Orient express

ORIENT EXPRESS - L’Exorciste chinois

12 novembre 2009 | Par : Seb Lecocq

Your Mother sucks cock in HK !

L’oeuvre

En ce qui concerne L’Exorciste Chinois, on peut aisément parler d’œuvre fondatrice de tout un genre. Au même titre qu’Une Poignée de Dollars, le film de Sammo Hung a quasiment donné naissance à un genre à lui tout seul : la Kung fu ghost comedy, mix hybride et réjouissant de kung fu flick, de comédie cantonaise et de film fantastique. Le film produit au tout début des années quatre-vingts est d’abord destiné à surfer sur la vague des films de possession lancée par L’Exorciste de Friedkin. Comme à Hong Kong on n’est pas la moitié d’un opportuniste, on s’est dit que faire sa propre version du film de Big Bill pourrait ramener quelque picaillons à l’industrie locale et de fait, ni une ni deux, la production est lancée et les rennes confiées au débonnaire Sammo Hung, acteur reconnu et expert en arts martiaux qui venait de commencer une carrière de réalisateur. Ce qui devait n’être, à la base, qu’une œuvre bassement opportuniste se transforme en film fondateur et incontournable dans l’histoire de l’industrie cinématographique hongkongaise. Sammo Donnera une suite à son film en 1991, soit dix ans plus tard.

Success Storiz

L’Exorciste Chinois, alias Close Encounters Of The Spooky Kinds en v.o, fut un succès immédiat dans l’ex-colonie grâce au mélange des genres instauré par Sammo Hung et aux talents impliqués dans le film. Sammo faisant des prouesses devant et derrière la camera, le public se précipita en masse dans les salles afin d’admirer ses dernières péripéties. L’opportunisme de la production, qui surfe sur la vague de L’Exorciste, fut pour beaucoup dans le succes du spin off HK, pourtant à des lieues du film de Friedkin. Le film devra toutefois attendre l’explosion du cinéma asiatique en Occident pour traverser les océans et atterrir dans les videoclubs européens aux cotés des polars, des wu xia pian et des kung fu flicks. Depuis il a acquis un statut de classique aussi bien en Asie qu’en Europe et dans le monde entier. L’Exorciste Chinois est un incontournable que tout amateur de péloches asiatico-fantastiques se doit d’avoir vu au moins une fois dans sa vie.

Chinopsis

Cheung est un jeune serviteur tout entier dévoué à son maitre, il est considéré comme le plus courageux et le plus valeureux de la région. Cheung ne se doute pas que son épouse la trompe avec son maitre. Lorsqu’il l’apprend, il n’a plus que la vengeance en tête. Le maître, en bon fourbe qu’il est, va faire appel à un maitre taôiste passé du côté obscur pour détruire Cheung. Ce dernier se voit offrir l’aide d’un moine bienveillant prêt à tout pour sauver Cheung. S’ensuit un combat dantesque entre bien et mal durant lequel la sorcellerie et les arts martiaux seront à l’honneur.

Asian Star

Si chez nous il est surtout connu grâce à la très médiocre série policière Le Flic de Shanghai, en Chine et à Hong Kong, Sammo Hung est un acteur légendaire et un expert en art martiaux reconnu au même titre qu’un Jet Li, un Donnie Yen ou un Jackie Chan. Sa carrière sera d’ailleurs étroitement liée à celle de ce dernier. Les deux se sont en effet rencontrés enfants dans la même classe de la Peking Opera School, et depuis ne se sont pour ainsi dire plus jamais quittés. Tous deux, accompagnés entre autres de Yuen Biao, Yuen Wah ou Corey Yuen, firent partie des Seven Little Fortunes, une troupe d’enfants âgés de sept à huit ans voyageant à travers tout le pays afin de démontrer leurs capacités martiales et de promouvoir l’école. Sammo développa très vite un surpoids qui ne le quittera jamais mais qui n’entrave en rien sa souplesse et ses capacités physiques. Cette particularité physique le cantonne pendant longtemps à des rôles de gentils idiots voire carrément d’attardés mentaux. Il débuta comme cascadeurs aux côtés de Jackie avant de devenir acteur à part entière et réalisateur. Depuis les années 80, il est une personnalité incontournable de l’industrie locale. Il a joué dans plus de cent films dont la plupart des métrages de son complice de toujours Jackie Chan et en a réalisé une trentaine. Parmi ses plus grandes réussites, on notera Le Moine d’Acier, Shanghai Express, Eastern Condors, Le Gagnant, Prodigal Son et Le Flic de Hong Kong.

Nippon, ni mauvais ?

Il est toujours difficile de parler d’un classique du cinéma asiatique, surtout que là-bas la signification de « classique » est très différente de celle que l’on connait par chez nous. Vous imaginez un instant un film de kung fu avec des vampires et des zombies accéder à ce statut dans nos vertes contrées ? Poser la question, c’est déjà y répondre. Mais cessons ces atermoiements et venons-en au fait. L’Exorciste Chinois, malgré les conditions de production qui furent les siennes, est un film dont la paternité revient entièrement à Sammo Hung tant son univers et sa patte flottent sur l’œuvre. Ce film pourrait résumer à lui seul la carrière du bonhomme, sorte de version rondouillarde de son acolyte Jackie Chan. On y retrouve tout ce qui a fait, et fait toujours d’ailleurs, le succès de Sammo : de la comédie cantonaise à base de gags la plupart du temps placés sous la ceinture, de l’action sans limite et débridée et des cascades et des arts martiaux à foison.

Au menu donc de ce déluge d’actions, des zombies, des vampires, des sorciers taôistes et des bourre-pifs et autres coups de tatanes en tout genre. Sammo excelle devant la caméra, ses capacités martiales ne souffrent d’aucune discussion, mais derrière, il se défend sacrément bien le bougre orchestrant son ballet de baston et de comédie avec une grâce frôlant parfois le génie. Il n’y a qu’à voir le combat final d’une virtuosité affolante dans lequel les deux maitres s’affronte en contrôlant chacun des gyonshis aux prises avec les meilleurs combattants de l’ex-colonie. Le dytique de Sammo regorge de scènes de ce genre durant lesquelles action et comédie se tirent la bourre. Car pour Hung, l’un ne va pas sans l’autre, ce qui donne une vivacité peu commune à son cinéma mais aussi des ruptures de ton parfois totalement inattendues, passant du burlesque le plus gras à une violence sèche et dure en l’espace de quelques instants. C’est aussi une des marques de fabrique du cinéma de Sammo.

Mais, loin de se cantonner au un actionner dépourvu de fond et de sensibilité, L’Exorciste Chinois permet de faire (re)découvrir au public occidental les fameux gyonshi (ou jiangshi en mandarin), une figure légendaire du bestiaire fantastique chinois. Le gyonshi se situe à mi-chemin entre notre zombie et notre vampire. C’est un cadavre revenu à la vie et souvent commandé par un maître taoîste (aussi appelé daoshi). Il a la particularité d’être vêtu de l’habit traditionnel mandchou et de porter des lunettes noires afin de masquer ses yeux injectés de sang. Il se déplace par petit bonds et s’attaque aux vivants afin de les dévorer ou d’aspirer leur souffle vital. C’est donc ces étranges créatures que met en scène Sammo, les faisant combattre face à Cheug dans des scènes toutes plus dantesques les unes que les autres. Rythmé, riche en scènes martiales, très drôle et merveilleusement réalisé, L’Exorciste Chinois n’a pas usurpé sa réputation et s’avère bien plus fun et jouissif à mater que le film vieillot et à la limite du ridicule de William Friedkin duquel il s’inspire très très largement.

Disponibilité

Une fois n’est pas coutume, le dyptique de L’Exorciste Chinois est disponible chez nous et facilement trouvable car édité par HK video. La collection de Christophe Gans se fend d’une très belle édition des deux films réunis en un coffret a l’image somptueuse rendant hommage au chef d’œuvres du gros Sammo. Un must have donc pour faire connaissance avec Mr Hung et ses gyonshi sauteurs !

LE TRAILER

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage