Critique de film

Haute Tension

"Haute tension"
affiche du film
  • Genre : Thriller – Psychologique
  • Année de production : 2003
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Alexandra Aja
  • Pays d'origine : France, Espagne
  • Durée : 1h35
  • Scénariste : Alexandre Aja, Gregory Levasseur
  • Musique : François Eudes
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Cécile De France, Maïwenn Le Besco, Philippe Nahon, Frank Khalfoun, Andreï Finti, Oana Pellea, Marco Claudiu Pascu, Jean-Claude De Goros, Bogdan Uritescu, ...
  • Récompenses : Nominé pour le grand prix du film fantastique européen (Festival du film fantastique d'Amsterdam 2004)
    Prix de la meilleure actrice, du meilleur réalisateur, du meilleur maquillage et grand prix d'argent du meilleur film européen au festival de Sitgès (2003)
    Nominé pour le prix du meilleur film (Sitgès 2003)

Marie, 20 ans, révise ses examens dans la ferme isolée des parents de sa meilleure amie. En l'espace d'une nuit, un intrus pénètre dans la ferme et, ignorant sa présence, tue un à un les membres de cette famille...

Les critiques à propos de ce film

Haute tension - Un bon moment de cinéma !
Par : Quentin Meignant


Alexandre Aja nous gratifie d’un film qui, à l’inverse de La colline a des yeux, est une réussite ! Certes, la quasi entièreté du métrage ressemble à un survival comme on en trouve à la pelle mais le dénouement est saisissant et vaut à lui seul le détour !

Durant tout le film, Aja sème des indices (Marie qui se masturbe, les cris d’Alex dans la camionnette,…) quant à la vraie nature de l’histoire mais il faut bien avouer que l’on se laisse prendre au piège et que jusqu’au bout nous n’entrevoyons qu’une intrigue banale. La vérité étant tout autre, force est d’admettre que ce film est réalisé avec talent même si quelques petits défauts font surface de temps à autre.

Par exemple, la tuerie de départ aurait pu être un peu plus étoffée que les scènes sanguinolentes que nous avons vues. Cécile de France est quant à elle magnifique dans son rôle de pseudo-victime folle furieuse. Le film monte en puissance en même temps que sa folie et elle tient l’ensemble du métrage sur ses épaules. Superbe prestation donc dans un tournage qu’elle décrit comme fort éprouvant. Elle et Maïwenn ont dû supporter des scènes très physiques, le plus souvent en pyjama et pieds nus, avec du faux sang collé sur le corps lors de nuits à très basses températures.

Un bon moment cinématographique donc, la folie malsaine à l’état pur... !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage