Critique de film

pub

Les nouveaux sauvages

"Relatos salvajes"
affiche du film

L'inégalité, l'injustice et l'exigence auxquelles nous expose le monde où l'on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux. Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l'étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour d'un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l'indéniable plaisir du pétage de plombs.

pub


Trailer - Les nouveaux sauvages (2014)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Relatos salvajes - Tales from the society
Par : Samuel Tubez
Tags : Film à sketchs

Vous arrive-t-il d’être frustré, stressé au quotidien, en colère contre la société, votre collègue ou voisin (parce que « L’enfer c’est les autres », comme disait Sartre), avec la furieuse envie de tout faire valdinguer, mais que vous gardez tout cela bien enfoui en vous car il faut bien faire preuve d’un minimum de civilité dans cette vie de fou ? Eh bien Relatos Salvajes (Les nouveaux sauvages en vf) est votre parfait exutoire !

Un conducteur espiègle qui vous empêche de le dépasser, une amende reçue pour stationnement interdit, une épouse qui découvre le jour de son mariage que son mari l’a trompé et, bardaf, c’est l’embardée ! Le film de Damián Szifron (Tiempo de valientes) nous montre au travers de six courtes histoires des personnages qui vont craquer et franchir les barrières de la bienséance. Ce film qui nous vient d’Argentine met en scène le pétage de plomb dans toute sa splendeur et son horreur, nous démontrant toute l’ivresse mais aussi la monstruosité que peuvent engendrer ces explosions inopinées. Des insultes, des pleurs, des coups qui aboutissent ici presque à chaque fois au meurtre ou à la destruction, effet boomerang compris. De par sa construction de film à sketches et son ton souvent violent et morbide, les amateurs d’horreur reconnaîtront un style proche des EC Comics, ces bandes dessinées américaines des années 50 qui mettaient en images des histoires similaires avec beaucoup d’ironie et d’humour noir. Même s’il est davantage ancré dans la réalité et dénué de tout élément surnaturel, Relatos Salvajes en est d’une certaine façon le cousin hispanique. Il n’y a qu’à observer le plan final du segment intitulé « El mas fuerte », l’un des plus brutaux du lot, pour s’en convaincre. Inégal (c’est souvent la tare des films à sketches), l’ensemble retombe parfois à cause d’un récit plus convenu, d’une interprétation moins convaincante (certainement pas celle de Ricardo Darin, ici une fois de plus excellent dans le rôle de « Bombita ») ou d’une baisse de rythme. Pas grave, Damian Szifron ayant atteint l’objectif pas si évident de divertir avec une dose importante de férocité. Car la perte de contrôle, c’est quand même bien plus drôle quand ça se déroule exclusivement sur un écran de cinéma, non ?

Oscillant ainsi entre comédie et tragédie, humour noir et séquences dérangeantes, Les nouveaux sauvages forme un véritable défouloir tour à tour provocant et jubilatoire qui choque la sensibilité tout en nous faisant rire aux éclats. Bordel de merde, que ça fait du bien de décompresser de la sorte !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 49367 photo 49366 photo 49365
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage