Critique de film

pub

JeruZalem

"JeruZalem"
affiche du film

Deux jeunes américaines partent en vacances à Jérusalem lors du Yom Kippour.Mais cette escapade va se transformer en véritable cauchemar quand l’une des portes de l’enfer va s’ouvrir. Le jour du Jugement dernier a sonné…

pub


Trailer - JeruZalem (2015)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de JeruZalem - Va t’acheter des lunettes !
Par : Quentin Meignant
Tags : BIFFF 2016

Voir une nouvelle création émerger de la très pauvre industrie israélienne du cinéma de genre, si l’on excepte les génies Aharon Keshales et Navot Papushado, a toujours quelque chose de spécial. Quand, en plus, l’oeuvre a gagné le prix du public au Festival de Jérusalem et qu’elle nous promet de surcroît une version presque biblique de l’Apocalypse, on se dit que les organisateurs du BIFFF ont bien fait d’ajouter cette curiosité à leur programmation version 2016. Cette oeuvre n’est autre que Jeruzalem, un film qui met en scène deux jeunes américaines qui partent en vacances à Jérusalem lors du Yom Kippour. Mais cette escapade va se transformer en véritable cauchemar quand l’une des portes de l’enfer s’ouvre. Le jour du Jugement dernier a sonné.

Si l’on excepte la vision de l’affiche qui semble vouloir singer le marketing de World War Z, la découverte de Jeruzalem est, dans un premier temps en tout cas, hautement réjouissante. S’appuyant sur la foule de cultures et de communautés que compte la ville, Doron et Yoav Paz parviennent en effet à captiver en faisant la lumière sur un incroyable patrimoine. Cette mise en place, longue de près de quarante minutes, vue par le biais du POV qui, cette fois, se sert des lunettes connectées comme prisme, vaut clairement le détour et s’approche même presque du documentaire à la J’irai dormir chez vous.

Malheureusement pour lui, Jeruzalem est avant tout un film de genre et c’est là que le bât blesse puisque dès ses premières incursions dans l’horreur proprement dite, il se plante royalement entre séquences prévisibles et, surtout, manque total de lisibilité de l’action. Les lunettes à la pomme avaient encore bon dos durant les phases d’exposition mais paraissent tout à coup bien brouillonnes lorsqu’il s’agit que cadrer quoi que ce soit de rapide ou d’agité. Le POV prouve donc rapidement ses limites et les Paz ne peuvent donc plus que manquer leurs cadrages au point de donner lieu à un final au ridicule involontaire proche du très réjouissant Birdemic.

Bardé de bonnes intentions, très riche culturellement, Jeruzalem ne passe pas le cap de l’heure simplement à cause du POV. Ce qui faisait l’originalité d’un documentaire bien ficelé se transforme carrément en massacre visuel avec l’arrivée des premières créatures. Une horreur pour les yeux...


Critique de Jeruzalem - Coupure Pub
Par : Nicolas Mouchel
Tags : BIFFF 2016

Nous voilà donc en présence d’un nouveau “found footage”, sous-genre usé jusqu’à la corde par une horde de cinéastes opportunistes et bien souvent sans aucune once de talent, qui se cachent derrière un gimmik ou une situation prétexte pour livrer 90 minutes de film captées en caméra subjective le plus fréquemment imbuvables.
Avec JeruZalem, les frangins Yoav et Doron Paz poursuivent dans la thématique du “film-prétexte” en localisant leur intrigue au beau milieu du Proche Orient, et plus particulièrement dans la capitale d’Israël. Si le cadre est clairement original pour ce type de production, les ficelles restent énormes et l’intrigue remet très vite le spectateur sur les rails rassurants du found footage de base puisqu’on y suit de jeunes touristes américaines qui décident d’aller faire la bringue au soleil et vont rapidement se retrouver nez à nez avec de sordides anges de la mort en mode zombie. Même si les frères Paz prennent la peine d’introduire des personnages secondaires locaux, les réalisateurs payent leur tribut au cinéma de genre US puisqu’on est de toute évidence en terrain connu avec des protagonistes tous plus détestables les uns que les autres…

Autre problématique liée au tournage, cette façon sans y toucher de nous offrir une publicité géante sur les capacités géniales des Google Glass, puisque tout le film est tourné avec l’ustensile développé par la marque. Évidemment, c’est bien pratique quand il s’agit de légitimer la présence d’une caméra dans les moments les plus stressants, mais à force de nous la jouer catalogue de toutes les fonctionnalités offertes par le gadget, le tout se transforme rapidement en réclame géante et malhonnête pour Google. Bref, une fausse bonne idée.
Autre point d’achoppement, cette astuce qui voudrait lier le récit horrifique avec une explication sortie tout droit des légendes du Proche Orient. Pourquoi pas, mais il aurait fallu peut-être travailler un peu plus les ressorts de l’intrigue et ne pas nous refourguer les éternels lieux communs des films d’horreur en vue subjective de ces quinze dernières années, puisqu’on retrouve allègrement des pans entiers de [REC] et autre Cloverfield

Dès lors, JeruZalem est-il complètement pourri et opportuniste ? Non puisqu’il se suit sans trop de déplaisir, offrant même quelques visions horrifiques assez tétanisantes liées en grande partie au caractère démoniaque de ses créatures ailées (ça change un tout petit peu des zombies). Mais pour qui cherche de la nouveauté dans le genre, ou tout au moins une quelconque prise de risque, ce n’est pas là qu’il la trouvera. Un dernier mot pour signaler que le film a été récompensé du prix du jury (ex-aequo avec Evolution de Lucile Hadzihalilovic) il y a quelques semaines au 23e Festival du film fantastique de Gérardmer. En dehors du fait que les deux œuvres sont aux antipodes thématiquement et artistiquement parlant, on se demande encore comment le jury présidé par Claude Lelouch a pu récompenser un film aussi lambda. Une méconnaissance du genre peut-être…


Commentaires sur le film

0 etoiles

On le concède, le petit tour dans Jérusalem est pittoresque. Mais passé cela, Jeruzalem n’est qu’un énième POV imbuvable et sans la moindre inventivité.

28 avril 2016 à 21:04 | Par Damien Taymans

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 53055 photo 53056 photo 53057
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage