Critique de film

pub

Key of Life

"Kagi-dorobô no mesoddo"
affiche du film

Sakurai, 35 ans et sans emploi, aspire plus que tout à devenir un acteur. Désespéré, il décide d’aller se purifier dans un établissement de bains publics avant de mettre fin à ses jours. Il est alors le témoin d’un accident survenu à l’un des clients, un certain Kondo. Pendant que celui est emmené à l’hôpital, Sakurai en profite pour lui dérober les clés de son casier et échanger les identités. Il découvre alors la vie luxueuse mais aussi tumultueuse de cet individu, souvent amené à côtoyer de dangereux yakuzas. Entre temps, Kondo est devenu amnésique. Convaincu qu’il est Sakurai, il part à la découverte de sa vie et de sa mémoire avec l’aide de la belle Kanae qu’il a rencontré à l’hôpital. La jeune femme venait juste de fixer la date de son mariage, alors qu’elle n’avait toujours pas trouvé de prétendant. Commence alors un incroyable choc social entre 3 personnages que tout oppose.

pub


Trailer - Key of Life (2012)
Par : Damien Taymans


Key of Life par Kinotayo

Les critiques à propos de ce film

Critique de Key of Life - Le théâtre, c’est la vie
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

"Le théâtre, c’est la vie, ses moments d’ennui en moins" arguait Alfred Hitchcock. Une réflexion qu’appliquent, contraint et forcé pour le premier, libre et ravi pour le second, Kondo et Sakurai après que leurs vies ont été échangées à la suite d’un bain public. Le costard cintré et le portefeuille garni de Kondo épousent depuis la frêle silhouette de Sakurai, acteur raté qui foire instantanément ce qu’il entreprend, même lorsqu’il s’agit de se passer la corde au cou. Une aubaine que ce bourgeois se soit viandé sur un morceau de savon et ait perdu la mémoire après une chute carabinée : Sakurai peut désormais adresser un pied-de-nez à son ex-femme, rembourser toutes ses dettes et imposer avec indécence au tout-venant la panoplie complète du Mister Bling-Bling. Reste une inconnue pour l’usurpateur : le boulot du gars qu’il incarne. Sakurai risque de devoir réviser sa liste des impros pour jouer dans la cour des grands, ceux qui éliminent sans boire une goutte de flotte et font disparaître des quidams avec plus de doigté qu’un vulgaire Gérard Majax. Tueur à gages, plus qu’une profession, un sacerdoce...

Une journaliste stakhanoviste annonce la date de son mariage lors d’une réunion de travail et réclame de ses collègues qu’elles l’aident à dégoter le mari idéal ; un lourdaud abandonné dans sa bicoque s’étale lamentablement sur le sol, la corde autour du cou ; un mec BCBG, lassé des embouteillages, fait un pit-stop improvisé dans des bains publics et perd connaissance en glissant sur une savonnette. En trois séquences, Kenji Uchida offre à chacun de ses personnages principaux un départ en fanfare et assure que Key of Life sera une comédie à nulle autre pareille. Avec son premier long, A Stranger of Mine, remarqué en terre cannoise, le cinéaste indiquait son amour pour les réseaux complexes des relations humaines au détour de cinq portraits de personnages indépendants qui finissaient in fine par se croiser et participer à la même Histoire. La polyphonie mène avec la même justesse à la symphonie dans Key of Life tandis qu’Uchida s’amuse à former un autre réseau, tout aussi dense, avec différents genres qu’il démantèle pour les mettre au service de sa gangsta-romantico-comédie. L’équilibre tient du prodige, d’autant que la multiplication des intrigues manque à certains moments de nous égarer, pour mieux nous récupérer l’instant d’après grâce à quelque tour de passe-passe scénaristique.

A la fois absurde et néo-réaliste, drôle et touchant, Key of Life jongle tellement avec les émotions, les genres, les personnages, qu’il accuse quelques baisses de rythme dommageables et se laisse de temps à autre enferrer dans une mécanique aux engrenages mal calibrés. Le théâtre, c’est donc bel et bien la vie, mais ses moments d’ennui ne disparaissent pas forcément de la représentation...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 37819 photo 37818 photo 37817
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage