Critique de film

Territoire des Morts (Le)

"Land of the Dead"
affiche du film
  • Genre : Horreur – Morts-Vivants
  • Année de production : 2005
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : George A. Romero
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h33
  • Scénariste : George A. Romero
  • Musique : Reinold Heil, Jonnhy Klimek
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Simon Baker, Asia Argento, John Leguizamo, Dennis Hopper, Robert Joy, Eugene Clark, Joanne Boland, Tony Nappo, Jenifer Baxter, Boyd Banks, Jasmin Geljo,...
  • Récompenses : Nominé au Saturn Awards 2006 comme Meilleur film d'horreur et Meilleur montage
    Nominé au Directors Guild of Canada 2006 pour Meilleur son, Meilleure image, Meilleur production
    Nominé aux Empire Awards 2006 (Grande-Bretagne) comme Meilleur film d'horreur
    Nominé aux Teen Choice Award 2005 comme Meilleur film de l'Eté

Les morts-vivants ont pris le pouvoir et les quelques survivants sont confinés dans une ville-refuge. L'anarchie prédomine dans les rues pendant et certains ne sortent plus de buildings fortifiés. Cependant, un groupe de personnes tentera de se sortir de cette vie sans issue pendant que les zombies, normalement amorphes, évoluent vers une race de zombies hyper agressifs.

Les critiques à propos de ce film

Le territoire des morts - Une bonne critique...
Par : Quentin Meignant


On pourrait s’attendre, à en lire ces lignes, à un nouveau remake de la part de Romero mais une fois de plus, ce réalisateur de génie a pris le parti de nous surprendre et de nous époustoufler ! Contrairement à L’armée des morts qui est une copie conforme du chef d’œuvre Zombie, Le territoire des morts innove et se pose en modèle du genre !

Bien loin des poncifs habituels, le film se démarque du « bête » film de zombie comme l’avait fait en leur temps Zombie, Le jour des Morts-Vivants ou encore La nuit des Morts-Vivants. L’œuvre est complète : nous avons de l’horreur, du gore mêlés à une critique acerbe de la société et de la nature humaine. Ainsi, ce pamphlet contre la société est tourné de manière à ce que le spectateur éprouve plus de sympathie et de pitié envers les zombies qu’envers son propre peuple. Ce pari est réussi avec brio par ce magnifique réalisateur. Il nous en fait arriver à un point tel que nous nous mettons à haïr cette société qui est pourtant celle qui nous a fait devenir ce que nous sommes aujourd’hui.

Si l’on se réfère à l’œuvre de Romero, nous nous rendons vite compte qu’en fait, nous ne sommes rien et que notre individualisme et la structure de notre civilisation elle-même nous perdra tous ! L’ami (un véritable ami qui comble nos soirées) George dénonce à tour de bras dans ce film toutes les inégalités, toute la cupidité présente en chacun de nous. Il appuie cet état de fait en nous présentant une réplique parfaite de la getthoïsation de nos cités. Les riches vivent dans de grandes tours fortifiées (Le Green), apparemment inattaquables, qui sont équipées et décorées avec le meilleur goût et la plus grande richesse qui soit. Et pendant ce temps, le populace reste dans la rue, aux abords du Green, à la merci du froid et des attaques (jusque là rares) de zombies. Tout ceci n’est pas sans rappeler la création de bidonvilles dans certains pays et de « cités dortoirs » dans d’autres !

Toujours est-il que Romero ne s’arrête pas là puisque dans la deuxième partie du film commence très clairement la chasse à l’humain. Une chasse jouissive, on prend plaisir à voir ces zombies (de plus en plus humains, contrairement aux « vrais » hommes) massacrer ces « saletés d’humains ». La scène qui restera sans aucun doute la plus réjouissante du film est celle de la mort du grand chef humain, le détestable Kaufman (Dennis Hopper). En parlant de notre ami Dennis (Massacre à la tronçonneuse 2), il joue à merveille ce rôle de grand patron complètement obnubilé par le pouvoir et l’argent. La prestation des autres acteurs est également très impressionnante. Ainsi, nous décernons sans hésiter 5 étoiles à la magnifique Asia Argento, qui joue avec une justesse peu commune. Ceci est bien la preuve, si certains en avaient encore besoin, que nous avons à faire à une actrice de grand talent, qui ne profite pas du nom de son père et dont on entendra encore bien souvent parler.

De plus, cet excellent casting est aidé à merveille par des dialogues léchés, une photographie superbe et une bande son magnifique. Pour le reste, les maquillages sont excellents comme à l’habitude du plus grand réalisateur de films de zombies. Ajoutons à cela une pincée d’humour et un très bon montage et nous obtenons un film phare du genre.

A voir et à revoir sans modération !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage