoins de Jehovah, un fantasme personnel ?

Qui ça ? Moi ? Jamais de la vie ! J’ai moi-même été scout... Mon psychiatre m’a d’ailleurs fortement encouragé à exprimer par l’encre ou par l’image toutes les humiliations qu’ils m’ont fait subir lorsque j’étais jeune et innocent... (rires) Quant aux témoins de Jéhovah, j’avoue qu’ils m’ont souvent réveillé le dimanche matin, après la guindaille de la veille. C’est dans des moments pareils que de telles idées (noires) finissent par naître... et par agrémenter mes histoires... Mais c’est une partie que nous avons été contraints de laisser tomber pour la version actuelle de "Bob". Patience... la suite arrive

Quelles relations entretiens-tu avec le BIFFF ?

Je suis fan du BIFFF depuis fort longtemps : qui se souvient encore de la projection de "Brain Dead" de Peter Jackson ? C’était en 1993 je pense ? J’y étais... Quel souvenir mémorable !

En outre, depuis quelques années, j’ai rejoint l’équipe de "Koko arrose la Culture" qui fournit chaque année une assistance technique à la partie vidéo du BIFFF : tournage des Q&A (jusqu’en 2009) et réalisation d’un montage vidéo qui résume l’édition. J’ai réalisé deux de ces montages vidéos (en 2007 et en 2008) et j’ai eu l’immense plaisir de tourner les images du spot de pub de cette année avec ma RED. Et après le tournage, j’ai été chargé d’incruster-compositer l’oiseau noir à côté du projecteur. Nettement plus difficile que ce que je pensais au départ...

Tu as permis à Damien Marchal de conclure à l’écran alors qu’il se fait joyeusement éconduire dans la pub du BIFFF. Un privilège que tu souhaitais lui accorder ?

(rires) J’avais pas vu les choses sous cet angle-là ! Non... En réalité, depuis le jour où j’ai écrit les premières lignes du synopsis de Bob, j’ai immédiatement pensé à Damien pour ce rôle ! Je n’aurais jamais pu imaginer quelqu’un d’autre que lui dans ce rôle, qui lui va comme un gant ! David (Mathy - le réalisateur de la pub du festival) tenait également à Damien pour le rôle du projectionniste assassiné, mais tout ça n’avait rien à voir avec le personnage de "Bob", qui existait déjà bien avant dans ma tête.

Quels retours as-tu eu suite à la projo en clôture ?

Pour le moment, je n’ai eu que des retours positifs. J’ai même eu l’immense joie de découvrir une critique enthousiaste sur votre site ! C’est vraiment encourageant ! Merci à vous ! Face à tant de retours positifs, je vais d’ailleurs illico préparer la suite des aventures de "Bob le zombie" ! On ne va pas en rester là tout de même ? Faudrait juste qu’on puisse trouver un (petit) budget... car ça risque de saigner pas mal par la suite ! (rires)

(Interview réalisée par Damien)

LE FILM

Bob le zombie, épisode 1 — HD from Emmanuel Decarpentrie on Vimeo.

Commentaires

c etait un super defi nous avons du realises tout ces zombies michael et moi plus quelques eleves maquilleuse en tres peu de temps bravo et merci a toutes l equipe pour ce film

9 mai 2010 | Par georges stevens

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage