Critique de film

pub

Killer Elite

"Killer Elite"
affiche du film

Pour sauver Hunter, son ancien partenaire et mentor, Danny accepte de reprendre du service et de reformer son équipe. Mais celui qui était l?un des meilleurs agents des forces spéciales va cette fois affronter sa mission la plus périlleuse. Pour réussir, il va devoir percer les secrets d?une des unités militaires les plus redoutées qui soit, le SAS britannique. De doubles jeux en trahisons, il va découvrir un complot qui menace le monde et ce pour quoi il s?est toujours battu ?

pub


Trailer - Killer Elite (2011)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Killer Elite - Un spy actioner sobre et puissant
Par : Fred Bau
Tags : Action

A ma droite, les inconditionnels du thriller d’espionnage. A ma gauche, les fans hardcore du film d’action décérébré (toute ressemblance caricaturale avec un archétype politique sclérosé en vigueur serait fortuite). Pour les premiers, Killer Elite n’est pas assez intelligent. Pour les seconds, il n’est pas assez sur-vitaminé. Au milieu, les centristes, les indécis, les bipolaires, les lunatiques, les tièdes en tout genre… et aussi ceux qui pourraient éventuellement avoir envie de se faire autre chose qu’un 007 ou un Mission Impossible, sans pour autant vouloir se taper L’aveu.

Danny (Jason Statham) est un tueur d’élite spécialisé dans les opérations de nettoyage musclées, qui décide de raccrocher, suite à une mission où il a croisé de trop près le regard d’un enfant. Il reprend néanmoins du service pour essayer de sauver Hunter (Robert de Niro), son ancien partenaire et mentor, retenu en otage par un cheikh vindicatif. Cette mission va le conduire à se confronter au SAS britannique, dont les vieux barbouzes ne tiennent pas à ce qu’on déterre leurs cadavres. Il tombera rapidement dans le giron de Spike (Clive Owen), un agent anglais des plus opiniâtres.

Non, Killer Elite n’est pas un remake du film de 1975 de Peckinpah. C’est une libre adaptation du best-seller de Sir Ranulph Fiennes, The Feather men, inspiré de faits réels. Un film donc, vaguement inspiré d’un bouquin lui-même sujet à controverse. Le premier long métrage de Gary McKendry élude et occulte la plupart des enjeux narratifs et des protagonistes du livre, pour étaler des archétypes de série B. On reprochera en conséquence en quelques lignes au scénario de Matt Sherring de n’avoir pas su exploiter son sujet ; et on reprochera au film de contourner sans états d’âme la vraie question que pose The Feather men : celle des enjeux du pouvoir politique et économique, et de ses abus. C’est fait.

On ne dissimulera pas en revanche notre agréable surprise sur la manière avec laquelle McKendry joue avec le canevas de l’actioner. Des grosses productions comme les franchises James Bond ou Mission Impossible ont accoutumé le public à la surenchère en matière d’action. Une surenchère de plus en plus irréaliste à mesure qu’elle devient de plus en plus spectaculaire. Une surenchère à laquelle Joe Carnahan a su récemment donner des lettres de décontractions savoureuses avec L’Agence tous risques. McKendry a le mérite quant à lui de prendre le contre-pied radical de ses aînés, et de ce que le public a l’habitude d’attendre d’un film avec Statham.

On soulignera en exergue, malgré sa gratuité maladroite, une course poursuite de voitures bien plus proche de celle d’un Bullit, que de celle d’un Taken. Et une superbe baston entre Jason Statham et Clive Owen, brute de décoffrage, mais virile à souhait. En somme, ce métrage pèche en ce qu’il trahit le livre de Fiennes, et ressert trop, au détriment des intrigues secondaires, le noeud du récit sur le duo des duellistes Danny/Spike. Mais il a ceci d’original que McKendry use plutôt bien que mal du prétexte du thriller d’espionnage, pour assujettir son actioner à un certain réalisme "old school". Et de ce point de vue, ce film fait preuve d’un équilibre plus subtil qu’il n’y paraît, imparfait certes, parsemé de clichés et se coltinant quelques coquilles, mais ponctué de quelques vrais moments de tensions.

Killer Elite propose le spectacle d’un spy actioner intelligent, à la fois sobre et puissant. A ne pas réduire à un Statham movie, puisqu’il offre en prime l’occasion de voir ce petit monstre du pur film d’action cohabiter avec deux acteurs de haute volée, et un casting solide. Certains appellent ça du gâchis. D’autres du ratage. Nous, on se contentera ici d’appeler ça du plaisir.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 36782 photo 36781 photo 36780
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage