Critique de film

pub

Legend of the T-Dog

"Ming yun gou bu li"
affiche du film

Quand un poissard croise la route d'une veinarde patentée parce qu'un mystérieux cabot leur traîne dans les pieds...

pub


Trailer - Legend of the T-Dog
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Legend of T-Dog - Chien galeux
Par : Damien Taymans
Tags : Asiatique, BIFFF 2013

Croisement improbable et forcément bâtard entre l’élégante Lassie et l’enflure de Baxter, le canidé pensant, le cabot marqué d’un T sur la fiole porte la poisse à tout qui veut l’adopter, pour la gloire ou la fortune ou par pur altruisme. Inévitablement, les proprios du clebs se retrouvent, après 49 jours de bons et loyaux services, sur un lit d’hôpital à se faire triturer par une tripotée d’infirmières et de gars en blouses blanches gantés de latex. Intrigué par cette malédiction sur pattes, Dou la déveine entend faire taire les rumeurs et prendre sous son aile cette attachante boule de poils. De toute façon, la collection lacunaire de timbres que son père lui a léguée est déjà responsable de la malchance qui pèse au-dessus de sa tête depuis des années, alors un porte-scoumoune supplémentaire...

A l’instar du quadrupède vagabondant à l’affut d’une nouvelle caresse, Legend of the T-Dog manque cruellement de mordant et, à force d’écarquiller de grands yeux naïfs au spectateur, perd toute sa sympathie. Chaque personnage n’est qu’une caricature ambulante (la starlette, l’homme d’affaires, le héros ultra-généreux, la doctoresse méga-cartésienne) servant de potiche à un script creux qui vire de la bouffonnerie au mélo sans la moindre transition et se voit parsemé d’une pincée d’ésotérisme cristallisé par la malédiction du clébard et les talents divinatoires d’un maître spirituel de type Paco Ray-Ban. Loin des foulées de la coqueluche de Royal Canin, le récit déleste toutes ces pitreries au pas d’un labrador en fin de vie et se paie même le luxe de planter de temps à autre des saynètes venues d’un autre âge et d’une dimension inconnue rappelant l’affligeant Mural programmé l’an passé. Reste une ambiance très proche du cabinet de Marc et Sophie dans l’hosto local, une jolie scène de dîner en amoureux inspirée de de La Belle et le clochard, un caïd aussi impressionnant que les vilains des séries AB Productions (il a même un cyber-serviteur qui lui passe un cornet doré dès que le téléphone sonne).

Legend of the T-Dog, archétype même du concept mortifère (La Belle et le cloporte avec un cabot de trop), est aussi empoté qu’un chien dans un jeu de quilles. Finalement, on en viendrait à sympathiser avec Boule et Bill ou Scoubidou et à regretter que Cubitus n’ait pas encore eu droit aux honneurs du grand écran...


Commentaires sur le film

2 etoiles

Une gentille comédie taïwanaise enjouée et teintée de romantisme qui ne propose rien d’exceptionnel, mais qui contient suffisamment de bonne humeur pour constituer une pause mignonnette entre deux vilains films d’horreur qui montrent les crocs.

1er juin 2013 à 08:06 | Par Seb Brunclair

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 37806 photo 37807 photo 37808
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage