Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

NIFFF 2013 - Compte-rendu du 10 juillet

Après un mardi très rythmé qui a notamment dévoilé l’un des chocs du festivals, Dark Touch, ce mercredi 10 juillet a, lui aussi, recelé quelques belles surprises. Si le point d’orgue de la journée a sans aucun doute été la projection de The Gangster, l’une des plus belles trouvailles des organisateurs, celle-ci débutait déjà sous les meilleures augures avec la vision presse de Blind Detective.

La nouvelle création de Johnnie To allie en effet humour et action au sein d’une aventure menée tambour battant par deux personnages réellement attachant. Tantôt légère, tantôt intense, le plus souvent amusante, l’oeuvre ne souffre finalement que très peu d’un traitement parfois trop bouffon de son intrigue. Sans constituer un film phare dans la riche filmographie de Johnnie To, Blind Detective s’avère être un divertissement des plus efficaces.

Tout le contraire de Tik Tik : The Aswang Chronicles qui aurait simplement pu être anecdotique mais qui, à force d’étaler ses lacunes scénaristiques et ses CGI même pas dignes d’une cinématique de PS2, se rend détestable. Si la bouffonnerie est ici aussi de mise, elle est poussée à son paroxysme, ce qui n’aide pas une oeuvre qui, de manière paradoxale, se prend trop au sérieux. Heureusement, la projection de The Gangster est rapidement venue faire oublier cette déception, l’oeuvre de Kongkiat Khomsiri, très influencée par le cinéma de Martin Scorsese, fonctionnant en effet à merveille. Tiré d’une histoire vraie, celle de tout un peuple, The Gangster n’a rien à envier aux grands exemples américains et s’avère souvent particulièrement poignant. Influencé par le style documentaire à certains moments, le film recèle des séquences d’une ultraviolence dont le réalisme laisse pantois. Kongkiat Khomsiri est donc définitivement un Grand Monsieur du cinéma actuel.

La fin de soirée, rythmée par Contracted, premier long-métrage de l’américain Eric England, exercice de style autour d’une dégénérescence physique qui ne parvient jamais à convaincre, et Cheap Thrills, oeuvre intelligente qui pousse de fort belle manière deux paumés dans leurs derniers retranchements à cause de leur avidité, viennent clore la soirée. Cette journée aura finalement été émaillée de hauts et de bas mais, une nouvelle fois, les talents de dénicheurs des organisateurs suisses ont fait des merveilles.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage