Festival NIFFF de Neufchatel (Suisse)

Journal du NIFFF Jour 2

Silence, ça tue !

C’est déjà avec très peu d’heures de sommeil que j’entame ce deuxième jour du NIFFF. C’est le problème d’être une fanatique de films dans un festival bourré de gens aussi fans que vous : on dort très peu et on parle de films non-stop. Devant une bière, cinéphiles et jeunes réalisateurs se trouvent forcément beaucoup de sujets en commun et on en oublie le réveil fort tôt du lendemain pour la vision de presse.

C’est donc avec beaucoup d’expresso dans les veines que je commence ma journée avec le nouveau film de Michael Winterbottom, The Killer Inside Me. Ce film est l’adaptation du roman de Jim Thompson qui se déroule dans le Texas des années 50. Il retrace la vie de Lou (Casey Affleck), un jeune Texan, député du shérif qui est dans sa vie privée un sadique. C’est quand il fait la rencontre d’une prostituée, Joyce (Jessica Alba), qu’il part dans une folie meurtrière. Winterbottom nous offre un film bien ficelé qui nous tient en haleine jusqu’à la fin. On a droit à des scènes superbes mais souvent choquantes où la violence sadique du personnage principal nous met mal à l’aise. Avec du beau monde au casting, tel que Kate Hudson, Simon Baker et Bill Pullman, c’est surtout un Casey Affleck au jeu incroyablement flippant qui crève l’écran en jouant un personnage sans empathie ni limite. Ne connaissant pas le livre, je ne peux pas juger si l’adaptation lui est fidèle, mais je suis ressortie de la projection assez perturbée. En tout cas, c’est un métrage qui ne laisse pas de glace et demande une certaine réflexion après l’avoir vu. Je le conseille aux gens qui ne sont pas trop sensibles et qui aiment les jeux psychologiques.

Après la pause de midi, c’est un film suisse de 1935 dans le cadre du Cinéma Suisse Fantastique qui m’attend. C’est dans la grande salle du Théâtre du Passage, qui est étonnamment encore assez pleine, que se déroule la projection. Die Ewige Maske de Werner Hochbaum relate le début de schizophrénie d’un jeune médecin qui tente de sauver des vies dans un hôpital de Bâle. J’avoue que je n’attendais pas grand-chose du film mais j’ai été plutôt agréablement étonnée. Il y a quelques très bons plans même si souvent la réalisation abuse des nouveaux effets visuels de l’époque. On sent le film très influencé par l’expressionnisme allemand pour lequel j’ai une certaine passion. Je ne conseille pas ce film aux fans du genre, mais je suis heureuse de voir que le cinéma suisse n’était pas en reste du coté du fantastique à l’époque.

Ma dernière projection de la journée a lieu aussi dans la grande salle du Passage. Cette fois la salle est pleine et est constituée d’un public totalement hétéroclite. Avant même le début du film l’ambiance est totalement électrique, il faut croire que les gens savent que le cinéma québécois est totalement dingue et ils n’ont pas tort. La catégorie Le Cinéma Québécois a le Gras Dur ! commence fort avec un film d’Eric Tessier de 2009, 5150 Rue des Ormes. Nous suivons Yannick, un jeune homme qui vient de s’installer dans un appartement et visite son nouvel environnement. Après un accident, il tape à la porte d’une maison à l’aspect tranquille, c’est là qu’il tombe sur une famille de psychopathes complètement tordus. Je pense qu’avec une salle en délire, je ne risque pas beaucoup en disant que ce film est une pure merveille du genre. On passe du rire, à l’horreur, au bouleversant et tout ça en nous tenant dans un suspense total : en clair, un vrai bijou à ne pas rater. Tous les acteurs sont très convaincants dans leur rôle, mais tout particulièrement Normand D’Amour qui joue le père de cette famille de tordus. Même après la fin du film, je ne suis pas sûre de vouloir le rencontrer un jour dans une rue tranquille…

Voilà ma deuxième journée au NIFFF bouclée et comme vous pouvez le constater, je suis plutôt emballée par les films que j’ai vus jusqu’à présent, espérons que ça dure.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage