Critique de film

pub

Mirages

"Mirages"
affiche du film

Le métrage suit cinq personnes aux profils très différents se retrouvent en compétition pour décrocher un emploi prestigieux à la Matsuika, une multinationale s’installant au Maroc. Après un entretien avec le PDG, les candidats se voient proposés une ultime épreuve pour déterminer le gagnant dans un lieu tenu secret. Ils acceptent et embarquent à bord d’un minibus dépourvu de vitres. Après des heures de route, le véhicule a un accident et les candidats se retrouvent prisonniers de la carcasse de métal. Ils réussissent à en sortir en unissant leurs forces mais découvrent qu’ils sont en plein milieu du désert et que le chauffeur a disparu. Ne sachant si l’accident est réel ou si l’épreuve commence, les candidats vont errer dans le désert à la recherche d’indices et seront confrontés à des mirages les renvoyant à leurs peurs les plus profondes…

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Mirages - Sous le soleil exactement
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2011

Assia, Saïd, Hicham, Jamal et Samir aspirent à sortir la tête du sable et à pouvoir s’offrir un petit coin de paradis (avec un peu de clim’ si possible) sous le soleil marocain. Convoqués à un entretien d’embauche pour la firme Matsuika, ils découvrent les règles plutôt floues de la phase de sélection. Ni une ni deux, les voilà embarqués à bord d’un minibus qui fait une embardée sur la route ; à peine extraits de la carcasse, ils découvrent qu’ils se trouvent au beau milieu d’un désert caillouteux et que le chauffeur a pris la poudre d’escampette. Et si ces événements signalaient le début de la compétition pour les pingouins cravattés ?

Film d’aventures fantastique, défini par son auteur comme étant "à la croisée des genres", Mirages exploite à merveille les étendues désertiques marocaines, fonds d’écran aussi fascinants que ceux assénés par Essential killing. Dans ces décors de carte postale (et ses très beaux amas de rocaille), Talal Selhami installe une équipée d’ambitieux prêts à jouer des coudes pour éliminer son prochain sur la liste des potentiels futurs employés d’une obscure boîte privée dont il ne connaisse que le nom. C’est alors que s’insère la dimension fantastique... Ah ben non, pour le coup, le réalisateur crée un climat de parano dont les instigateurs ne sont autres que les personnages eux-mêmes. Les rares événements surnaturels ("Papa, lâche-moi, t’es mort alors arrête de me prodiguer tes conseils") qui ponctuent l’intrigue s’avèrent pour leur part plutôt inutiles puisque le script, manichéen en diable, pose dès l’entame une cloison entre les méchants pas beaux et les braves courageux luttant pour nourrir leur famille.

Dès lors, Mirages dessert une suite de clichés hérités de trois décennies d’horreur bis hollywoodienne, nourriture cinématographique d’une génération de cinéastes de genre marocains qui rêvent de voir leurs fantasmes portés sur la toile immaculée des salles obscures. Réalisé avec un budget rikiki dans des conditions de tournage contraignantes (chaleur écrasante et sudation envahissante), ce film fantastique marocain (fait assez rare que pour être souligné), couronné d’une mention spéciale au BIFFF 2011, laissera autant de traces qu’un caillou excédentaire dans un reg mais atteste de l’ambition du cinéma "arabe" de s’acoquiner des canons occidentaux...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage