Critique de film

pub

Meurtres sous contrôle

"God Told Me To"
affiche du film

â

pub


Trailer - Meurtres sous contrôle (1976)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Meurtres sous contrôle - « Damien me l’a ordonné »
Par : Gore Sliclez

New York, 1979. Une journée ensoleillée, des milliers de passants sur les grandes avenues et puis soudain un coup de feu retentit et un quidam s’écroule, très vite suivi par d’autres personnes touchées de plein fouet par un sniper embusqué. Appelé sur les lieux, le lieutenant Peter Nicholas tente de raisonner le tueur, situé sur un réservoir d’eau. Mais celui-ci se jette dans le vide après avoir lancé un énigmatique « Dieu me l’a ordonné ». Très vite c’est une longue série d’habitants au-dessus de tout soupçon qui se muent en tueurs semant le chaos et lâchant chaque fois avant de mourir : « Dieu me l’a ordonné ».

Deux ans après son célèbre It’s Alive (1974), Larry Cohen célèbre scénariste de films et de feuilletons comme Les Envahisseurs, Le Fugitif, Columbo, Maniac cop ou plus récemment les films Captivity (2007) et Cellular (2004), nous revient donc avec une œuvre évoluant à travers plusieurs genres comme le fantastique, la science-fiction ou encore l’horreur.

Laissant son esprit et son subconscient dériver dans les méandres de son imagination débordante, le réalisateur-scénariste nous présente une nouvelle fois une histoire lourdingue qui se produit dans un quotidien réaliste et terre-à-terre. Soit un flic, catholique et très croyant, qui enquête sur un personnage énigmatique, sans passé et sans histoire, qui transforme l’esprit des gens en se faisant passer pour Dieu. Un être androgyne, Bernard Philipps, qui au décompte final se dit être un extraterrestre et dont la vie semble étroitement liée au flic lui-même.

« Au cours de l’histoire, l’homme primitif a toujours pris pour des dieux les forces supérieures auxquelles il s’est trouvé confronté. Cela est arrivé une fois encore de nos jours dans une ville appelée New York ». Prenant à contresens le cliché du Satan levant les foules d’admirateurs, Larry Cohen, dans un objectif clairement provocateur, utilise donc Dieu comme initiateur d’un chaos urbain et d’une panique grandissante des habitants. Bien sûr, il n’en est rien, mais plus fort encore, ce Bernard Philipps, doué de télépathie, s’avère être un envoyé de l’Espace, issu de l’insémination avec une humaine. Avouez que pour le scénariste, créateur du monstre bébé de It’s Alive, plus rien ne semble étrange et délirant.
Amoureux de sa ville, le réal occasionnel nous offre non seulement de très beaux plans de celle-ci mais aussi une retranscription parfaite de l’atmosphère urbaine de Big Apple (bande sonore très réaliste) et de ses bas-fonds.

Parfois absconse dans l’écriture du scénario, Meurtres sous contrôle entretient néanmoins une atmosphère étrange et dérangeante. Ce flic, véritable énigme pour ses proches, devenant suspect lui-même au fil de l’histoire, n’est en définitive pas celui non plus que l’on croit.
Véritable touche-à-tout du cinéma, Larry Cohen arrive une nouvelle fois à nous présenter un film d’ambiance avant tout, à l’intrigue parfois captivante, parfois trop longue. Un film construit comme un cauchemar éveillé vécu par un Tony Lo Bianco convainquant en flic tourmenté. Une œuvre qui demande plusieurs visions avant de la maîtriser totalement.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 39558 photo 39557 photo 39556
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage