Critique de film

pub

Meant to Be

"Meant to Be"
affiche du film

Meant to Be met en scène Will, un ange gardien, qui se trouve suspendu de son rôle protecteur envers Amanda, une superbe architecte qu’il protège depuis son enfance. Mais ce dernier ne parvient pas à lâcher la belle, ce qui l’amène à découvrir qu’il est amoureux.Convaincu que son destin est d’être avec Amanda, Will va donc demander de l’aide à son meilleur ami et collègue-ange, Archie.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Meant to be - Romance et somnolence
Par : Seb Brunclair
Tags : BIFFF 2011

Par Sébastien Brunclair

Comédie romantique. Deux mots aptes à donner des crises d’urticaire à de nombreux cinéphiles qui n’ont que faire des histoires d’amour et des états d’âme de personnages bien plus beaux qu’eux, aux dents incroyablement blanches et dont les soucis s’évaporent après un baiser langoureux sous la pluie. Alors oui, il arrive parfois qu’une bonne surprise vienne pointer le bout de son nez dans ce genre très balisé et bouscule les à-priori des spectateurs. Mais bien souvent, on voit débarquer des projets qui s’enfoncent tellement dans ses codes, ses travers et ses clichés, que le visionnage se transforme en exercice de résistance au lâcher d’insultes, voire au sommeil. Arrive alors Meant to Be

Il suit l’histoire d’Amanda, charmante jeune femme ambitieuse et sympathique comme il faut, et de Will, son ange gardien veillant sur elle depuis de nombreuses années mais invisible aux yeux des humains. Jusqu’au jour où Will apprend qu’il est muté et qu’il ne pourra plus suivre la vie de sa protégée, sur le point de rencontrer le grand amour. Contrarié et se rendant compte des sentiments qu’il a fini par éprouver pour la jolie Amanda, il désobéit à ses supérieurs et prend forme humaine dans l’espoir de la faire succomber à ses charmes (principalement capillaires), sous la chaleur torride de Porto Rico.

Ce pitch mélangeant le fantastique et la romance, Meant to Be l’utilise pour nous resservir, sans jamais essayer de s’en éloigner, une bonne grosse liste des poncifs inhérents au genre de la romcom. Deux personnages qui se détestent mais qui finissent par être frappés par le virus de l’amouuuur ? Check. Le/la meilleur(e) ami(e) un peu dingue qui joue le rôle de comique de service ? Check. Une douce mélodie au violon qui accompagne une scène qui n’en avait déjà pas besoin pour être désespérément niaise ? Check, check et re-check.
Cette abondance de clichés s’allie à un rythme mou et des personnages manquant cruellement de saveur, interprétés par des acteurs (dont la charmante Kelly Reilly, en mode sourire Colgate et nettement moins attachante que quand elle se faisait courser par les ados psychopathes d’Eden Lake) faisant correctement leur boulot mais n’étant pas aidés par des dialogues d’une platitude sans nom.

Au final, le plus ravi dans cette histoire n’est pas le spectateur mais Paul Breuls qui, aidé par le Tax Shelter (procédé qui permet une exonération fiscale dans le cadre du financement d’une œuvre audiovisuelle belge), s’est payé un chouette voyage à Porto Rico en oubliant d’emmener dans sa valise un scénario de qualité. En résulte un film de vacances joli comme une plage de sable fin, mais creux comme une noix de coco.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage