Critique de film

Le Cirque des Vampires

"Vampire Circus"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Vampires
  • Année de production : 1972
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Robert Young
  • Pays d'origine : Angleterre
  • Durée : 1h23
  • Scénariste : George Baxt, Judson Kinberg, Wilbur Stark
  • Musique : David Whitaker
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Adrienne Corri, Thorley Walters, Anthony Higgins, John Moulder-Brown, Laurence Payne
  • Récompenses : Aucune

1810. Les habitants de Schettel, un petit village de Serbie, tuent le Comte Mitterhouse, qu'ils soupçonnent d'être un vampire. Avant de mourir, celui-ci jette un sort aux enfants du village. Quinze ans plus tard, alors que la peste s'est abattue sur Schettel, un cirque s'installe au village. Le directeur n'est autre que le cousin de Mitterhouse. Ignorant du danger qui les menace, les villageois emmènent les enfants au spectacle...

Les critiques à propos de ce film

Le Cirque des Vampires - Encore un tout bon Hammer !
Par : Quentin Meignant




Robert Young commença sa (plutôt modeste) carrière en 1972 par l’introuvable et pourtant très bon And so Ends. Il enchaîna ensuite directement par ce qui fut son plus grand succès : Le cirque des Vampires. Le réalisateur, qui participa au plan de sauvetage de la Hammer avec le très apprécié Charlie Boy, fut débauché par la société de production anglaise pour réaliser ce qui reste une de ses oeuvres légendaires.

Il est étonnant de voir que la Hammer, certes sur le déclin à l’époque, donna autant de crédit à une personne qui n’était le dépositaire que d’un seul métrage auparavant. La société légendaire le fit d’ailleurs jouir d’une actrice de renommée mondiale (Adrienne Corri) et d’un scénario échaffaudé par trois personnes ( George Baxt, Judson Kinberg, Wilbur Stark) malgré un manque évident de moyens.

L’homme jouait donc sans aucun doute sa carrière et un échec lui aurait coûté la perte de tous ses rêves cinématographiques ! Force est d’avouer que, même si ce métrage n’est pas une pure réussite, Young a relevé le challenge avec brio et a fait de ce cirque des vampires une oeuvre intemporelle !

Malgré un scénario un peu lent, parfois un peu ridicule et trop « cliché », Young parvient à nous faire vibrer grâce à une mise en scène efficace. Heureusement que l’on peut compter sur ces mouvements de caméra fluides et ce montage astucieux pour sauver le film, car ce qu’on attend d’une oeuvre produite par la Hammer n’est pas présent : aucune originalité dans le scénario et un respect parfait des schémas du genre font de ce screenplay une feuille de chou classique dont la Hammer n’aurait pas voulu en temps normal !

Young se permet même de jouer avec nos yeux pour notre plus grand plaisir et nous offre des images subliminales à la Fight Club. Fincher avait donc de qui s’inspirer et ce 27 ans auparavant ! Au vu des moyens techniques de l’époque, cela tient tout simplement du miracle et surtout, du génie !

Ce qui rend ce métrage intemporel est la qualité de son image. Rarement dans un film des 70’s qui se veut quelque peu sombre nous n’avions vu pareille réussite ! L’image est claire et surtout facilement lisible. L’uniformité et le travail des couleurs atteint une perfection rarement égalée ! Une aide bien involontaire vient aussi à la rescousse du film : certains costumes ne font pas fort début du 18ème, ce qui n’est pas sans rappeler la montre dans Ben Hur ! Ces anachronismes, qui auraient pu couler l’authenticité du film, se transforment en véritable arme et forcent le respect éternel à cette oeuvre.

La prestation des acteurs se défend sans être exceptionnelle dans un film où l’aspect psychologique des personnages n’est, il est vrai, pas fort creusé. La vision trop manichéenne avec laquelle les personnages sont vus pourrait déranger certains spectateurs. Ainsi, le nain du cirque est peut-être un peu trop méchant et ressemble plus à un caniche enragé qu’à un suppot du Comte Mitterhaus !

Dans l’ensemble, et malgré certaines lourdeurs, Le cirque des vampires est un bon film. Il vaut la peine d’être vu pour son esthétique et tout simplement parce qu’il est une des légendaires oeuvres de la tout aussi légendaire Hammer !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage