Critique de film

pub

Monstre (Le)

"The Quatermass Xperiment"
affiche du film

Mise au point par le professeur Quatermass, une expédition spatiale revient de mission avec un seul survivant il son bord. Ce dernier a été victime d'un processus de mutation végétale qui fait de lui un monstre fou dangereux. Alors qu'il a besoin de tuer pour survivre, la police semble impuissante à l'arrêter. Quatermass intervient lui-même pour traquer le monstre et percer le mystére de cette nouvelle forme de vie.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le Monstre - La Hammer lancée sur les chapeaux de roues !
Par : Quentin Meignant
Tags : Monstres

Au début des 50’s, la Hammer est une petite société de production anglaise se bornant à mettre sur pieds des métrages policiers comme il en existe bien d’autres. Néanmoins, à l’arrivée du jeune scénariste Nigel Kneale, un grand vent de fraîcheur souffle sur la firme. Ce dernier imagine une série science-fictionnelle destinée à être diffusée sur la BBC. Le succès est fulgurant et provoque un véritable phénomène de société outre-Manche, ce qui motive les patrons de la Hammer à transposer le sujet du petit au grand écran. Pour ce faire, ils confient la réalisation de Quatermass Xperiment, aka Le Monstre, à un cinéaste maison, Val Guest, qui jusque là s’était cantonné à des œuvres mineures. Le film narre la terrible aventure d’un astronaute frappé de mystérieuses radiations dans l’espace et victime d’une effroyable mutation à son retour sur Terre. Le succès du métrage est immédiat et son impact est encore renforcé par la conquête de l’espace sur fond de guerre froide que se livrent à cette époque
Russes et Américains. Le Monstre fait depuis lors office de véritable point de départ à la fantastique aventure Hammer, firme dont les innombrables succès ont bercé des générations de fantasticophiles.

Et fantasticophile, il faut justement l’être avant d’attaquer un film de SF des 50’s. Souvent fort ancrés dans leur temps, ils donnent souvent lieu à des séquences hilarantes tant au niveau du spectacle que de leur naïveté. Mais, curieusement, alors qu’il s’agit de la première « grosse » production de la Hammer, Le Monstre fait preuve d’emblée d’une maturité étonnante et surtout d’une originalité fortement perceptible. Alors que les nombreux métrages US font la part belle aux scènes de panique colossales, tirant plus qu’à leur tour sur la corde de la psychose collective, l’œuvre de Val Guest acquiert d’emblée un caractère personnel très puissant. Aucune démonstration de peur n’est ainsi constatée lors du crash d’une fusée au design plutôt réussi, ce qui offre à l’ensemble un caractère réaliste hors du commun.

Mystérieux dès son entame, Le Monstre se livre alors comme un spectacle plus profond qu’il n’y paraît. A côté d’une critique assea acerbe du monde scientifique, de ses dérives et de ses lubies, Val Guest parvient en effet à trouver un compromis idéal entre son manque de budget et l’énormité de l’œuvre à laquelle il essaie de donner vie. Sans déployer d’énormes moyens, le cinéaste offre en effet un spectacle intriguant, se basant la plupart du temps sur la psychologie de personnages attrayants. Sans jamais user d’effets spéciaux à la pointe, Le Monstre parvient à offrir un spectacle hallucinant tant au niveau formel que dans les idées. Eprouvant à certains moments, émouvant à d’autres, le métrage parvient à titiller quelques cordes sensibles au spectateur sans jamais donner d’impression de faiblesse. Dès lors, hormis une séquence de meurtre à la mise en scène assez molle, les autres massacres revêtent un caractère tout particulier, brouillant totalement la frontière entre le bien et le mal. Car, s’il est certain que le personnage de l’astronaute tueur est malfaisant, Guest parvient à lui instiller ce qu’il faut d’humanité pour en faire une victime à part entière et donc à le rendre attachant, chose qu’il s’attellera à faire jusqu’à un final vraiment percutant, lorgnant une nouvelle fois du côté des dérives scientifiques.

Cette dénonciation, qui prend une nouvelle fois tout son sens au regard de la guerre froide que se livraient à l’époque l’URSS et les Etats-Unis, constitue à elle seule la preuve ultime du génie de Guest. Le Monstre est à n’en point douter son fleuron, mais aussi l’une des plus belles et glorieuses œuvres de la célèbre firme Hammer.

Commentaires sur le film

quatermass xperiment

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

un fondamental de la SF

13 avril 2010 à 19:04 | Par daniel

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News associées (1)

juillet 2010
Sauvez les Bray Film Studios (...)
11/07/2010

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage