Critique de film

pub

Kaïro

"Kaïro"
affiche du film
  • Année de production : 2001
  • Réalisateurs : Kiyoshi Kurosawa
  • Scénaristes : Kiyoshi Kurosawa
  • Acteurs : Haruhiko Katô, Kumiko Aso, Koyuki
  • Musique : Takefumi Haketa
  • Genre : Horreur - Fantômes et spectres
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h57
  • Budget : 25 millions de dollars
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Japanese Professional Movie Award de la Meilleure actrice (Kumiko Aso) en 2002 Prix José Luis Guarner Critic's Award au festival de Sitgès 2001 Nominé au Meilleur film à Sitgès en 2001

Taguchi, un jeune informaticien, est retrouvé pendu dans son appartement. Sous le choc, ses collègues cherchent à en savoir plus sur ce suicide inexplicable. La victime a laissé un mystérieux message contenu dans une simple disquette. De toute évidence, celle-ci recèle un virus qui contamine ses utilisateurs et a de graves répercussions sur leur comportement. A Tokyo, l'inquiétude grandit au fur et à mesure que le virus se propage à travers les réseaux informatiques. Des petits groupes de jeunes gens tentent de résister, tandis que les disparitions se multiplient.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Kaïro - Effrayant à souhait
Par : Damien Taymans

Internet est omniprésent dans la vie de quasiment tous les citoyens de nos sociétés occidentales. Il est devenu une ressource inévitable selon qu’on ait envie de préparer un travail, consulter des vidéos ou rencontrer des gens irréels qui se dressent des profils virtuels derrière leur écran et leur clavier dénué de fil, parce que c’est plus branché tout en l’étant moins (vous me suivez, là ?). C’est sur le thème de cette exagération contemporaine que Kurosawa décide de créer son film Kaïro.

Voilà un métrage assez original puisque les fantômes et spectres en tout genre n’apparaissent plus seulement aux humains par le biais d’une manifestation spectrale traditionnelle, drapés vêtus d’un drap blanc avec un boulet au pied. Si Brassens était encore là, il se plaindrait certainement avec Villon de la disparition des fantômes d’antan qui savaient hanter avec peu d’artifices. Mais voilà, sieur Brassens n’est plus et il faut avouer que Kurosawa présente justement la particularité de jouer avec son temps… mais pas trop. Il n’est d’ailleurs pas le seul à en avoir eu l’idée puisque les esprits frappaient déjà par le biais de la télévision dans Ring ou des portables dans La mort en ligne de Miike. A la différence près que Kurosawa n’en fait pas le sujet principal de son film. L’emprise du web n’est qu’un moyen parmi d’autres de se manifester et de frapper la population japonaise par le truchement de ce qu’il utilise le plus. Une critique très vive de ces phénomènes de mode est mis maintes fois en lumière par le réalisateur comme Kawashima qui dispose à son domicile d’une connexion sur la toile uniquement pour faire comme tout le monde et qui est bien en peine de manipuler convenablement sa machine.

En ce sens, Kurosawa critique cette société japonaise traditionnelle qui est en proie à disparaître. L’ambiance générale des films du réalisateur est d’ailleurs fortement marquée par cette vision kurosawéenne qui consiste à avancer que les traditions japonaises sont en train de plier sous le poids des nouvelles générations, trop peu enclines à s’agenouiller devant leurs pères et à sortir seulement jusque 21 heures. Du coup, la société nippone semble avancer au ralenti, quasiment ankylosée par ce creux de la vague. D’ailleurs, Kairo a l’originalité de présenter ces fantômes ondulants presque plus agités et vivants que leurs homologues humains, anéantis, plongés dans une flemme incroyable. Conformément à la mouvance introduite par Ring et ses descendants, les fantômes tiennent dans Kairo une place importante et parviennent à se glisser au sein de l’ambiance sordide du métrage pour effrayer comme il se doit. Et quand on parle d’effrayer, ce n’est pas uniquement en faisant un petit « Bouh » derrière une porte ou en hurlant violemment. Non, Kurosawa a préféré se passer des artifices sonores très en vogue dans le cinéma asiatique qui consiste à augmenter le volume à chaque événement terrifiant. Le réalisateur a eu la bonne idée de stresser son spectateur par le biais d’une mise en scène parfaite : décors dénués et archaïques, mouvements dérangeants des spectres et une phrase sans cesse serinée qui fait dresser les poils des bras par sa répétition en cadence et son inintelligibilité des propos.

L’autre excellente idée du réalisateur est de créer une ambiance évolutive. De sombre et glauque, l’ambiance passe volontiers par des moments poétiques pour aboutir à une atmosphère apocalyptique plus anxiogène que jamais. Ce climax prouve une nouvelle fois le savoir-faire du réalisateur. J’en veux pour preuve ce magnifique moment que constitue la disparition de Junko ou cette sortie échappatoire dans un Tokyo désert.

En conclusion, Kaïro est l’un des films fantastiques qui m’a le plus charmés tant il regorge d’excellentes idées mises en pratique (ce qui n’est pas le cas de tous les films sur le sujet) et parvient à vraiment foutre la frousse. Chapeau, monsieur Kurosawa !

Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

A chacun ses peurs, personellement celle des fantomes me hante et la vision de Kairo m"a traumatisé alors que,adepte de fantastique je me croyais blasé ! En particulier les scenes ou les personnages entrent dans les zones interdites pour se confronter à des spectres completement flippants dans leur apparence et leur mobilité.J"ai du interrompre la vision du film tellement j’etais saisi.L’ensemble du film est une experience unique digne de Repulsion ou de Prince des tenebres exemple pour moi de films qui s’impriment durablement dans la conscience au dela de leurs qualités purement techniques..

27 mai 2011 à 09:05 | Par curtiz

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage