Le loup derrière la bergerie

LE LOUP DERRIERE LA BERGERIE - Sexy Paris

4 décembre 2014 | Par : Alan Deprez (Vivadavidlynch)

Ça balance pas mal à Paris !

Soirée Cabaret du Néant à La Cantada.

Tel le phénix, la version online du Loup derrière la Bergerie renaît de ses cendres avec la chronique d’un documentaire : Sexy Paris (2013), réalisé par l’inconnu T. Richardson (qui est-il ?) et dont le titre fera immanquablement songer les aficionados des mondo movies (forme de documentaire bis par excellence, racoleur et à l’éthique douteuse-ndr) à des œuvres comme Le sexe et l’amour (Mondo Freudo, Lee Frost, 1966) ou Paris interdit (Forbidden Paris, Jean-Louis van Belle, 1970).

Par ailleurs, Sexy Paris aurait été censuré par la télévision française… Ce qui, on le conçoit, est un plan promo comme un autre de la part de Bach Films (coproducteurs, responsables de la présente édition DVD) et ne devrait pas empêcher Christophe Triollet, l’éminent rédac chef du Darkness fanzine, de dormir !

Sexy Paris flatte les instincts voyeuristes du spectateur et l’entraîne dans les quartiers les plus chauds de la capitale. La première escale se fait au bar La Cantada lors d’une soirée Cabaret du Néant. Une faune bigarrée s’y retrouve pour assister à des shows d’effeuillage burlesque, des danses orientales lascives et des performances qui vont de l’humour noir au trash, dans un esprit féministe, cinéphile, pro-lesbien ou porn friendly.

La baise... avec un dauphin gonflable !

A l’instar de certains mondo, l’œuvre de Richardson est découpée en chapitres, dédiés aux lieux ou à une pratique particulière. De l’ambiance festive du quartier Oberkampf, on dérive donc vers « le porno-peluche » ; un intitulé qui, vous l’avouerez, est des plus prometteurs. Il s’agit d’un fétichisme cocasse, tout droit sorti de l’imagination débordante d’un duo d’allumés du bocal, qui mettent en scène les ébats de hardeuses avec des peluches queutardes et des jouets lubriques (!). Pas dit que Mattel et Hasbro aient envisagé que leurs créations se retrouvent dans pareilles situations…

Le reste du film est au diapason : des pilotes de karting qui multiplient les tours de piste topless, de sublimes exhibitionnistes exposant leurs courbes dans des endroits touristiques de la Ville Lumière, le lancement de la campagne du parti du plaisir initié par la stripteaseuse Cindy ou encore une plongée au sein du Moon City - un des temples parisiens de l’échangisme - captent facilement notre attention.

Mais de cet itinéraire grivois, on retiendra surtout le spectacle de cirque pensé pour un public libertin (belle initiative !), le safari où des photographes amateurs traquent des amazones hongroises dans leur milieu (non) naturel et le défilé de modèles fetish (dé)vêtues de latex (de chambres à air, pour être précis !) en plein Pigalle.

Le sexy safari et ses animaux sauvages alanguis sur le sable...

En définitive, Sexy Paris est un peu limité par sa forme somme toute basique de reportage télévisuel, mais se suit avec bonheur, assumant le petit plaisir des yeux auquel il se résume. C’est déjà pas mal pour ce que l’on pourrait décrire comme une version étirée de l’habituel reportage hot de Paris Dernière. Après tout, ce serait peut-être bien à un transfuge de l’émission que l’on doit ce film. Une piste à creuser ?

Pour commander Sexy Paris sur le site de Bach Films.

Rejoignez la page Facebook officielle du Loup derrière la Bergerie.

Défilé fetish dans les rues de Pigalle.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage