KICK-ASS de Mark Millar

7 octobre 2011 | Par : Damien Taymans |

Titre Kick-Ass Volume 1

Sous-titre Le premier vrai super-héros

Scénario Mark Millar

Dessins John Romita Jr.

Année 2008

Editeur Panini Comics

Année d’édition 2010

Note 9/10

Résumé

Ça ne vous a jamais tenté d’être un super-héros ? De porter un costume et un masque, de sauter d’un toit à l’autre, de castagner des super-vilains et de sauver la veuve et l’orphelin ? David, 16 ans, s’est toujours demandé pourquoi personne n’avait jamais eu cette envie. Parce que lui, il ne pense qu’à ça. Peut-être à force de lire des comics, allez savoir. Et pourtant, il n’a rien d’un gros balèze, loin de là. Il est plutôt l’ado moyen, celui qu’on ne remarque pas dans la classe.

Un homme en costume plumé déploie ses ailes prosthétiques et se jette du haut d’un immeuble. Des dizaines d’étages plus bas, il s’écrase sur le toit d’une bagnole. Un Arménien inspiré par le phénomène Kick-Ass qui veut à son tour jouer au super-héros. Reprise du très Z Condorman (où ledit héros se jetait du haut de la Tour Eiffel en entrée de film), cette scène illustre la dynamique de cette bombe comics signée Mark Millar et John Romita Jr. Parvenu à maturité, le genre super-héroïque version XXIème siècle sera "réalistico-réaliste" ou ne sera pas. Le spécialiste de la modernisation des vigilantes en collants Millar dégomme la fourmillière science-fictionnelle en assénant une frappe chirurgicale sur l’édifice super-héroïque.

Décuplées, les mutations déjà opérées à l’univers des Ultimates empruntent ici la voie du réel brutal, par essence non-sensationnel. Ainsi, le jeune Dave Lizewski encaisse un coup de couteau et quelques solides raclées, manque de trépasser sous les roues d’une bagnole et remet en question ses aspirations crétines sitôt alité dans un hôpital. C’est que, bien que populaire sur la planète Youtube, cet apprenti-masqué subit par contre les implacables lois de la pesanteur terrestre et remercie davantage la Providence de l’avoir épargné que les inflexibles héritages de la génétique qui lui ont attribué les mêmes facultés physiques que son père, à savoir celles de courir un cent mètres d’une traite en 22 secondes et de cracher par la suite ses poumons durant un quart d’heure.

En somme, en libérant son poulain dans le monde des justiciers des univers Marvel et DC, Mark Millar, dont les desseins cyniques sont admirablement appuyés par les dessins, à la fois dynamiques et réalistes de son compère John Romita Jr., impose une distanciation certaine conférant au récit un éblouissant classicisme. Car, sous le masque de Kick-Ass, Dave n’est finalement qu’un ado ordinaire, qui se trouve refuge dans ses fantasmes et, se consumant dans sa banalité, décide de devenir le défenseur de la veuve et de l’orphelin. Ce constat posé, Millar tackle sec en faisant effectuer un virage détonnant à son récit dès l’incursion de Hit Girl que d’aucuns considèrent comme la vraie héroïne de cet univers décidément riche en maniaques bipolaires. Assurément, le phénomène Kick-Ass méritait de pénétrer les salles obscures...

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage