Critique de film

pub

Hidden

"Skjult"
affiche du film

Kai Knutsen est un jeune homme qui prend soin de sa mère folle depuis 20 ans. Après le décès de cette dernière qu’il haïssait plus que tout, il hérite d’une maison dans la forêt. Mais celle-ci cache un terrible secret.

pub


Trailer - Hidden (2009)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hidden - Promenons-nous dans les bois...
Par : Damien Taymans

Kai Koss retrouve sa région natale des années après l’avoir lâchement quittée. Las des coups de ceinturon et des bains bouillants, le petit Kai s’en est allé, laissant derrière lui une mère à cran qui a fait des gamins, « faute de pouvoir avoir un chien » (pour reprendre les termes du grand philosophe Carlos, accessoirement fils de Dolto et principalement chanteur de gauloiseries légères). Plutôt heureux de voir sa marâtre embarqué en aller simple par la Camarde, Kai revient pour faire ses adieux au cadavre et régler les diverses obligations administratives. Mais ce retour aux sources s’avère moins agréable que prévu. Le premier pied posé dans la baraque délabré qui l’a vu grandir, les ennuis commencent, les pensionnaires aujourd’hui disparus désirant ardemment lui faire comprendre qu’ils n’ont toujours pas digéré sa fuite…

Encore une bande norvégienne. Après le slasher old school Cold prey, le reboot de Massacre titré Manhunt et le délire zombiesque Dead snow, ce Norgiwood scandinave voit naître Skjult (aka Hidden) dont les préoccupations sont tout autres. Pal Oie a dû en bouffer du conte de fées durant son enfance, bercé par les merveilleuses aventures d’Hans Christian Andersen et envouté par les sous-bois ténébreux. Déjà obsessionnelle dans Villmark, sa fascination des domaines sylvestres occupe de nouveau une place centrale dans Hidden, le réalisateur allouant à ces derniers un rôle au moins aussi important que celui du personnage principal qui, en s’engouffrant dans les pinèdes pour résoudre une énigme ou fuir ses propres démons, pénètre dans le matriciel et renoue involontairement avec ses obsessions. Même constat psychanalytique pour le trou duquel il s’extirpe lors de l’évasion de la bicoque.

Vraisemblablement influencé par les travaux de Bettelheim, le cinéaste tisse une histoire dense et complexe dont les racines se fixent en plein dans le registre du merveilleux et de l’étrange. Une génitrice cruelle, des enfants martyrs, des légendes solidement enracinées, des villageois qui puisent leur haine dans le folklore local, une forêt inquiétante bordant la maison, tout s’accorde avec le monde désenchanté des contes de fées, torturé pour être intégré au sein d’un genre plus confus. Brillant dans sa forme (Oie balance à la volée des panoramiques magnifiant les décors dans un Scope flamboyant), Hidden n’adopte pas la même légèreté au niveau de sa narration. Alambiquée et nébuleuse, l’histoire égare (de Lyon) le spectateur qui intègre difficilement une atmosphère censément anxiogène.

Plutôt épais et complexe dans sa construction, Hidden échoue dans la plupart des registres, tanguant fébrilement entre le film de maison hantée, le mystère et le récit à énigme. Et Kristoffer Joner de rempiler dans un cauchemar pelliculé nettement moins convaincant que l’atmosphérique Next door.


Critique de Hidden - Photo VS script
Par : Quentin Meignant
Tags : Vigilante

Désormais habituée à nous servir de véritables petites pépites du cinéma de genre, qu’elles soient gores ou simplement délirantes, la Norvège était une nouvelle fois présente au BIFFF 2010 avec Hidden, alias Skjult, le second long-métrage de Pål Øie. Cinéaste réputé dans son pays pour avoir signé l’œuvre la angoissante de l’histoire de la Norvège, Dark Woods, le metteur en scène présentait sa nouvelle œuvre dans la Compétition Internationale, le battage médiatique autour de celle-ci s’étant intensifié suite à un grand intérêt de certains sites francophones et américains. Hidden s’intéresse à Kai Knutsen, un jeune homme qui prend soin de sa mère folle depuis 20 ans. Après le décès de cette dernière qu’il haïssait plus que tout, il hérite d’une maison dans la forêt. Mais celle-ci cache un terrible secret.

Glauque à souhait dès ses premiers instants, Hidden profite de cette ambiance particulièrement froide et délétère qui font, depuis quelques années déjà, l’apanage des bandes nordiques. Gris et assez terne dans sa photographie, le métrage norvégien instille dès les premières secondes un climax malsain qui se verra confirmé très vite par la scène choquante du film, où le personnage principal se rend à la morgue pour « se recueillir » sur le corps de sa défunte mère. Feignant la haine de fort belle manière, le comédien Kristoffer Joner, qui a participé il y a peu au fameux Kurt Josef Wagle og legenden om fjordheksa de Tommy Wirkola, offre une interprétation quatre étoile durant cette séquence, tandis que la caméra de Pål Øie se pose de manière toujours aussi détachée sur lui.

Ces excellentes premières impressions laissées par la bande ne sont hélas qu’un feu de paille car, par la suite, le cinéaste peine véritablement à faire prendre la sauce, noyant tour à tour son action dans des séquences trop molles que pour être palpitantes et dans des flash-backs totalement inutiles. Dès lors, malgré une photographie toujours assez impressionnante, l’œuvre s’enlise sous les coups de boutoir d’effets sonores mal calculés, jamais en adéquation avec le manque criant d’action. Pourtant intéressant dans sa manière de traiter les personnages, le film de Pål Øie s’enlise donc en vue d’un final peu convaincant qui ne laissera aucune trace dans les mémoires.

L’esbroufe mise en place dans les premiers instants d’Hidden n’est donc qu’un leurre pour détourner le spectateur du manque d’imagination dont faire preuve le film. Convaincant dans son premier quart d’heure, le métrage de Pål Øie souffre sans aucun doute d’un scénario mal construit et d’une arythmie de moins en moins supportable au cours de son déroulement. Léchée, l’image vient néanmoins sauver ce qui peut encore l’être…

Commentaires sur le film

HIDDEN

0 etoiles

Je viens de voir le film et je n’ai rien compris à l’histoire et j’ai des milliers de questions sans réponses !!!! Peut etre quelqu’un pourrait il m’aider à comprendre ce film ???

Merci

12 septembre 2011 à 23:09 | Par Ameno
hidden

0 etoiles

Je viens de voir le film aussi. Je peux t’aider si tu veux, quelles sont te questions ? J’ai eu aussi de la peine a comprendre quelque scènes (par exemple quel est le rapport entre la gérante de l’hôtel qui sait tant de choses et l’histoire).

4 octobre 2011 à 14:10 | Par justine
A voir

4 etoiles

On se demande si les deux précédents rédacteurs ont vu le film. Ce qui est sur c’est qu’il n’ont rien compris à l’histoire, pourtant très claire.
Un excellent film sur les séquelles d’un enfant,Koko, torturé par sa mère,qui,le jour oû il s’enfuit provoque un accident dont seul réchappe un jeune garçon que la mère folle enfermera et torturera à la place de Koko évadé. Plus tard, à la mort de celle-ci, Koko revient et des crimes commencent autour de la maison...

9 avril 2013 à 15:04 | Par PieR.F.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage