Critique de film

pub

House of the Dead

"House of the Dead"
affiche du film

Un groupe d'amis est invité à participer à une rave party sur une île mystérieuse. Arrivés sur place, ils sont attaqués par des zombies friands de chair humaine et par de monstrueuses créatures. Attaquant sur terre, dans l'air ou dans l'eau, ces monstres sont dirigés par une créature démoniaque terrée dans un sombre manoir...

pub


Trailer - House of the Dead (2003)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de House of the Dead - Une honte !
Par : Damien Taymans

Dans la grande tradition des adaptations de jeux vidéos au cinéma, il y a les bons films (Resident Evil, Silent Hill), les moins bons (Doom) et il y a House of the Dead. Il serait inconcevable de classer cette merde incommensurable du côté des bons ou des moins bons films tant le terme même de « film » ne semble pas coller à cette croûte indicible.

Tout, absolument tout est à jeter. D’abord, il y a des personnages inconsistants : de jeunes beaux gosses qui ne rêvent que de se rendre à LA rave party de l’année qui se déroule sur l’île de la mort ( !!?) et dépensent sans compter pour y arriver le plus tôt possible. Arrivés sur place, ils découvrent une île déserte et des morts par centaines mais aucun ne semble croire à un massacre et tous penchent plutôt pour une blague grotesque (malgré des avertissements gros comme des maisons). Ensuite, il y a une mise en scène foireuse, digne d’une série D. De nombreuses prises de vue qui desservent l’effroi, des bullet-time à la Matrix en veux-tu en-voilà, des inserts de séquence du jeu maladroitement placés et rendent le métrage encore un peu plus nauséeux. Ajoutez à cela des effets spéciaux trop acérés pour être efficaces, une bande son qui tourne à la cacophonie et des maquillages à la limite du ridicule.

Mais ce n’est pas tout. Car House of the Dead, en plus d’être un pitoyable nanar au-delà de la décence, ose de surcroit jouer avec l’humour et la parodie. Ainsi, le réalisateur s’est plu à contourner le genre horrifique (qu’il n’avait jamais atteint) pour tenter de faire sourire. En témoigne notamment cette grotesque réflexion sur les films de Romero : « Il a fait la trilogie des morts-vivants : aube, jour et nuit. Y paraît qu’il fera le crépuscule ! »

Eh bien, Monsieur Boll, si Romero n’a pas les moyens que vous avez eus, gageons qu’il avait au moins le talent de ses ambitions... contrairement à ... ben, vous !


Critique de House of the dead - House of stupidity
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Je crois qu’on peut commencer à le crier, Bruno Mattei, paix à son âme, a trouvé son digne successeur, en la personne du plus mal-aimé des réalisateurs : le génialissime Uwe Boll. Si quelques-unes de ses œuvres peuvent encore faire illusion, comme le foutraque mais sympathique Postal ou le gentil In the name of the king, cette adaptation de House of dead va accorder les violons de tout le monde à propos de l’incapacité filmique du réalisateur allemand.

Si on reprochait à Paul W S Anderson de ne pas avoir su capter l’essence de Resident Evil, il se pose quand même comme un élève modèle devant cette adaptation signée du pire des teutons. Même si le jeu d’origine n’était pas folichon, un énième FPS avec des zombies dans tous les coins, l’adaptation pouvait se révéler fun et gore à souhait, suffisamment pour flatter nos esprits malades d’amateur de bis sanglants. Mais c’était sans compter sur ce Uwe Boll de génie et sa vision tout autre du cinéma.

Question récurrente chez les films de Boll, on ne sait jamais si le réalisateur se fout ouvertement de la franchise qu’il adapte, ou s’il le fait avec une nullité sincère. Car sur ce House of the dead, la question devient cruciale. Après une exposition interminable, où il essaye vainement de faire entrer le spectateur dans une énième histoire d’île hantée et de jeunes apeurés, Boll nous livre les sempiternelles scènes codées du genre, se lâche dans un gun fight mou du genou avant de nous fournir un final qui fait office de non événement. Scénar’ inexistant à l’instar des autres oeuvres bolliennes habituellement pompées sur des matériaux peu propices à l’instauration d’un script.

Le souci, c’est que Boll n’est pas non plus à l’aise avec une caméra, tentant de faire passer son film pour un trip jeun’z/cool/branché à mort, il nous explose les tympans de musique techno, de plans clipé indignes d’une série Z fauché, tout droit sortis d’un Matrix du pauvre, le tout parsemé de vues directes du jeu vidéo, pour nous rappeler qu’il s’agit bien là de l’adaptation d’un video game et non d’un film amateur du dimanche. Et quand le bonhomme fait directement référence aux films de Romero, impossible de ne pas serrer les dents en tentant vainement de penser à autre chose.

Bien entendu, le casting est à la hauteur de la chose, avec sa galerie de têtards échappés d’un sitcom niveau TF1, de ses minettes dénudées qui courent dans tous les sens en criant ou se battant à la Van Damme et de ses sales gueules de service. Il faut bien entendu parler desdits zombies, visiblement échappés du tournage d’un Jean Rollin, qui ne font que confirmer son affiliation avec le regretté Mattei.

Alors certes y a du cul, certes c’est du plus bas niveau, certes y a un peu de gore, mais ne vous y trompez pas, ce House of the dead est nul sur tous les plans et ne peut même pas faire office de plaisir coupable. Un très mauvais Boll donc, mais un plus dans sa carrière de Ed Wood du moment.


Oeuvres liées :

House of the Dead 2

Commentaires sur le film

Craignos gamers

1 etoiles

daube Daube !

Je me souviens à une époque, Résident evil avait déçu pas mal de monde et un compte rendu de festival annonçait house of the dead comme celui qui allait faire oublier cela (Bustillo si tu me lis), la vision de ce film fait clairement oublier Résident evil, mais pas que cela, entre les effets cheap, les choix artistiques douteux et les maquillages foireux, on nage en plein délire sous acide, le clou s’enfonce evidement avec les erreurs glissées à droite à gauche et un scénario et des dialogues insoutenables.

Bravo Bowl !!!

5 novembre 2008 à 12:11 | Par Isokilla

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage