Critique de film

pub

Masters of Horror 2 - Croisiere sans retour

"Dream Cruise"
affiche du film

Jack, un avocat américain basé à Tokyo, est tombé amoureux de la femme de l'un de ses clients qui l'invite à les rejoindre tout deux pour une journée sur un yacht. Mais la croisière tournera rapidement à l'horreur...

pub

Les critiques à propos de ce film

Croisière sans retour (MOH2) - D’un Maître ça ?
Par : Quentin Meignant
Tags : Fantômes

Norio Tsuruta, l’auteur de Ring 0, a été choisi pour réaliser ce treizième épisode de la saison 2 de Master of Horror. Nous n’avons qu’une question à poser : pourquoi avoir sélectionné ce réalisateur qui n’a aucun grand fait d’arme à son palmarès ? En effet, une seule nomination (à Fantasporto pour Ring 0) récoltée en 16 ans de carrière, c’est bien peu pour faire partie des Maîtres du genre !

Norio confirme cette réflexion avec une daube monumentale que peu de films peuvent se targuer d’égaler. L’adjectif ridicule ne suffit pas encore pour exprimer notre désarroi à la vision d’un tel spectacle et les mots nous manquent pour décrire ce que nous avons vu. Le pire est sans aucun doute le scénario, signé Kôji Suzuki (scénariste de tous les Ring et de Dark Water) et Naoya Takayama, qui mélange un mari jaloux prêt à tuer et déjà tueur de son ex-femme, le fantôme de cette dernière et aussi le spectre du frère du héros mort il y a bien longtemps.

Ce qui aurait pu être un slashers bien agréable, si l’on s’en était tenu à l’idée de base, se transforme en un film de fantômes à l’asiatique d’un ridicule sans nom ! Parlons-en des fantômes : entre le petit garçon limite transparent qui apparaît dans l’eau et le fantôme jaune fluo de l’ex-femme d’Eiji qui se la joue à la Jésus (elle marche sur l’eau), il nous reste bien peu de temps pour reprendre notre souffle entre deux fous-rires !


Tout ceci avant de retomber toujours plus bas à cause de la multiplication d’apparitions toutes plus ridicules les unes que les autres et de flash-backs minables ! Une chose nous a particulièrement heurté aussi : la mise en scène est réellement truffée d’erreurs en tout genre, des erreurs qui font mal et qui horripilent. Ainsi, lorsque nous voyons le bateau démarrer du port, le temps est à la grisaille et il ne va pas tarder à pleuvoir tandis que lors de la scène suivante, nous découvrons le bateau sous un ciel bleu azur et un soleil brillant. Tout ceci n’est encore rien à côté du coup d’ancre que se prend Yuri et qui ne la tue pas. Mieux : cette dernière n’en garde même pas une égratignure ! Eiji, quant à lui, doit avoir au moins 10 poumons, vu le temps que dure la scène sous-marine où il est confronté à une touffe de cheveux de son ex-femme qui bloque l’hélice. Il en va de même pour Yuri qui reste bien 5 minutes dans l’eau des toilettes (Inondées jusqu’au plafond ! Quelle étanchéité ces portes, c’est fou !) pendant que son amant essaie de décoincer l’ancre d’un coussin (C’est vrai que ça doit demander 5 minutes tellement c’est compliqué !) Nous ne parlerons même pas de la prestation des acteurs qui, il est vrai, n’ont pas été servis par le métrage de ce réalisateur médiocre !

Un épisode à oublier ! Espérons qu’il ne coule pas la série des Masters of Horror ! Espérons surtout que Tsuruta ne sera pas de la troisième saison (s’il y en a une) !

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage