Critique de film

pub

Le Manoir de la Terreur

"Le Notti del terrore"
affiche du film

Trois couples sont invités à passer un week-end dans la demeure dâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le Manoir de la Terreur - Les zombies dans tous leurs états (de décomposition)
Par : Quentin Meignant
Tags : Zombies

Andrea Bianchi, modeste réalisateur transalpin surfant sur la vague initiée par ses célèbres contemporains (Mario Bava, Lucio Fulci pour ne citer qu’eux), fait partie de ces cinéastes de l’ombre que l’on apprend à redécouvrir au fil des rééditions DVD. Pourtant, l’homme est responsable de films largement passés à la postérité tels que le surpuissant film de fantôme Malabimba ou encore le giallo Nue pour l’assassin. Il est aussi connu pour son sadique L’île au trésor et se présente comme un véritable touche-à-tout exploitant ce que le cinéma bis italien a fait de mieux. On le retrouve ainsi à la tête de films d’exploitation, de gialli, de ghost stories et d’oeuvres zombiesques. A ce titre, Le Manoir de la terreur, qui arrive assez tard dans la carrière de ce bisseux passionné, fait office d’oeuvre de référence d’un honnête besogneur pas toujours aidé par des productions limitées. C’est ainsi qu’avec Le Manoir de la terreur, il se retrouve aux commandes d’un scénario nanardesque mettant en scène quelques couples aux prises avec des zombies réveillés par un savant pas tout à fait net parti en quête d’on ne sait trop quoi !

Le métrage commence d’ailleurs de la pire des façon qui soit en montrant le pseudo-archéologue s’enfoncer dans une caverne et faire une découverte libérant des morts-vivants. Totalement surjouée par le piètre Raimondo Barbieri, cette séquence fait montre à elle seule de toutes les carences enregistrées par les petites productions italiennes de la grande époque. Effarement feint de manière chaotique, apparition zombiesque ringarde et mal calibrée, bande originale abusant de synthés, rien n’est épargné à la scène d’ouverture. Pourtant, une fois ce véritable massacre cinématographique passé, Bianchi remet l’ouvrage sur le métier et prend le temps de poser les bases de son récit, mettant en valeur les différents protagonistes, le tout sur agrémenté d’une fond musical bien plus léger.

La (trop) lente progression des zombies dans les souterrains laisse le temps au cinéaste de présenter les personnages de façon originale, laissant entrevoir un certain trouble qui s’affirmera dans la seconde partie, par le biais d’une séquence d’inceste particulièrement choquante et surprenante. Au-delà de cette prise de risque scénaristique totalement réussie, l’oeuvre se déroule comme la plupart des nanars zombiesques et offre aux aficionados du genre une dose appréciable de gore et de morts-vivants. Ces derniers paraissent d’ailleurs assez originaux puisqu’ils apparaissent plus décomposés que jamais, quasiment à l’état de squelette. Design parfaitement réussi, si l’on omet la couleur verte de leurs entrailles, ce qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le peu recommandable Lac des morts-vivants rollinnien, tourné la même année. L’ensemble se déroule dès lors à un rythme hautement appréciable et, même si le métrage éprouve quelques difficultés quant à avoir une certaine logique spatio-temporelle, le traitement particulier apporté à un final sombre à souhait se veut charmeur et plein de malice.

Le Manoir de la Terreur symbolise donc parfaitement le style des petites production italiennes développées en marge de l’âge d’or du cinéma transalpin. D’un scénario nanardesque, Andrea Bianchi est parvenu à proposer un spectacle agréable à défaut d’être totalement efficace. On en oublierait presque une séquence initiale cauchemardesque pour tout cinéphile qui se respecte...

Commentaires sur le film

home

0 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

G adore !!!!!c super les anciens films meme italiens ca change des effets specieaux ordinateur playstation que lon voi dan les films modernes a 2 balles...

12 mai 2009 à 17:05 | Par Koopa

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage