Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

Journal du NIFFF - Jour 6

Les favoris se détachent

C’est la journée qui me motive le plus, il y a trois films dans mon programme que je voulais vraiment voir à tout prix au NIFFF : Djinns, Black Death et The Eclipse. Ces trois films sont aussi dans la compétition internationale et après les avoir tous vu sauf Strigoi, je pense personnellement que ça va se jouer entre Black Death et Valhalla Rising.

Me voilà à nouveau devant l’Apollo pour les séances de presse du matin avec seulement 4 heures de sommeil, ça va être dur ! C’est avec un bon café à la main que je m’engouffre dans la salle glaciale (et oui j’ai prévu pull et chaussettes, tellement il fait froid) pour Djinns de Sandra et Hugues Martin. Algérie, 1960, en pleine guerre, un avion disparaît mystérieusement, une équipe est envoyée sur place pour voir s’il y a des survivants. Mais en plein désert ce ne sont pas que les milices algériennes qu’il faut craindre, mais des créatures qui n’aiment pas que l’on dérange leur tranquillité. Les effets spéciaux et visuels du film sont vraiment réussis et, en outre, les paysages magnifiques du Maroc ne gâchent rien. La musique originale de Siegfried Canto nous transporte dès le début dans un univers inquiétant et inconnu et mélange bien musique arabe et suspense. Mon seul bémol concerne le jeu d’acteur un peu mou et trop caricatural du légionnaire-type. Mais, dans l’ensemble, un bon film qui vaut la peine d’être vu sur grand écran.

On enchaîne directement avec Black Death de Christopher Smith. Dans l’Angleterre de 1348 qui est ravagée par la peste, seul un village reculé n’est pas touché par l’épidémie. Ulric (Sean Bean) est envoyé pour un Evêque pour enquêter sur ce village et prend un jeune moine de la région pour le guider jusqu’à celui-ci. Alors c’est déjà presque un parti pris que j’aime le film vu la présence de Sean Bean (j’assume je suis une fille et Boromir me fait fondre). Bon, passons vraiment au film. Du point de vue de la photo, on en prend plein les yeux autant par les paysages que par les FX très travaillés. C’est un film réflexif sur la descente en enfer du jeune moine (Eddie Redmayne) et de son doute face à la religion. Il nous pousse aussi à réfléchir sur les limites de la religion et de ce que l’on permet comme massacre en son nom. Avec une musique sublime, des acteurs qui ne déçoivent pas et une histoire particulièrement bien ficelée, on peut dire que Black Death est bien parti pour faire des vagues dans le milieu fantastique.

Je finis ma journée avec un film dont j’ai entendu des échos aussi bons que mauvais, The Eclipse de Conor McPherson. L’histoire se déroule à Cobh où a lieu un festival de littérature. Michael (Ciarán Hinds) qui a de la peine à supporter son veuvage est hanté par des apparitions. Il fait la rencontre de Lena, une auteure de bouquins sur les fantômes et ensemble vont essayer de résoudre son problème. Le film a gagné le Mélias d’argent à Sitges l’année passée. Ce métrage qui est très lent mais jamais ennuyeux m’a beaucoup touché. Hinds joue très bien son rôle d’homme dépassé par la vie et les événements. La musique douce et tranquille se transforme en quelque chose de menaçant en présence de fantômes et apporte une bonne consistance au film. Les moments d’horreur sont des scènes un peu gratuites, le film aurait très bien marché aussi sans. Mais avec ou sans fantastique, c’est un très bon film mais qu’il ne faut pas aller en croyant que vous aurez de l’horreur.

Pour cette journée de projections que des bons films et un coup de cœur pour Black Death, mais The Eclispe reste une très très bonne surprise que je conseille si on a le temps et que l’on veut voir un film tranquille et beau.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage