NARNIA (Tome 3) de C. S. Lewis

13 novembre 2011 | Par : Damien Taymans | Des livres

Titre Les Chroniques de Narnia - Le cheval et son écuyer

Titre original The horse and his boy

Auteur C. S. Lewis

Année 1954

Genre Littérature de jeunesse - Fantasy

Editeur Gallimard Jeunesse

Année d’édition 2001

Note 5/10

Résumé

Shasta, maltraité par le pêcheur qui l’a recueilli et élevé, quitte le pays de Calormen en compagnie de Bree, un cheval doué de parole. Ils n’ont qu’un espoir : rejoindre le merveilleux royaume de Narnia... En chemin, ils rencontrent une jeune fille de noble naissance, gravis, qui fuit un mariage forcé. D’aventure en aventure, les deux héros perceront-ils le mystère qui entoure la naissance de Shasta ?

Après deux œuvres qui capitalisaient énormément sur les voyages interspatiaux entre le monde de Narnia et le monde réel, en l’occurrence l’Angleterre, vient le temps d’une exploration approfondie de l’univers alternatif. Pour ce cinquième volume des chroniques de Narnia (devenu troisième chez les éditeurs francophones qui privilégient l’ordre de lecture), Clive Staples Lewis décide de peindre un nouvel épisode du règne du roi suprême Peter dont l’autorité est menacée par Rabadash, fils du Tisroc, qui courtise la reine Susan et ne supporte pas que cette dernière l’éconduise de la sorte.

Parallèlement, le romancier introduit de nouveaux personnages : Shasta qui fuit son père adoptif surpris en train d’essayer de le vendre à un tarkhaan (seigneur carlomène), Aravis, jeune carlomène qui tente d’échapper, avec l’aide de sa fidèle jument Hwin, un mariage forcé avec le vizir du Tisroc et, enfin, Bree, cheval parlant d’origine narniesque qui, élevé à Carlomen, brûle de regagner sa terre d’origine. Habités par la même envie de rejoindre les terres libres de Narnia (bien que les raisons de cet exil diffèrent pour chacun), les personnages se retrouvent mêlés à diverses situations loufoques (Shasta usurpe l’identité du prince Corin et se retrouve incognito dans la cour des rois narniens, Aravis est transporté en litière dans la ville de Tashbaan alors qu’elle est censée n’être qu’une esclave) avant de pouvoir se mettre finalement en route vers les territoires libres du Nord afin de prévenir rois et reines des intentions belliqueuses du vil Rabadash, parti conquérir l’Archenland avec quelques deux cents cavaliers.

Le sujet est surtout prétexte pour Lewis à entretenir les comparaisons entre le Nord "libre" et le Sud prétendument civilisé qui fonctionne toujours sur les bénéfices de l’esclavagisme. Au Nord, les chevaux pensent et parlent, au Sud, ils se tuent à la tâche et ne sont que les esclaves des hommes ; au Nord, les hommes naissent libres et égaux, au Sud, ils souffrent de l’atavisme et ne peuvent que difficilement se défaire de leur condition natale ; au Nord règne la démocratie (dont la structure n’est d’ailleurs pas très claire), au sud prédomine une organisation pyramidale à la structure complexe. Et l’auteur de dissoudre l’intérêt de son histoire à force de s’engouffrer dans la brèche politico-religieuse et de noyer le spectateur sous un torrent de pseudonymes et toponymes alambiqués, fardeau surlittéraire propre à un genre fortement influencé par les gestes médiévales, expertes en terme d’onomastique saugrenue.

De la simplicité de L’armoire magique aux digressions foisonnantes de ce nouveau volume, on sent que l’écriture de Lewis a mûri, trop sans doute, et que l’onirisme se tarit au profit d’une quelconque soif de succès.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage