Critique de film

pub

Hell ride

"Hell ride"
affiche du film

Des membres d'une bande de motards féroces veulent venger la mort d'un des leurs. En route pour l'enfer est une virée sauvage et réjouissante avec ses femmes voluptueuses, ses engins rutilants et de l'action ininterrompue.

pub


Trailer - Hell ride (2008)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hell ride - A Bishop movie
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Attendu depuis quelques temps, Hell ride sentait bon le véritable hommage aux bandes des seventies, sorte de séance de rattrapage pour un Tarantino qui n’avait pas conquis tout le monde avec son pourtant très bon Boulevard de la mort. On ne pouvait au passage que saluer la modestie du réal’ qui s’assied ici au post de producteur exécutif et laisse Larry Bishop (Mad Dog Time) écrire et réaliser le film. Ce qui n’empêchait pas l’espoir d’un retour dans l’univers Tarantino, à l’image d’un Tueurs nés ou d’un True Romance.

Seulement voilà, qui est ce Larry Bishop qui ici endosse la triple casquette de réalisateur, scénariste et acteur principal ? Aperçu dans Kill Bill 2 ou Underworld qu’il a également scénarisé, le bonhomme n’a visiblement rien à voir avec un Oliver Stone ou un Tony Scott. Passé cette catégorisation raccourcie à propos du créateur, on ne peut que se réjouir devant le casting trois étoiles qui incorpore ni plus ni moins que l’immense Michael Madsen, l’immortel Dennis Hopper et David Carradine, ou encore le méchant Vinnie Jones (The Midnight Meat Train). Malheureusement, les apparences sont parfois trompeuses et, Hell Ride, bien que paré de ses plus beaux attributs, est loin d’atteindre le niveau des oeuvres grindhouse tarantiniennes antérieures. Basé sur un scénario prétexte narrant une énième histoire de vengeance, l’histoire se révèle très rapidement foutraque et illisible, à cause d’ellipses aussi inutiles qu’incompréhensibles. Mais le film mise avant tout sur ses personnages, galerie de bikers aux gueules basanées, incarnations fantasmées du bad guy, mais là aussi le scénario pêche par excès, nous resservant les caricatures du genre, interprétées certes par des grands acteurs qui sont lâchés en roue libre et qui fatalement cabotinent à l’extrême (Madsen en tête). Ajoutez à cela, l’égo surdimensionné de Larry Bishop se réservant le rôle phare de l’homme le plus fort, le plus respecté, le plus beau et le mieux monté de l’histoire.

Heureusement, Bishop n’oublie tout de même pas ce qu’il est en train de faire, le réalisateur ayant quand même l’intelligence de flatter notre amour du cinéma de genre poussiéreux, à coups de grosses cylindrées rugissantes dans un désert aussi exotique qu’inexploité grâce à une galerie de naïades dénudées et même plus si affinités.

Hell ride est donc avant tout un film de potes, une semi-réussite comme pouvait l’être Boulevard de la mort. Nanti d’une base en béton qui flairait bon le chef-d’oeuvre mais phagocyté par des tics d’écriture et d’interprétation qui rappellent tristement que la firme Tarantino a connu son heure de gloire il y a des années déjà, le métrage de Bishop est entre-deux-chaises agréable mais pas forcément jubilatoire.

Critique de Hell ride - Bishop roule des mécaniques
Par : Samuel Tubez
Tags : Road movie

Bécanes, flingues, drogue et sexe. Voilà ce que nous propose Hell ride, film de bikers présenté par Mr Tarantino et réalisé par Larry Bishop (Mad dogs). Ca roule donc des mécaniques, ça tue sans sommation, ça se défonce la tronche et ça culbute les jolies pépées, bref, c’est du grand cinéma quoi !

Accompagné de The Gent et du mystérieux Comanche, Pistolero veut venger la mort de sa compagne, assassinée par le gang de motards des 666. Pour y parvenir, ces gueules cassées devront entamer une longue odyssée sanglante parsemée de bombasses et de gros flingues...

Ambiance western-grindhouse pour ce road movie aux influences multiples et mal digérées. Easy rider, Desperado, westerns spaghetti, tics de mise en scène tarantinesque, Hell ride accumule les références et autres clins d’œil sans une once de personnalité. Prétentieux comme pas deux, Larry Bishop, qui semble en plus être un sacré obsédé, cabotine aux côtés d’actrices aux formes affolantes tout en baladant sa caméra constamment sous la ceinture de celles-ci. Un grand artiste est né ! Le gars, qui en est à sa seconde réalisation et que l’on a pu apercevoir dans Kill Bill vol.2, s’est toutefois entouré d’un casting assez incroyable pour cette vaste plaisanterie qu’est Hell ride : Eric Balfour, Michael Madsen, Vinnie Jones, Dennis Hopper, la brûlante Léonor Varela et même David Carradine traversent cette histoire de vengeance dont on se tape éperdument. Comme quoi, quand on a ni idée ni talent, ça sert d’avoir des potes dans le milieu !

Balourd et même assez chiant, Hell ride amuse brièvement à chaque cabotinage de tête connue tout en excitant légèrement grâce à la présence d’une gente féminine particulièrement bien gaulée (Léonor Varela, brrrrrrr). Des petits plaisirs très brefs, malheureusement, au sein d’une production qui a une grande gueule mais qui pisse dans son froc quand il s’agit de passer à l’acte.


Critique de Hell Ride - Pneu crevé
Par : Quentin Meignant
Tags : Grindhouse style

Après les excellents Boulevard de la Mort et Planète Terreur, tirés de la géniale imagination de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez, le cinéma dit Grindhouse, faisant la part belle aux bandes d’exploitation (pseudo-fauchées dans ce cas-ci), connut une seconde jeunesse et de nombreux projets inhérents à ce genre particulier firent leur apparition. Parmi ceux-ci, le Hell Ride de Larry Bishop se fit longtemps attendre, annoncé qu’il était comme un film de biker pur jus produit et imaginé par Quentin Tarantino lui-même. Hell Ride met en scène un règlement de compte sans fin entre malfrats de la route... Afin de venger la mort de sa compagne, Pistolero, un vieux motard aidé de son frère, se lance aux trousses du gang des 666.

Comme à la plus belle époque des films de bikers, Hell Ride se borne, dès les premiers instants du développement de son intrigue, à mettre en scène des personnages hauts en couleurs, de grosses bécanes et une violence que l’on pressent comme omniprésente. Néanmoins, après une entame assez intéressante, le métrage de Larry Bishop, sorti tout droit de l’imagination de Quentin Tarantino, ce qui se ressent énormément vu le côté ultra-référentiel et plutôt geek du scénario, se vautre petit à petit à cause d’une mise en scène s’éloignant particulièrement d’un quelconque traitement grinhouse.

Tentant de magnifier sa bande par une originalité de traitement, Larry Bishop rend, de plus, Hell Ride totalement incompréhensible en multipliant des inserts ne permettant en aucune façon au spectateur de s’attacher à l’un ou l’autre personnage. Ceci est d’autant plus dommageable que l’œuvre s’appuie sur une belle brochette de comédiens qui, finalement, seront très peu à échapper au naufrage. En effet, hormis l’excellent Vinnie Jones, dont la « gueule » cadre parfaitement avec la rudesse de son personnage, et le regretté David Carradine, qui donne lieu à quelques séquence d’un humour hallucinant, le reste d’un casting regroupant tout de même Michael Madsen ou encore Dennis Hopper ne parvient jamais à donner du lustre à l’œuvre. Larry Bishop incarnant par ailleurs le personnage principal se vautre quant à lui assez lamentablement, le lourd poids des trois casquettes qu’il avait enfilées pour l’œuvre (réalisation, scénarisation et jeu) étant sans doute bien trop lourd à porter. Dès lors, le déroulement de l’intrigue d’Hell Ride perd petit à petit de son intérêt tandis que la mise en scène répétitive et absurde de l’ensemble finit par lasser.

Suscitant à la base une attente énorme, Hell Ride est au final un plantureux ratage dont l’échec est à imputer en partie à une mise en scène peu engageante et une scénarisation bien trop brouillonne. Si l’idée de base pouvait paraître charmante, Larry Bishop ne sera jamais parvenu à exploiter celle-ci, rendant là un très mauvais hommage aux films de bikers.

Commentaires sur le film

REGARDABLE, LIMITE ENNUYANT...

2 etoiles

Okay, on reconnait ici le style Tarantino dés les premières minutes, cependant... Est-ce vraiment suffisant pour réussir un film ? Eh non ! Bref, à voir éventuellement pour les bimbos (qui se montrent dans leur plus simple appareil, pour le plus grand plaisir du spectateur mâle voire femelle^^), bien que ça reste un peu trop ennuyant à mon gout (6/10)

1er juin 2009 à 08:06 | Par Wolvy

1 etoiles

daube Daube !

Le role ne va pas à l’acteur principale qui fait pas crédible , l’histoire et miserable. le reste du casting et pas mauvais mention spécial pour vinnie jones qui assure toujours.

18 juin 2009 à 00:06 | Par Le R

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

arreter de jouer les critiques de pro ! ca me fait bien rire , ce film est une tuerie, il y en a qui ne savent pas apprécier les bon films, enfin bref bien drole vos critique a deux balles...

2 juillet 2009 à 18:07 | Par yann
Pfff

1 etoiles

n’est pas tarantino qui veut apparemment...

2 juillet 2009 à 22:07 | Par misterhell
Une croute inepte

0 etoiles

daube Daube !

Ce film est une honte.

18 juillet 2009 à 10:07 | Par BIF
trop dla balle

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

il est trop bien ce film, sai sur que se n’est pas un film pour les gars qui ne connaissent pas le monde du 666.

28 août 2011 à 15:08 | Par djobardjo

0 etoiles

daube Daube !

Je me demande ce que donnera le film une fois qu’ils auront dérushé tout ça...

8 août 2012 à 08:08 | Par bûcheron finlandais
Nichons, motos, et déconnade bis.

2 etoiles

Zet un peu raide les mecs.. c’est sûr qu’un film qui a l’odeur et la couleur d’un Tarantino, sans en avoir le brio a quelque chose d’agaçant.. mais Bishop aime les bécanes et les gonzesses. Tout a fait regardable avec une ou deux binouzes, par un dimanche après-midi pluvieux.

13 octobre 2013 à 13:10 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage