Festival Fantasia (Canada)

Journal de Fantasia - Episode 4

Eve’s Necklace

Par Beatroce

Ce matin, alors qu’ils sont encore au lit, Eva demande à son époux William un nouveau collier. William ronchonne un peu, mais lorsqu’Eva commence à couvrir de baisers son corps nu en descendant le long de son torse, William finit par grommeler qu’on pourrait payer le collier avec la carte de crédit. Puis, il s’écrie : « stop ! J’ai oublié de sortir la poubelle ».

Voilà qui donne une petite idée de l’atmosphère qui règne entre ces deux personnes unies par le mariage mais qui se connaissent et se conviennent apparemment assez peu.
Eva est l’archétype de la femme au foyer états-unienne désoeuvrée qui reçoit sa voisine pour le café et écoute ses problèmes relatifs à la participation à la foire annuelle du quilt.

Derrière l’apparence, Eva est en réalité une immigrante sud-américaine qui a réussi à obtenir de faux papiers d’immigration en jouant dans des films porno (serait-ce le thème récurrent de Fantasia cette année, le porno ?). Grâce à cela, elle a épousé William. Mais elle n’avait pas terminé le contrat auquel elle s’était engagée avec le réalisateur, et celui-ci revient pour la menacer : elle devra payer $20.000, ou bien il révélera à tout le monde le passé de la petite dame.

Ce qui est parfaitement original dans ce film en noir et blanc qui se veut un hommage aux films noirs des années trente, c’est que tous les personnages sont... des mannequins. De type mannequins de magasin, grandeur nature, ces « acteurs » sont dénués d’expression et leurs visages sont totalement immobiles, bouches y comprises, pendant que les voix disent le texte.

Cela crée un effet plutôt mystérieux. On a envie de rapprocher les existences vides de ces personnages qui ne révèlent que la surface d’eux-même, avec ces visages lisses et imperturbables. Cela fait penser aussi à ceux qui voient sans regarder et entendent sans écouter. Est-ce une volonté du réalisateur, d’ailleurs présent dans la salle et originaire d’Austin, Texas ?

Malgré cette bonne idée audacieuse, le film est un peu ennuyeux. Les personnages ne sont pas attachants - le mari est bougon et superficiel, la femme est menteuse et pas très intelligente, et la voisine joue son rôle de cliché de banlieue.
De plus, c’est lent, les plans durent longtemps alors qu’on a très bien compris ce qui se passait.
On retiendra donc juste l’originalité dans le choix des acteurs. J’avoue que je n’avais pas remarqué qu’il s’agissait de mannequins, autrement je ne serais pas allée voir ce film, alors qu’en réalité c’était une expérience esthétique tout à fait intéressante.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage