Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2013 - Compte-rendu du 6 juillet

Première journée de qualité...

Quel plaisir de revoir la Suisse et ses fabuleux habitants dans le cadre d’un festival tel que le NIFFF. Certes le déplacement ne se fait pas sans mal quand on est un duo de belges sans GPS, mais le plaisir est bien au rendez-vous une fois les quelque 700 kilomètres de route bouclés. Entre le charme de la ville de Neuchâtel et celui, non moins appréciable, des organisateurs du festival, le cadre est bel et bien planté.

Et dans ce cadre, nos amis font joli, très joli même : la Miss Grob(e) est là, souriante et enjouée comme à l’habitude, et nos copains chroniqueurs-concurrents-amis sont de la fête. Tous les ingrédients sont donc réunis pour de premières projections étonnantes, à commencer par The Berlin File, nouveau film du sud-coréen Seung-wan Ryoo, déjà responsable du remarqué The Unjust. Si le pitch de départ annonce un film d’espionnage pur et dur, c’est avec surprise que le métrage bascule plus d’une fois dans le domaine de l’action à tout-va, offrant notamment quelques scènes d’une redoutable efficacité au niveau de leur mise en scène. Seung-wan parvenant de surcroît à mettre sur pieds une intrigue complexe et passionnante, cette première découverte au NIFFF 2013 est à placer sous le signe de la qualité.

C’est malheureusement tout l’inverse de l’oeuvre qui suit : Shield of Straw de Takashi Miike, récemment conspué au Festival de Cannes. Si, pour tout amateur de films de genre, le fait de voir l’un des maîtres en la matière hué de la sorte a quelque chose de profondément navrant, force est de constater que le public cannois avait de "bonnes" raisons de ruer dans les brancards. Shield of Straw est à l’heure actuelle la plus parfaite illustration du changement de carrière de Miike. Auparavant inspiré et délirant, le metteur en scène s’attèle désormais à la réalisation de blockbusters sans âme. Pourtant prometteur durant sa première heure, Shield of Straw souffre par la suite de longueurs à peine descriptibles, d’un manque d’intérêt certain et, surtout, d’une caractérisation des personnages poussée à l’extrême.

Ceci tranche carrément avec la dernière projection de la soirée, You’re Next qui brille par son intelligence à tous les niveaux. Enfant chéri du festival, Adam Wingard n’est pourtant pas un modèle d’inventivité à l’habitude, mais, aidé de son compère Simon Barrett, il livre ici le script le plus barré de sa carrière. Jouant avec les ficelles du home invasion, le cinéaste parvient à jouer la carte de l’originalité, du gore et de l’humour.

Cette très belle surprise, qui restera à n’en pas douter l’un des moments forts du festival, vient clore une première journée très agréable sous le généreux soleil suisse.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage