Critique de film

pub

Maison de l'Horreur (La)

"House on the Haunted Hill"
affiche du film

Le richissime Steven Price décide de fêter l'anniversaire de sa femme infidèle, Evelyn, dans le nouveau parc d'attractions sur le thème de l'horreur et du surnaturel qu'il vient d'inaugurer. A la grande surprise de Price, les personnes qui se présentent ne sont pas celles qu'il a invitées. Inexplicablement, les convives et leurs hôtes se retrouvent prisonniers de l'inquiétante demeure. S'agit-il d'un tour macabre ou d'une réalité beaucoup plus effrayante?

pub

Les critiques à propos de ce film

La maison de l’horreur - Vraiment flippant
Par : Damien Taymans

Robert Zemeckis (Forrest Gump) et Joel Silver décident de se lancer dans l’entreprise de remakes des films d’horreur qui ont fait flipper la génération des 50’s-60’s. Reprenant les classiques de William Castle, les deux compères vont lancer sur le marché 13 fantômes, Le vaisseau de l’angoisse ou encore La maison de cire. Mais, avant tout cela, il y a une réussite, celle du métrage qui nous intéresse.

La maison de l’horreur est un remake de La nuit de tous les mystères, classique signé William Castle réalisé en 1958. Pour ce faire, c’est William Malone qui est choisi pour tenir la barque et être le plus fidèle possible à l’œuvre originelle. Le réalisateur de Créature et de deux épisodes des Contes de la crypte a bien compris ce qu’on attendait de lui et a réalisé un travail remarquable.

Ne souhaitant pas faire une pâle copie de l’œuvre originelle, Malone explore de nouveaux horizons et offre des éléments novateurs qui viennent actualiser ceux qui composaient l’œuvre de 1958. Malone ne veut pas imiter dans le sens de numériser. Il entend donner un peu plus de corps à l’œuvre et la dépoussiérer un bon coup pour séduire le public d’aujourd’hui. Ainsi, le réalisateur gardera l‘humour macabre et les décors lugubres de l’original pour renouer avec l’horreur gothique de l’époque mais il introduit de nouvelles données (notamment en terme de technologie) qui permettent à l’intrigue de faire un bon en avant de 40 ans.

Fidèle à l’esprit de Castle qui considérait qu’un film d’horreur était une montagne russe où l’on jouait avec les émotions les plus profondes des spectateurs, Malone introduit une séquence de présentation des personnages profondément bien pensée. Ainsi, nous découvrons Steven Price, directeur de parc d’attractions, faire joujou avec des journalistes venus filmer les innovations de son parc. A partir de cette scène, nous prenons conscience que Malone entend jouer avec nous comme Price avec les journalistes et nous comprenons alors fort bien que le réalisateur n’aura de cesse de nous détourner de tous les chemins que nous prendrons.

Dans l’ensemble de l’œuvre, les pistes sont sans cesse brouillées, les cartes redistribuées. On plante des personnages mais aucune figure ne se détache du lot. Du coup, il devient difficile d’anticiper du nombre de survivants. Car, à l’intérieur de la bâtisse, tout le monde cache son jeu. Price serait-il le manipulateur de cette mascarade ? Ou serait-ce plutôt sa femme ? Ou encore ce docteur un peu louche ? Sorte de Cluedo grandeur nature, La maison de l’horreur peut en plus se targuer d’être terrifiant. En plus d’un huis clos étouffant et franchement stressant, le réalisateur a fait appel à KNB (Le sous-sol de la peur, Scream, L’antre de la folie) pour les effets spéciaux qui ajoutent leur lot de réalisme dans cette peinture minutieuse de l’horreur.

La tension palpable dès le début du métrage s’alourdit au fil de l’intrigue et se dote de scènes extrêmement ingénieuses. Citons en exemple cette disparition d’un des personnages dans cette grande cuve à eau ou encore la découverte du technicien par Steven Price. Mais surtout, au centre de cette horreur, il y a le terrifiant docteur Vannacutt, dont les effets sont amplifiés par les effets saccadés de la caméra. Toute cette tension est bien entendu agrémentée de personnages qui ont tous leurs particularités sans qu’aucun ne soit effacé. La palme revient à Geoffrey Rush pour son extraordinaire prestation…

La maison de l’horreur porte on ne peut mieux son nom et va certainement en terroriser plus d’un tant ses effets sont réussis et son atmosphère étouffante. Bonne chance, si vous en revenez…


Oeuvres liées :

La nuit de tous les mystères
Le retour de la maison de l'horreur (2007)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage