Critique de film

La Maison de cire

"House of Wax"
affiche du film
  • Genre : Horreur – Slashers
  • Année de production : 2005
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Jaume Collet-Serra
  • Pays d'origine : USA, Australie
  • Durée : 1h45
  • Budget : 30 millions de dollars
  • Scénariste : Chad Hayes, Carey Hayes
  • Musique : John Ottman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Elisha Cuthbert, Chad Michael Murray, Jared Padalecki, Paris Hilton, Brian Van Holt, Jon Abrahams, Emma Lung, Robert Richard, Damon Herriman
  • Récompenses : Nominé comme Meilleure Performance Effrayante (Paris Hilton aux MTV Movie Awards 2006

    Razzie Award 2006 de la pire actrice (Paris Hilton)

    Nominé aux Razzie Awards 2006 comme Pire film et comme Pire remake

    Meilleure scène (La mort de Paige), Meilleur Thriller et Meilleur acteur (Chad Michael Murray) aux Teen Choice Awards 2005

    Nominé comme Meilleure actrice (Elisha Cuthbert), Meilleure Performance féminine (Paris Hilton), Meilleure Performance Masculine (Jared Padalecki) et Meilleure équipe d'acteurs (Elisha Cuthbert, Chad Michael Murray et Brian Van Holt) aux Teen Choice Awards 2005

Un groupe d'amis se rendant au match de football de l'école devient la cible de deux assassins dans une ville abandonnée. Ils découvrent que ces hommes ont développé la plus grosse attraction du coin - la Maison de cire - en créant une bourgade peuplée de personnages de cire, confectionnés à l'aide des corps de visiteurs malchanceux. Les jeunes gens doivent maintenant trouver un moyen de s'enfuir avant de devenir eux-mêmes les acteurs de ce funeste théâtre...

Les critiques à propos de ce film

La maison de cire - Superproduction plus que limite !
Par : Quentin Meignant


Joël Silver, producteur de Warner Bros, toujours aussi avide d’argent, a décidé d’investir dans rentable à grands coups de pubs et casting d’enfer ! Pour ce faire, il va même jusqu’à engager Paris Hilton, jet-setteuse avertie mais actrice inexistante ! Le décor est donc planté : bienvenue dans La Maison de cire...

Le moins que l’on puisse écrire est que l’entame de l’intrigue est particulièrement lente. Plus d’une demi-heure sans rien à se mettre sous la dent, c’est long lorsque l’on sait que les publicitaires avaient fait de ce film une oeuvre terrifiante ! John Ottman (responsable de la musique) nous gratifie tout juste de quelques fausses notes sans queue ni tête, sans doute pour faire sursauter les âmes les plus sensibles !


La suite du métrage se déroule de manière monotone et sans trop d’action. Bien sûr, Jaume Collet-Serra a bien essayé de nous faire frissonner mais tous ses efforts sont tombés à l’eau, la faute à un scénario et une mise en scène d’un mou rarement égalé !

Les rares scènes réussies sont par contre un pur régal ! Ainsi, les séquences de « cirisation » des victimes sont tout de même impressionnantes et auraient mérité une toute autre importance dans un film qui manque cruellement d’émotions ! La meilleure scène est sans aucun doutela capture et la torture de Wade qui souffre le martyr : tendon d’Achille coupé, couture des plaies à vif et étouffement par la cire, tant de joyeusetés nous réveillent un peu et suscitent un regain d’intérêt !

Un intérêt qui s’éteint presque aussi vite dans un film qui retombe dans ses travers. Les scènes qui suivent sont bâclées et une fin prévisible se prépare tout doucement. La séquence où Paige (Paris Hilton) trouve la mort est en dessous de tout et la trépanation de la blonde sans cervelle relève d’un véritable jeu de marionettiste : le mannequin censé cloner Paris ne lui ressemble même pas ! Cela soulève la question suivante : pourquoi faire un gros plan alors que les différences sont si frappantes ? Sans doute par manque de jugeotte ou par envie de donner du spectacle à un grand public parfois trop facile à convaincre !

Pire : cette superproduction essaie de jouer dans la cour du gore alors qu’elle ne dégoûterait même pas un enfant de 3 ans ! Ainsi, la décapitation de Dalton (John Abrahams) est un exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire au cinéma et ce, à tout points de vue : même le cadrage de la scène est exécrable ! La fin du film constiste en une « course contre la cire fondante » dans une maison transformée en véritable bougie par les deux survivants ! La cire qui fond n’a rien d’effrayant et nous l’aurions bien dit aux producteurs dès avant le tournage. Le final en est donc tout simplement ridicule et nous n’avons qu’une envie : crier « Maman, je veux la même bougie pour mon anniversaire ! Elle est trop marrante celle-là ! » Bref, dans le genre inefficace, on ne fait pas mieux !

La musique de toutes ces pseudo-scènes d’action est à la hauteur de l’ensemble du métrage : MÉDIOCRE ! John Ottman nous offre même l’occasion de revisiter les plus beaux succès de Walt Disney tant sa musique n’est pas sans rappeler les dessins animés de notre enfance ! Le pire de tout est, sans doute le casting, comme en attestent les « récompenses » glanées par le film. Des victoires et nominations aux Razzie, Teen Choice et MTV Awards n’ont rien de bien glorieux pour tout film d’horreur qui se respecte un tant soit peu (hors ce n’est pas le cas ici).

Hormis Brian Van Holt qui tient plus ou moins son rôle, tout le reste est bon à mettre à la poubelle ! Il faut dire que le manque de psychologie apparent des personnages (la faute à un scénario bâclé) n’a pas dû aider des acteurs que l’on constate totalement perdus dans le vide abyssal de l’oeuvre ! La palme revient sans aucun doute à Paris Hilton (Razzie Award de la pire actrice) qui n’avait rien à faire là ! Elle sert de publicité au film qui lui sert réciproquement de vitrine ! Il faudra un jour apprendre à ces messieurs d’Hollywood que notoriété ne veut pas dire talent ! Il en va du respect des honnêtes consommateurs que nous sommes ! Et cette greluche incapable d’exprimer la moindre émotion à cause de son visage en plastique n’a rien à faire dans quelque production que ce soit !

Au final, nous nous retrouvons avec une énième superproduction hollywoodienne ratée ! On a juste envie de crier « MARRE D’HOLLYWOOD », revenons-en au vrai cinéma !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage