Jeux

LE RAT DU CLICK : CHASM, ça flashcartoon !

On est sous le charme de Dave Jones...

SOMMAIRE

Flash Info : 1) Submachine 10 : The Exit (Skutnik) 2) Deus Ex-Mankind Divided (Eidos Montreal)
Le The Game  : Chasm
The Sites : Transience, & Dave Jones Art
Interview : Une interview de Dave Jones par ABC
Dave Jones en Vidéos : The Rhyme of the Ancient Merino (stop motion), Dave Jones sur Vimeo
Flashback : Master Reboot (2013), Cradle (2015)
Le Flash de Harder : Stasis (dispo sur Steam depuis août 2015)

RETROUVER LE RAT
SUR FACEBOOK

INTRODUCTION

Ce Rat du Click aurait pu s’intituler Spécial Transience, tant le site développé par Dave Jones est une merveille de langage flash. Mais le travail de cet animateur et concepteur australien est à tel point tourné du côté de l’enfance, que Chasm nous a paru très représentatif de son état d’esprit ludique. Une fois n’est pas coutume, cette introduction sera brève, puisque nous avons eu la chance de mettre la main sur un entretien de Dave Jones pour ABC. Nous vous y renvoyons cordialement si d’aventure vous êtes intéressés par le parcours de ce créatif quelque peu iconoclaste. Ainsi qu’à la présentation plus bas de son site Transience et de son blog. N’hésitez pas à y faire un tour.

FLASH INFO

1) Submachine 10 : The Exit

Alors qu’Igor Krutov se lance avec Abandonned dans une filiation étroite et officielle du Submachine de Skutnik (cf Le Flash de Harder d’une chronique antérieure), le Submachine n°10 est enfin disponible en version flash en ligne et en version HD. Il est tout beau, tout neuf, et porte le doux nom de The Exit. Depuis le temps que l’on se demande par où est la sortie... serait-ce par là ? Pour de plus amples détails sur la plus célèbre série-cycle de Mateusz Skutnik, voir notre chronique qui lui est dédiée.

Jouer à Submachine 10 : The Exit

2) Deus Ex-Mankind Divided

Après la sortie du Dark Souls III de From Software (signalée dans notre chronique précédente) au rayon Dark Fantasy, c’est au Deus Ex-Mankind Divided de Eidos Montréal de s’illustrer dans la catégorie Cyberpunk. Nous pouvons dès à présent dire, sans grand risque d’erreur, que les plus grands jeux de genre 2016 seront entre les mains des jeux d’action-RPG, et n’ont pas entre celles des FPS-TPSurvival horror. D’autant qu’Electronic Arts lorgne aussi du côté du RPG avec un hypothétique Mass Effect Andromeda, alors que Capcom continue de se reposer sur sa légende avec une sortie en janvier dernier d’un remaster HD du décevant Resident Evil 0 (une madeleine de Proust pour nostalgeeks adeptes de la franchise). Une politique commerciale qui devient de plus en plus irritante, surtout si l’on considère que Capcom n’a jamais vraiment donné les moyens à un jeu tel que Remember Me (Dontnod Entertainment) de décoller.

Cette avancée en force des jeux d’action-RPG de genre pourra-t-elle servir de ligne inspiratrice à un retour de Dead Space au sommet de l’affiche ? Si on en rêve, il n’est pas exclu qu’EA y pense. A suivre.

LE THE GAME

Chasm

Chasmton est une petite ville tranquille. Jusqu’au jour où le réseau d’approvisionnement en eau tombe en rade. Joe se voit alors confier la mission d’identifier les causes de cette panne, et d’y remédier. Meilleur lauréat du jeu au Flash Forward Festival à San Francisco en 2004, Chasm est un petit puzzle adventure game en point’n’click. Gratuit, il n’en rivalise pas moins en qualité avec de nombreux produits commerciaux, et n’était sa durée un peu courte, il constituerait un jeu flash parfait.

Le jeu se compose de divers puzzles dont la résolution repose à la fois sur la logique et le sens de l’observation. L’animation est excellente avec un univers graphique qui ressemble à un dessin animé de Warner Bros. Loony-Toons. La bande-son s’intègre parfaitement à cet état d’esprit cartoon. Originalement, le jeu pouvait être bouclé d’une traite en une heure ou deux. Dave Jones semble avoir depuis augmenté le niveau de difficulté, en accentuant le rythme du débit d’eau dans des grosses canalisations labyrinthiques par où Joe doit passer. Une modification qui peut inciter le joueur à y revenir plus tard (voire à abandonner pour les moins déterminés), ce qui accorde à Chasm un petit sursis de longévité.

Jouer à Chasm

THE SITES

Comme nous vous le disions plus haut en introduction, le site Transience est une petite merveille de langage flash. On y trouve des jeux (Papers Islands et Automata sont des bijous ; Pearls Before Swine pourrait bien venir à bout de vos nerfs...), trois vidéo-clips humoristiques ([Superhero Nemo vaut son petit pesant de dérision), et diverses animations cartoonesques. L’ensemble dégage un goût prononcé pour le ludisme enfantin (à ne pas confondre avec infantile), ainsi qu’une certaine féérie narrative poétique. Bref, vous l’aurez compris, s’il vous faudra peu de temps pour venir à bout de Chasm, Transience pourrait bien vous occuper quelque heures supplémentaires..

En dépit de sa rare qualité imaginative, Transience n’est jamais devenu l’objet de la fréquentation interactive qu’il attendait. Et le site, bien qu’il n’ait jamais cessé de répondre à l’appel de l’hébergement et du nom de domaine, a rapidement cessé de devenir dynamique au profit du blog. Dave Jones s’explique largement sur ce renoncement aux activités flash virtuelles, sur ses travaux en stop motion, et sur sa préférence pour des installations réelles et des manifestations qui relèvent du happening, dans l’interview donné à ABC.

Transience, le site

Dave Jones Art, le blog

INTERVIEW

En 2012, après la sortie de The Rhyme of the Ancient Merimo, Dave Jones répondait aux questions de Larissa Romensky pour ABC.

Interview 2012 (traduction google)

DAVE JONES en VIDEOS

Un gros coup de coeur du Rat pour le court métrage en stop motion The Rhyme of the Ancient Merino. Si vous accrochez au trailer ci-dessus, vous pouvez visionner le film complet sur Viméo

Tout Dave Jones sur Viméo

FLASHBACK

Le monde de la prod indépendante n’accouche pas que des sans faute, loin s’en faut. Il voit pourtant naître des jeux, qui sans être des perles abouties, ont pour eux de receler une vraie originalité ; à l’image de Master Reboot ou de Cradle, débordant d’inventivité. Ce qui ne les empêche pas de frôler aux yeux de certains la suspicion de foutage de gueule. Alors, premiers pas prometteurs ou dilettantisme opportuniste ? A vous de juger.

Master Reboot (2013)

Master Reboot correspond pour Wales Interactive à une première tentative de passage vers un niveau plus ambitieux de développement. Si depuis, ce studio a confirmé (en bien ou en mal, la question n’est pas posée ici) avec Infinity Runner et Soul Axiom (disponibles sur Steam), Master Reboot maintient au fil du temps sa dimension originale. Avec un pitch "néo-tronien" (cf critiques ci-dessous), ce mélange de FPS horrifique, d’exploration, de puzzle game et de thriller psychologique possède un caractère mieux trempé qu’Infinity Runner (qui propose en gros une relecture d’Alien avec des loups garous). Et il trouve paradoxalement dans ses limites graphiques et son animation éculée, une qualité rétro qui pourrait séduire les joueurs adeptes du rétro gaming. D’autant que cette qualité rétro (que d’autres qualifierons de défaut) ne peut que s’accentuer avec le temps...

Rétrospective critique : Indiemag, Gameblog, Game Sphere, WiiUniverse, Sens Critique

Retrouver Master Reboot sur Steam

Craddle (2015)

Développé et édité par Flying Cafe For Semianimals, Cradle comptent parmi les jeux d’ambiance qui essayent de se faire une petite place sous le soleil de The Talos Principle. Non que Cradle soit un puzzle game à proprement parler. En l’état, c’est plus un jeu d’aventure en monde pseudo-ouvert (voir à ce propos la critique ci-dessous de Jeuxvidéo.com), combinant simulateur de marche et jeu d’exploration, avec un univers graphique steampunk a ussi séduisant qu’immersif. Le tout est parsemé d’une touche sexy sympathique, de petits puzzles à résoudre (avec items à trouver et combiner), et de mini-jeux. C’est par l’usage excessif de ces derniers que Cradle pèche, dans la mesure où ils les emploie au détriment de plus d’ouverture, de personnages et de puzzles. Mais si d’aventure Flying Cafe for Semianimals décidaient de poursuivre dans leur voie, ils pourraient bien ré-inventer le First Person Explorer/Puzzle Game Adventure...

Critiques de Jeuxvidéo.com et de Sens Critique

Retrouver Cradle sur Steam

LE FLASH DE HARDER

Stasis (2015)

On quitte un instant les douces rêveries de Jones et les jeux indé en roues libres, pour revenir sur un baron du jeu indépendant de SF horrifique. Première réalisation des concepteurs The Brotherhood (les frères Bischoff), Stasis est disponible sur Steam depuis août 2015. Non content d’être généralement reconnu par la critique comme le must have du jeu d’aventure horrifique en point’n’click, Stasis se paye le luxe de faire partie des jeux qui obtiennent une meilleure note à un test gamekult qu’à un test jeuxvidéo.com. Ce qui est suffisamment rare pour qu’on le souligne.

Personne ne le dit directement, mais tout le monde y pense : une petite lumière s’est allumée dans la tête des frangins Bischoff. Un pari gonflé, puisqu’il s’agissait d’essayer de surfer en mode point’n’click sur le succès d’une franchise reine du TPS/Survival Horror : la franchise Dead Space. Pari pour le moins casse-gueule, la transposition et la réinterprétation en mode point’n’click d’un concept qui déchire en "TPSurvival Horror" étant tout sauf gagnées d’avance. Pari réussi. On exprimera quant à nous un seul gros bémol : trouver Stasis à plus de 20 euros sur Steam (presque 40 euros en version Deluxe), alors qu’on y trouve un Pack Dead Space 1&2 pour une vingtaine d’euros.. si le jeu est isométrique, son prix l’est en revanche un peu moins... enfin, si vous êtes patients, vous connaissez la formule (mettre jeu en liste de souhaits puis attendre promo)

Stasis sur Steam

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Premier contact
2016
affiche du film
Ouija: les origines
2016
affiche du film
Synchronicity
2015
affiche du film
Les animaux fantastiques
2016
affiche du film
Mademoiselle
2016
affiche du film
Second Origin
2015

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage