Critique de film

pub

Kaena, la prophétie

"Kaena, la prophétie"
affiche du film

L'Axe est un arbre gigantesque qui s'élève au-delà des nuages. Sur ses hautes branches vit une petite communauté imaginaire en danger de mort. La sève a en effet tendance à se raréfier. Les dieux sont implorés en vain. Kaena, une jeune fille déterminée et rebelle, défie le Grand Prêtre et les croyances ancestrales. Allant à l'encontre des siens, elle se lance dans un périlleux voyage pour découvrir quels sombres desseins se cachent derrière les nuages.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Kaena, la prophétie - Un exercice de style limpide et soigné
Par : Chroniqueurs

Par Thibault Despreaux

Né de l’imagination de deux infographistes, Kaena est d’abord un projet de jeu vidéo avant de se transformer en téléfilm de 52 minutes. Le succès appelant le succès, le concept s’étend au long-métrage pour devenir le premier long d’animation français en images de synthèse. Le film ne sera que très peu remarqué, l’animation française n’ayant pas les faveurs sur son propre sol. Toutefois, par son ampleur formelle, Kaena entre dans la course, intégrant même avec une certaine aisance le marché américain.

Kaena est une jeune fille rebelle défiant les autorités religieuses et les croyances ancestrales pour s’en aller à la découverte du monde d’en face dont son peuple ne sait rien ; c’est qu’il y a urgence, toute vie sur son ’’astre’’ est menacée de disparaître. Agréable par sa grandiloquence aux confins du soap roturier, le scénario très emprunté n’est certainement pas la locomotive du film, en dépit du beau gadget que constitue son athéisme revendiqué ; en quelque sorte, il ne fait qu’illustrer le riche univers graphique. Après une scène inaugurale vouée toute entière à l’immersion [très réussie], le film déballe son pitch avec cette petite lourdeur que n’esquive pas toujours l’animation, c’est-à-dire par le biais de dialogues didactiques et démonstratifs. Les personnages, souvent schématiques de ce fait, sont néanmoins attachants à défaut d’être plus profonds que ceux d’un produit bessonien type Le Cinquième élément.

Si l’émotion est reléguée au second plan, l’ambiance ténébreuse, entre Final Fantasy et Giger, embarque sans contrainte. Fluide et speedé, le film accumule rencontres impromptues, gracieuses scènes d’actions et séquences d’une solennité toute aérienne. Imprégné de la fluidité et du goût des intrigues aux voies multiples que suggèrent son support initial, ce beau spectacle envoûtera tout particulièrement un public relativement jeune ou celui d’ados sensibles à l’heroic-fantasy.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage