Ose court

OSE COURT - AngelA’SS & Chaperon Noir (2)

7 novembre 2009 | Par : Gore Sliclez

Quand l’Ange devient Démon...

Deuxième chapitre du dyptique AngelA’SS / Chaperon Noir imaginé par Melissa Mars et Mick Bulle.

C’est ce dernier qui s’est chargé de réaliser ce Chaperon Noir. Photographe et graphiste de formation, Mick Bulle s’est d’abord essayé à la photographie avant de réaliser des clips, vidéos obscures et décalées. Sa collaboration avec Melissa Mars dure depuis quelques années déjà et débouche enfin sur leur premier court métrage que CF vous présente cette semaine. L’Ange est devenu démon et malheur à celui qui croisera sa route. Dans une Forêt inquiétante peuplée d’être étranges, deux gardiens aux têtes de biches roses suivent le parcours du chaperon noir aux allures de femme fatale. "Follow me" lui trace un jeu de piste vers l’objet de ses fantasmes. Chaperon Noir va-t-elle croquer l’homme ou la pomme ?

Via une très belle photographie, Mick Bulle et Melissa Mars nous entraînent dans un conte érotique et malicieux, un univers onirique, entre fantasme et féérie qui stimule l’imagination autant que nos connaissances des contes d’antan. Gageons que cette aventure cinématographique n’en restera pas là tant la collaboration entre les deux artistes semble parfaite et fructueuse.

- Quand on voit vos deux univers, vous et Melissa, vous ne pouviez que collaborer un jour tous les deux non ?

C’est ce que je me suis dit la première fois où j’ai découvert Melissa à la télé à travers un clip vidéo. J’ai voulu tout faire pour entrer en contact avec elle. Naïvement, je lui avais écrit une lettre à laquelle elle m’avait donné réponse et c’est ainsi que depuis ce jour là nous n’avons pas cessé de collaborer ensemble : Site internet, graphisme et photos pour pochette de disque…jusqu’à la réalisation de ce projet de petit film qui est arrivé de manière très inattendue puisque Melissa avait vu mon premier court métrage intitulé « 3 p’tits chats » sur lequel elle a eu un coup de cœur et m’a proposé de suite de faire un film avec elle. On en a beaucoup discuté et quand nous avions énuméré nos envies et tout ce que nous aimions cinématographiquement je n’ai pu dire que oui tellement nos univers étaient si proche et complémentaire.

- De quoi est fait votre univers visuel ? D’où vous vient cette inspiration mélancolique et fantasmagorique ?

Je fonctionne surtout par instinct et le plus souvent par des envies d’ambiances de forêt tout comme des paysages dépeuplés. Je n’sais pas, je suis attiré par les endroits un peu désert, isolé de la ville car pour moi c’est là où peuvent se passer les faits divers les plus étranges. Ce qui me permet d’imaginer des mises en scène un peu décalées et qui peuvent parfois dépasser toute réalité. Ceci doit être dû à mon enfance solitaire passé chez mes grands parents à la campagne et où je passais le plus long de mes vacances a m’imaginer des histoires que je voulais vivre en étant plus grand. Encore aujourd’hui, je vis beaucoup dans le fantasme visuel.

- Melissa Mars est-elle l’actrice ou le personnage de l’univers vu par Mick Bulle ? On a l’impression que AngelAss ou le Chaperon Noir c’est elle avant tout...

« Angela’ss » est une histoire très personnelle donc je pense qu’a l’intérieur il y’a une grande part du personnage. Pour ‘Chaperon noir’ qui est la suite de cette histoire il était logique de reprendre les facettes de ce personnage afin de garder un lien entre les 2 chapitres. Ceci en est même renforcé par la mélodie qui est présente au début et à la fin du court puisqu’il s’agit d’une version revisitée d’une des chansons de Melissa. Et le fait d’emmener le personnage de Melissa mars dans mon univers est une des meilleures choses que j’osais imaginer.

- Qu’aimez-vous dans son travail ? Comment se déroule votre collaboration sur le court ?

J’apprécie son sens du détail et son perfectionnisme. Rien est laissé au hasard depuis le début et cette collaboration m’a appris a suivre un peu le même chemin. On réfléchi beaucoup a ce que l’on veux montrer ou pas. Sur le tournage il y a eu un gros travail de préparation : définir l’atmosphère, la couleur, la texture de l’image que nous voulions donné a nos 2 histoires. Être à l’écoute l’un et l’autre sur le choix des plans, décors et mise en scène. Ce qui au final donne une véritable cohésion entre les 2 chapitres.

- Pas trop difficile la conversion de photographe à réal ?

Ceci s’est fait très naturellement. J’ai eu ma première caméra a l’âge de 15 ans, c’était un de mes rêves. Je me rappelle qu’un soir après avoir visionné ‘le projet Blair Witch’ j’ai embarqué avec moi 2 amis pour en faire un remake a 1h du matin. Je me suis beaucoup nourris de ces improvisations vidéos dans mon adolescence, c’était presque devenu une obsession donc je me doutais qu’un jour j’aurai été tenté de passer à l’acte de façon plus professionnel. Je ne me voyais pas faire autre chose qu’un métier dans le domaine de l’image et c’est la photo qui m’a mené vers des études plus orientées. J’aime la photo avec une histoire à l’intérieur et qui puisse provoquer un sentiment personnel chez l’interlocuteur. Même si je n’ai pas fait d’études particulières dans le cinéma, La vidéo est pour moi une continuité logique de mon travail photographique qui me permet d’aller plus en profondeur dans ce que je cherche a exprimer.

- Les acteurs présents dans le court sont-ils des amis ou était-il nécessaire de faire un casting ?

J’ai commencé à écrire le scripte en pensant a Melissa pour le rôle féminin et tout s’est fait très rapidement et le choix des acteurs s’est fait de manière très spontané aussi. Thomas Guerigen avait déjà collaboré avec Melissa sur un de ces clips et elle a pensé a lui pour le rôle du photographe pervers. Concernant Ludovic Mollé, quand nous avons discuté de la façon dont nous imaginions physiquement le rôle du loup, Melissa a de suite pensé a lui qui était un ancien camarade de théâtre. Le soir même elle m’a montré sa photo, trouvé sur internet, et c’était pile poil ce que je désiré.

- Le montage était-il différent de vos précédents essais ?

Le montage a été la partie la plus difficile et la plus longue. Il fallait trouver le bon rythme et le bon étalonnage. Nous avions commencé le montage du « chaperon noir » ensemble, puis nous avons terminé a monter chacun de notre coté afin de pouvoir prendre le recul necessaire. Ce qui est toujours amusant c’est de voir la tournure que peut prendre l’histoire au cours du montage. Il y’a eu des choses qui sont venu se greffer a l’intérieur alors que ce n’était pas prévu dans le scénario original. Et puis là il y’avait un gros travail post production car je voulais des effets spéciaux afin de donner une touche féerique qui vous propulse de suite dans un endroit imaginaire accompagné par une musique à la mélodie envoûtante. A ce sujet j’ai la chance d’avoir trouvé mon alter ego musicale qui se prénomme Pierre Pascual et qui travaille avec moi depuis le début. Il sait parfaitement mes envies, mon orientation sonore et je suis heureux de l’avoir fait collaborer avec melissa sur ce conte.

- Le court métrage se présente comme un conte, une fable. Un genre qui vous convient mieux pour vous exprimer ?

Ce qui est intéressant dans les contes c’est le coté intemporel, enfantin et fantastique. Et puis il y a toujours un coté pervers, cruel et faussement naïf qui se trouve a l’intérieur. Ceci offre une multitude de tableaux qu’il est intéressant de jouer. Après, je n’ai pas spécialement l’envie de réaliser uniquement des contes.

- Votre univers assez similaire pourrait un jour éveiller l’intérêt de réals comme Tim Burton, Ozon ou Terry Gilliam par exemple ? Pourquoi pas ?

J’en serai extrêmement flatté !

- Quels sont justement vos goûts cinématographiques et littéraires qui vous influencent ainsi ?

J’aime beaucoup de films dont parfois juste une scène peux me déclencher une grande influence alors que le reste du film ne me provoque rien. Mais parmis les films que je considère comme des références il y’a : « Calvaire » de Fabrice du Welz, « Les autres » de Alejandro Amenabar, « Saint-Ange » de Pascal Laugier, « Virgin Suicide » de Sofia Coppola, « Funny Games » de Michael Haneke , « Les amants criminels » de François Ozon et « La cérémonie » de Claude Chabrol.
J’admire l’écriture d’Amélie Nothomb dont chacun de ses livres sont un régal. Un livre qui m’a marqué lors du bac c’était ‘Nouvelles de Petersbourg’ de Nicolas Gogol et que j’aime relire de temps à autre.

- Pourriez-vous être le Loup ? Ou êtes-vous plus “Oiseau” ?

L’oiseau est certainement celui qui a le plus de facette chez moi même si j’ai un peu du loup en face caché. Derrière l’image de petit enfant sage se cache souvent pleins de petites choses diaboliques et perverses...donc me vaut se méfier des apparences

- Dans votre travail très personnel l’innocence et la fragilité vont de paire avec le côté ingénu et provocateur. Cet univers est-il définitif ou êtes-vous prêts à faire des concessions ?

Il est vrai que pour le moment c’est un de mes fils conducteurs. Certainement parce que je me reconnais dans ce coté paradoxal. Après, un univers se forge et se construit au fil des années en sachant se renouveler. Pour le moment je n’en suis qu’au début donc je ne peux savoir la façon dont cela pourra évoluer.

- « To be continued » s’affiche à la fin. Une suite est prévue ?

Le « to be continued » est là pour montrer la suite des aventures du Chaperon noir. Il s’agit d’une suite pour ce personnage mais d’une fin pour le spectacteur. Je ne peux dévoiler la fin pour ceux qui n’ont pas encore vu le court mais le rôle des lucioles qui accompagnent ce personnage servent a mieux comprendre cette « suite » qui a pour but de se répéter.

- Le trailer sur Dailymotion présente des images différentes du court. Existe-t-il encore d’autres rushes ?

Melissa et moi avons voulu présenter un teaser sous un angle différent afin de ne pas réutiliser des images déjà montées. Le teaser a été tourné en dehors du tournage du « Chaperon noir » et nous a ainsi permis de rassembler tous les éléments importants des 2 courts métrages dans un unique trailer qui permet également une meilleure compréhension sur certains détails.

- Votre film va-t-il faire les festivals ? Y aura-t-il une version DVD ?

Il sera en sélection officielle au festival international du film fantastique et horreur de Sainte maxime le 4 novembre. Un autre festival est également prévu pour l’année prochaine en espérant qu’il y en aura d’autres. Pas de sortie DVD de prévue. Pour le moment je m’oriente exclusivement vers les festivals.

- Aimeriez-vous vous lancer dans un long métrage ? Comme se présenterait-il si c’était le cas ? Déjà des idées ?

« Angela’ss » et « Chaperon noir » sont peut être les prémices d’un futur long métrage... Wait and see.

TRAILER

Commentaires

Images drôlement classes !
Je suis fans des 2 têtes roses en costume glauque.
La mélodie en fond est super.

Belle découverte que M. Mars et Mick Bulle

10 novembre 2009 | Par Kubrick

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage