Critique de film

pub

La Grande Aventure Lego

"The Lego Movie"
affiche du film

Emmet est un petit personnage banal et conventionnel que l'on prend par erreur pour un être extraordinaire, capable de sauver le monde. Il se retrouve entraîné, parmi d'autres, dans un périple des plus mouvementés, dans le but de mettre hors d'état de nuire un redoutable despote. Mais le pauvre Emmet n'est absolument pas prêt à relever un tel défi !

pub


Trailer - La Grande Aventure Lego (2014)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de La Grande Aventure Lego - Le plastique c’est fantastique
Par : Seb Brunclair

Voilà plus de 50 ans que la compagnie Lego a mis sur le marché ses fameuses petites briques emboîtables, faisant le bonheur des enfants créatifs et habiles de leurs petites mimines et le malheur des autres (je sais de quoi je parle…). Véritable raz-de-marée, le phénomène ne désemplit pas et compte à ce jour un nombre hallucinant de produits dérivés et de licences chèrement payées (Star Wars, Harry Potter, pour ne citer qu’elles) aptes à remplir le tiroir-caisse de la firme danoise.

Dans ce contexte, on s’étonnera presque d’avoir dû attendre 2014 pour avoir droit au premier long-métrage basé sur la franchise et destiné au grand écran, le marché de la vidéo ayant déjà eu droit à quelques productions de moindre envergure. La Grande Aventure Lego (The Lego Movie en VO) ne serait-elle donc qu’une arme de plus dans l’arsenal de la firme destinée à renforcer son emprise sur le marché et à piller les portefeuilles des pauvres parents à la sortie de la séance ?

Annonçons-le d’emblée : non. Non, La Grande Aventure Lego n’est pas qu’une publicité géante pour les célèbres jouets, mais une vraie bonne surprise bourrée de qualités. Elle raconte l’histoire d’Emmet, ouvrier en bâtiment vivant dans une mégapole régie, comme le reste du monde, par le dictateur Lord Business, maniaque de l’ordre et de la continuité qui assure un quotidien paisible à tous les habitants à condition d’obéir à la lettre au manuel du parfait petit suiveur, rôle qu’Emmet remplit admirablement sans souci d’individualité. C’est donc bien malgré lui qu’il va se retrouver impliqué dans une ancienne prophétie qui pourrait changer le destin du monde tout entier, à condition d’accepter de devenir quelqu’un de spécial…

Réalisé en images de synthèse mais affichant un rendu proche d’un film en stop motion, tout en bénéficiant d’effets spéciaux spectaculaires impossibles à recréer image par image, le film est une incontestable réussite visuelle, rendant un hommage permanent au monde de Lego, que ça soit par les innombrables clins d’œil aux différents univers de la marque. Le sens du détail et de la minutie est palpable et il sera bien difficile de tout saisir dès le premier visionnage, d’autant plus que le tout se déroule vite. Très, très vite.

Fonçant à toute berzingue en enchaînant répliques qui tuent et scènes d’action spectaculaires, le métrage en met plein les yeux et les oreilles durant plus d’1H30. Mais là où ce rythme et cette générosité auraient pu virer à l’indigestion, les réalisateurs et scénaristes Phil Lord et Christopher Miller (responsables du premier volet de Tempête de Boulettes Géantes) réalisent un tour de force exemplaire face auquel il est tout simplement impossible de rester de marbre. L’humour fait mouche presque à chaque coup et les références destinées aux adultes pleuvent sans jamais alourdir le récit, dont la cadence ne faiblit qu’en toute fin de métrage, à l’occasion d’un retournement de situation à la fois incongru et bien amené, malgré la tendance du dernier acte à verser dans un sentimentalisme qui pourra en écœurer certains.

S’amusant comme des fous au sein de cet univers totalement barré, les doubleurs se sont visiblement sentis chez eux et livrent des performances ajoutant toujours plus de folie à une œuvre qui n’en manque à aucun moment. Chris Pratt (vu dans la série Parks and Recreation et futur héros du Guardians of the Galaxy de Marvel) excelle dans le rôle de ce mouton insignifiant mais inévitablement attachant qu’est Emmet. Il est accompagné par des guest stars de luxe comme Morgan Freeman en grand sorcier mystique, Liam Neeson en méchant flic/gentil flic 2 en 1, Will Arnett à hurler de rire dans la peau de Batman et une cargaison d’autres noms connus venus faire coucou et se défouler le temps de quelques répliques. On conseillera donc plus que jamais de favoriser la VO, ne serait-ce que pour le formidable « Everything is Awesome », hymne guilleret au conformisme qui risque de vous rester dans la tête des heures durant.

Peut-être davantage ciblé pour les jeunes adultes que pour les enfants, de par sa tendance à l’hyperactivité, aux références subtiles ou non à la pop culture (je vous mets au défi de trouver un autre film qui réunit une Tortue Ninja, Gandalf, Abraham Lincoln et Shaquille O’Neal) et à certaines de ses vannes qui passeront totalement au-dessus de nos chères têtes blondes, La Grande Aventure Lego est une bouffée d’air frais dans le monde de l’animation doublée d’une jolie ode à la créativité et à l’exploitation du potentiel enfoui en chacun de nous. Et tant pis pour le portefeuille de papa et maman lors de la prochaine visite au magasin de jouets.

Commentaires sur le film

La grande aventure lego

0 etoiles

7 mars 2014 à 20:03 | Par Mario Girault

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 44560 photo 44561 photo 44562 photo 44563 photo 44564 photo 44565
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage