Critique de film

pub

Night Train to Lisbon

"Night Train to Lisbon"
affiche du film

Raimund Gregorius, un professeur suisse (Irons), part à la recherche d'un écrivain, Amadeu de Prado, dans les mystérieuses rues de Lisbonne...

pub


Trailer - Night Train to Lisbon (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Night Train to Lisbon - Même le wagon-lit
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

Raimund Gregorius, professeur à Berne à deux tressauts de rocking chair de la retraite, sauve une Portugaise suicidaire et voit son quotidien bouleversé par la découverte d’un bouquin. Celui-ci, rédigé par un certain Amadeu de Prado, s’avère suffisamment mystérieux pour que Gergorius décide de prendre un train vers Lisbonne pour en apprendre davantage sur l’existence de cet oublié des bibliothèques. C’est que de Prado a mené une existence de bâton de chaise sous la dictature de Salazar, officiant comme médecin le jour et comme leader d’un mouvement anar la nuit...

En attendant de récupérer la boîte noire des réunions de programmation du BIFFF et d’en apprendre donc davantage sur les raisons de la présence de Night Train to Lisbon, il faudra se contenter de l’étiquette mensongère estampillant l’œuvre de thriller. Sur un train de sénateur, le film de Bille August (Les Meilleures intentions) dévoile progressivement son dessein : transformer le spectateur en catatonique en privilégiant un rythme proche du deux de tension et en recyclant à l’envi le même thème sans prendre garde à en modifier la moindre note. La caméra, reléguée à un accessoire tout juste digne à capter les ruelles d’un vieux Lisbonne labyrinthique, suit pas à pas les déambulations de Jeremy Irons écumant la capitale portugaise à la recherche de plusieurs lièvres (un livre, une femme ?) comptant déjà quelques enjambées d’avance. Irons marche, visite, enquête, tourne des pages, achète des cigarettes, emprunte le ferry, répond à son employeur, retourne des pages, raccroche au nez de son patron. La notion de temps intra- et extra-diégétique n’existe plus, elle est annihilée par Bille August qui marque d’emblée sa haine pour toute prérogative temporelle (le professeur découvre dans le livre un billet pour Lisbonne, le départ a lieu quinze minutes plus tard, merci les ellipses). Fort heureusement, puisque le sieur, désespérément seul, pourra ainsi tailler la bavette avec Christopher Lee, Charlotte Rampling et Lena Olin.

Derrière ces interminables tunnels de dialogues se compose lentement le puzzle de la vie d’Amadeu de Prado et des heures noires de l’Histoire portugaise. Un puzzle trop segmenté que pour livrer un tableau mémorable. Avec son casting quatre étoiles et ses décors somptueux, Night Train to Lisbon n’aura réussi au final qu’à se payer un intermède berlinois avant de tomber dans les limbes de la mémoire cinématographique.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 38175 photo 38174 photo 38173
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage