Critique de film

pub

Girl Next Door (The)

"The Girl Next Door "
affiche du film

1958. Dans une banlieue paisible, deux soeurs sont placées chez leur tante après le décès de leurs parents. Cette dernière, mentalement instable, va s'occuper d'eux à sa manière...

pub


Trailer - The girl next door (2007)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Girl Next Door - La martyr de l’empire américain...
Par : Gore Sliclez

Totalement passé inaperçu chez nous, The Girl Next Door (à ne pas confondre avec la comédie homonyme de 2004) est pourtant une œuvre qui a laissé des traces aux States à travers différents festivals, créant l’émoi chez les spectateurs dont certains traumatisés quittèrent la salle avant la fin. Une anecdote qui en rappellera plus d’un avec le film Martyrs qui lui aussi créa un buzz involontaire lors d’une projection mémorable à Sitges où des spectateurs écoeurés furent embarqués vers l’hôpital voisin.

Inspiré d’une histoire vraie racontée avec brio par Jack Ketchum, The Girl Next Door présente le témoignage bouleversant d’une jeune fille emprisonnée dans une cave, torturée et violée par une tante et sa progéniture perverse. Un drame exceptionnellement dur en regard des supplices infligés à cette malheureuse jeune adolescente en plein cœur d’une cité bourgeoise américaine de l’Indiana. Ketchum, romancier à succès et successeur proclamé par certaines critiques de Stephen King himself, témoignait ainsi dans son roman de l’histoire de Sylvia Likens décédée en 1964 à la suite des sévices endurés et qui fit grand bruit aux Etats-Unis. Un autre film, An american crime avec Catherine Keener et Ellen Page fut d’ailleurs réalisé lui aussi sur base des témoignages de ce terrible fait divers.

Meg Loughlin est une martyre et incarne, comme malheureusement tant d’autres victimes de l’innommable, l’innocence assassinée par le côté le plus obscur de l’homme, celui qui est incompréhensible et impardonnable. Une perversion que le réalisateur Grégory Wilson arrive à retranscrire à merveille à travers une dramatisation allant crescendo jusqu’à l’insoutenable. Tatie Ruth est une femme aigrie par la vie, jalouse et perverse qui élève trois garçons dans une maison où bières et tabac sont les passe-temps de ces enfants pas encore adolescents. Ceux-ci démontrent très vite une psychopathie précoce que Wilson nous présente lors de deux scènes animalières. Autant d’indices qui démontrent cette folie caractéristique prenant naissance au sein de cette famille et qui ne s’arrêtera plus. David, le jeune voisin accepté au sein du clan devient petit à petit témoin de l’horreur que va vivre Meg et sa sœur handicapée relativement préservée.

Les scènes se succèdent et deviennent très vite insoutenables, plongeant le spectateur dans des émotions extrêmes, une sensation d’étouffement ressentie à cause de ce réalisme du fait divers notoire que le réal retranscrit parfaitement. La pauvre jeune fille est brûlée, battue, violée, torturée psychologiquement ou encore excisée dans une scène des plus écœurantes du cinéma de genre. Si tout est suggéré c’est avec soulagement tant le scénario n’épargne en rien les sévices les plus cruels et innommables vécus par Meg. En plein cœur de l’Amérique conservatrice et puritaine des années cinquante où la bienséance oblige les voisins à ne pas s’occuper des affaires d’autrui même si elles sont étranges voire criminelles, Ruth Chandler et ses trois démons, règne sur les esprits comme sur les cœurs de ces enfants perdus. Un drame social épouvantable qui allait bousculer un pays égoïste et rendu sourd aux malheurs des plus faibles.

Si le scénario de l’histoire est forcément dense, il en est par contre un peu moins du style du film. Classique, conventionnel, frôlant parfois le côté mélodramatique inutile, The Girl Next Door ressemble furieusement à un téléfilm avec sa mise en scène peu « couillue » et assez prévisible. Néanmoins, les interprétations sont magistrales et notamment la ravissante Blythe Auffarth qui fait preuve de beaucoup de courage et de talent pour jouer des scènes difficiles (suspendue nue devant un parterre de jeunes mâles pré-pubères) même pour une actrice confirmée et l’inquiétante Blanche Baker dans un rôle de véritable salope qu’on voudrait tant transformer en punching-ball.

The Girl Next Door doit d’abord et avant tout être vu comme un témoignage bouleversant et sans concessions de cet Innommable qui sévit tout autour de nous et que la société, encore maintenant, préfère ignorer par souci de (ré)confort. On peut passer outre de telles œuvres par souci d’émotivité mais c’est peut-être aussi faire fi du destin et de la souffrance de ces êtres martyrisés qui ne demandent qu’à rester dans nos mémoires comme autant d’avertissements contre cet inconnu, parfois votre propre voisin, qui cache dans les entrailles de sa demeure une victime brisée, humiliée et torturée, mise à l’écart à vie de notre confort égoïste. Laugier l’avait très bien compris…


Critique de The Girl next door - Desperate housewife
Par : Damien Taymans

Tatie Ruth apprivoise silencieusement les jeunes garçons de son quartier. Quelques bières en guise de victuailles et des explications limite salaces qu’aucun adulte n’oserait leur conter comme nourriture spirituelle. Pas de doute, la voisine de David fait partie du « clan » des moutards environnants pour la simple et bonne raison qu’elle élève chacun de ces adultes en devenir et leur enseigne les choses de la vie. Appréciée par le voisinage, reconnue pour sa générosité sans bornes, tatie Ruth a pourtant pété une sacrée durite depuis que ses deux lointaines nièces, Meg et Susan, ont intégré son humble demeure, suite à l’accident de voiture qui coûta la vie à leurs parents. Educatrice de talent, Ruth tente de remettre les deux fillettes dans le droit chemin et de donner ainsi une leçon aux potentiels prédateurs qui campent quotidiennement chez elle…

Auteur reconnu, Jack Ketchum ne connaîtra la grâce de la toile blanche qu’en 2005 avec l’adaptation de The Lost opérée avec brio par Chris I know who killed me Sivertson. Evénement déclencheur qui s’accompagna d’un regain d’intérêt pour les écrits du romancier dont l’œuvre devient un eldorado intarissable pour les productions de genre (depuis, hormis le présent film, on compte le Red de McKee et Diesen et le futur Offspring de van Den Houten), à l’instar d’un certain Stephen King en son temps. La filiation n’est certes pas innocente tant les deux écrivains se plaisent à décrire des univers anxiogènes au sein desquels ne subsiste finalement qu’un seul être néfaste, à savoir l’homme bipède capable du meilleur comme du pire. Tiré d’un sanglant et terrible fait divers (la petite Sylvia Marie Likens torturée jusqu’à ce que mort s’ensuive) dont il s’inspire librement, The Girl next door déterre une décennie en lambeaux minée par de nombreuses exactions, abordant pour l’heure le drame de manière détournée, par l’entremise de David, héros en culottes courtes qui se voit tiraillé entre son irrépressible voyeurisme et ses préceptes moraux qui lui dictent d’intervenir. Une barrière introspective à laquelle s’ajoute une suggestion maîtrisée, à mille lieues des habituelles scènes monstratives des torture porn contemporains. Il faut dire qu’on ne badine pas avec l’enfance surtout par les temps qui courent.

Progressivement, passé une entame extrêmement sage, Wilson place le cadre de son intrigue et agite l’aiguille du tensiomètre, les protagonistes franchissant chaque nouveau palier qui les conduit vers un acculement qui rend toute fuite impossible. Chancelante et extrêmement moralisatrice, tatie Ruth s’efface religieusement au fil de l’œuvre, cédant la place de bourreau aux poupons qu’elle a enfantés et à leurs congénères, n’édictant plus que sporadiquement ses principes physiologiques chaotiques (violer une fille après son frère relève de l’inceste). Esquisse quelque peu brouillonne d’une femme en pleine déchéance qui se pose comme modèle d’une génération fébrile avide d’omnipotence. Le corps de Meg, qui plus est formidablement galbé, chatouille la libido des puceaux et leur offre une envie irrépressible de briser l’interdit. Portés par l’imbécile émulation du groupe et supervisés par une « responsable » permissive et hautement revancharde à l’égard de cette séduisante bâtarde, les jeunes passent à l’action et délivrent leur démon de midi et leur haine enfouie, provoquant une réaction d’autant plus choquante dans le chef du spectateur que les sévices sont perpétrés par des êtres qui bradent volontiers l’innocence par une amoralité gerbante.

Dérangeant de part en part, The Girl next door réussit relativement à forcer à l’empathie par le biais de son héros fragile aux motivations incompréhensibles. Placés en position de témoins voire de voyeurs, nous ne pouvons que condamner sans jamais intervenir et clamer notre haine à l’égard de ces destructeurs d’enfants. Œuvre coup de poing qui frappe d’autant plus fort qu’elle s’inspire de faits réels (le lobby habituel bien que l’auteur ait transformé considérablement la réalité pour coller à la fiction), The Girl next door souffre cependant d’une mise en scène trop désordonnée qui tantôt épouse l’introspection de son héros (l’œil humain) tantôt se place en retrait et s’auto-ampute de tout jugement (l’œil caméra). En résulte un malaise narratif et esthétique qui contrevient à celui instillé par la thématique du métrage.

Commentaires sur le film

Au delà de l’horreur

4 etoiles

Je dois bien avouer que je ne savais pas trop de quoi parlait le film et la mise en train plutôt lente ne me semblait pas de bonne augure.

Mais au fil des minutes, une sorte de malaise s’installe. On ne sait plus trop si on doit regarder ou pas. C’est comme être spectateur d’un meurtre. Le jeu des acteurs nous plonge dans un cauchemar qui paraît très (trop) réel. D’un côté, on a envie de se dire que ce n’est qu’un film et d’un autre, on a l’impression d’assister silencieusement à l’agonie de la jeune fille. J’ai eu une impression de vrai malaise au fur et à mesure des scènes de tortures. Le paroxisme est atteint avec cette scène insoutenable avec le chalumeau.

Alors, est-il vraiment possible d’aimer ou de détester ce film ? Je ne le sais pas mais il est sûr qu’il dérange car il touche notre inconscient.

20 mars 2009 à 13:03 | Par Fckybegood
M.

1 etoiles

ppetre que s il n exsistait pas ce film,ca ne changerait en rien notre monde

29 mars 2009 à 16:03 | Par choq

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

c’est le films le plus impressionnant que j’ai vue. Je deconseil vraiment de voir se film avant 18ans serieux c’est choquant il y a des scéne dur a voir mes c’est réaliste. pendant le films j’etait en pleure il ma vraiment choquer et les acteur sont bon au point que j’avais envie d’arréter le film on s’y croie vraiment et tu peut rien faire mes quand tu voi les faits divers tu te dit ouah vraiment réaliste.
le commentaire de choq est completement debile tu croit que les serie vont changer le monde reste dans ton petit monde.

6 mai 2009 à 02:05 | Par didi
Tous bourreaux...

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Et si,comme le chat qui joue avec la souris,une partie de notre cerveau prenait du plaisir avec cela,et si c’était présent en tout un chacun,merci les psy,et si cela ressortait dans certaines conditions,dans les guerres par exemple.Notre vernis de gens normaux ,civilisés,est si mince que ce film frappe et là ou cela fait mal,une femme et des gosses,cela ne devrait pas être des monstres !

8 juin 2009 à 10:06 | Par baudette
A voir !

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Je pense sincerement qu’il voir ce film pour savoir ce qu’il s’est passé pour la jeune Sylvia Likens. Tellement c’est horrible, triste et injuste. C’est normal de se renseigner sur ce qu’il s’est passé, par respect pour elle.

12 juillet 2009 à 21:07 | Par Loana
tres bon film

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

un des meilleurs films que j’ai vu cette année.mais très dure à regarder.

17 octobre 2009 à 21:10 | Par Ash

0 etoiles

excellent film qui me fait penser, à stand by mie de 1986 version horreur . les supplices sont très durs à regarder mais n’égale pas martyrs qui reste quasi ( insoutenable ) sauvé pars de jolis paysages d’amérique d’autre fois et voila .

7 novembre 2009 à 15:11 | Par thierry comandor

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

7 novembre 2009 à 15:11 | Par thierry comandor
 !!

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

J ai trouvé ce film vraiment triste, & si réel.. tout en le regardant, plus la fin approchait, plus j ’étais en larmes, car je me disais que ce genre de chose peut arriver a n’importe qui d entre nous.. j étais mal a l aise, & si triste, je ne comprenais pas comment une mère pouvait faire ca à des enfants, & le fait que cela soit basé sur une histoire vrai , m a plongé dans une crise de larme que je n’ai pu arreter avant de dormir ! Ce film m’a fait ouvrir les yeux sur le fait que plusieurs d entre nous souffrent de ce genre de sévices, & peu d entre eux en parlent.. il faut être compréhensible, ouvert, a l’écoute & surtout présent pour nos amis.. car on ne sait pas toujours ce qu’il se passe chez eux ! en tous cas , très très bon film !!!!!!!!!!!!

26 décembre 2009 à 11:12 | Par Marylou
RAS

1 etoiles

daube Daube !

Sérieusement, j’ai acheté ce film pour noel et c’est une rare m***e que j’ai eu l’occasion de voir. Un scénario simplissime avec des images "choc" qui ne valent pas un clou...

Un film sans grand interet, qui déçoit plus qu’autre chose...

2 janvier 2010 à 22:01 | Par Pollux

1 etoiles

Vraiment horrible, plutot insupportable a regarder, des scenes insoutenables.

2 janvier 2010 à 23:01

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

j’ai été submergée par l’émotion, dés les premières humiliations on ressent la perversion de cette famille perturbée. Aux âmes sensibles, prévoyez vos mouchoires . Néanmoins, je pense que ce film est une lecon de morale, qu’aurait-on fait à la place du "héro" ? N’avons-nous pas aussi un coté malsain ? c’est un film qu’il faut montrer afin que chacun de nous réagisse sur lui-même. La violence fait partie de nous, Milgram et Freud seraient d’accord avec moi... Interrogez-vous !

28 juillet 2010 à 17:07 | Par C.C.

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

J’ai été très choqué par ce film, je n’ai pas su le voir en une fois car la perversion de cette famille me dégoutais néanmoins il est très réaliste et donne à réfléchir. Je ne dirais pas que c’est mon film préféré mais malgré tout il ouvre les yeux et montre parfois que même dans les beaux quartiers ou dans de jolies famille il y a peut être un drame qui se cache derrière.

1er août 2010 à 17:08 | Par Alisson

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

un film poignant !! ceux qui ose dire que c’est une daube n’ont aucune sensibilité à la gravité des actes ! c’est une histoire vrai ça en fait tout son poignant, ses émotions tout au long du film et ces acteurs qui sont tellement bon !! je ne peux croire que l’on pense que ce soit de la daube.......
j’ai hate de lire le livre, il faut aimer ce genre de film, il me fait penser au film "changeling" avec angelina jolie, meme genre drame et poignant !

31 mai 2011 à 22:05 | Par emmyan
NUL

0 etoiles

daube Daube !

Alors honnêtement je n’peux pas comprendre qqun qui aime ce film ! La femme qui y joue n’a pas honte de se montrer à poil comme ça ?! Elle n’a aucun respect d’elle même ! Et en ce qui concerne le film, c’est trop gros, et trop sadique. On a l’impression que le seul interet de ce film est de satisfaire les masos c’est le seul que je vois...

13 mars 2012 à 21:03 | Par 32 208

4 etoiles

Emotions extrêmement désagréables pendant certaines scènes, d’ailleurs on hésite à regarder car on se sent spectateurs de l’horreur au même titre que les personnages.On baigne dans l’humiliation pure et dure, une forme de violence insoutenable où l’on n’ose surtout pas se projetter en victime.La violence progresse crescendo et Meg devient objet tellement la dégradation autant psycho que physique va trop loin.On ne lui souhaite pas de s’en sortir mais de mourrir puisque c’est la seule "belle" fin qu’on peut imaginer.Dans cette cave, la perversion et la folie atteignent le summum d’autant plus que ce sont des enfants qui sont mis en scène.Basé sur l’histoire vraie de Sylvia Lykens, le realisme retranscrit est effranyant. A voir avec precautions, à la fin on ne sait pas si on aime ou non, on est juste bouleversé et abassourdit

6 mai 2012 à 12:05 | Par agathe
Chef d’oeuvre !

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Nous sommes plongés dans l’horreur et l’impensable. Les acteurs jouent magnifiquement biens et tout en sensibilité. Les images et cadrages sont sublimes dans les ombres et les lumieres.
On prend faits et cause pour le jeune David bouleversé et cherchant à extraire Meg de l’horreur, des supplices de ses prétendus "amis". L’un des plus beaux films que j’ai pu voir et dont je ne me lasse pas de revoir quelquefois car il fait prendre conscience de certains aspects lugubres de l’existance. ce film nous met face aux vieux démons enfouis dans l’essence de l’Homme pour mieux nous faire prendre conscience de notre part d’humanité dans le discernement. En spectateur on voudrait être le sauveur qui libererait Meg de ses bourreaux. A noter une touche de romantisme pour soupoudrer l’ensemble de l’oe

13 juillet 2013 à 17:07 | Par lolo
Chef d’oeuvre !

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Nous sommes plongés dans l’horreur et l’impensable. Les acteurs jouent magnifiquement biens et tout en sensibilité. Les images et cadrages sont sublimes dans les ombres et les lumieres.
On prend faits et cause pour le jeune David bouleversé et cherchant à extraire Meg de l’horreur, des supplices de ses prétendus "amis". L’un des plus beaux films que j’ai pu voir et dont je ne me lasse pas de revoir quelquefois car il fait prendre conscience de certains aspects lugubres de l’existance. ce film nous met face aux vieux démons enfouis dans l’essence de l’Homme pour mieux nous faire prendre conscience de notre part d’humanité dans le discernement. En spectateur on voudrait être le sauveur qui libererait Meg de ses bourreaux. A noter une touche de romantisme pour soupoudrer l’ensemble de l’oe

13 juillet 2013 à 17:07 | Par lolo
Pas un chef d’oeuvre.

2 etoiles

J’ai préféré An american crime : moins putassier & voyeur que celui-ci, sans vouloir cracher sur tous les "torture porn"...

14 juillet 2013 à 11:07 | Par biduletruc

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage