BIFFF 2011

Gazette du BIFFF 2011

15 avril, Jour 9

Compte-rendu de la journée

Alors que presque toute l’équipe de CF était sur le pied de guerre assez tôt pour interviewer divers guests (interviews que nous vous proposerons très bientôt sur le site), cette journée du 14 avril a débuté avec le très cérébral Yellowbrickroad. Rapidement décrié par une majeure partie du public, l’oeuvre de Jesse Holland et Andy Mitton a quand même eu le mérite de proposer une symbolique assez forte qui n’a pas manqué de ravir les spectateurs avides d’un cinéma Autre, faisant de lui un redoutable challenger dans la compétition 7ème Parallèle.

Toujours dans ledit concours, c’est ensuite Ayu qui a déboulé sur les écrans, faisant preuve d’une poésie sans doute un peu trop exacerbée en cette fin de festival où la fatigue prime plus que jamais. Résultat des courses : un seul de nos chroniqueurs est resté en salle... car il s’était endormi.

La suite des événements s’est néanmoins avérée plus remuante avec la présentation de Midnight Son de l’excellent Scott Leberecht, sorte de relecture plus poétique et un petit peu plus trash de Twilight. Sans pour autant se montrer transcendant, l’ensemble bénéficie tout de même d’une mise en scène très travaillée, en parfaite adéquation avec son thème romantique.

De romance, il n’en a nullement été question par la suite avec le très attendu Wake Wood, synonyme de retour de la grand société Hammer sur les écrans. Malheureusement, l’oeuvre de David Keating n’a, en aucun instant, réussi à convaincre. Sorte de sous-Simetierre, voire même de sous-Wicker Man, l’oeuvre que votre humble serviteur attendait le plus a disposé de tous les éléments pour constituer un flop retentissant.

Cette séance, où la somnolence primait avant tout, constituait dans un certain sens, le calme avant la tempête, avec l’arrivée sur l’écran de I saw the Devil, précédé d’une fameuse réputation. Celle-ci n’a jamais été démentie, le film de Kim Jee-Woon étant bel et et bien le chef-d’oeuvre auquel on s’attendait. Rythmé, gore et angoissant du début à la fin, I saw the Devil a en tout cas tout en main pour remporter le Corbeau d’Or.

Bluffant totalement un public très nombreux (une nouvelle fois, la salle était sold out), le film de Kim Jee-Woon ouvrait une voie royale à l’entrée en scène de Nishimura lors de la séance de minuit. Totalement barge (pressque autant que ses films), le responsable des effets spéciaux de Horny House of Horror arriva sur la scène en string, ce qui n’a bien entendu pas manqué de provoquer le délire dans les travées de Tour & Taxis. Obligeant par ailleurs son ami et réal Jun Tsugita à se déshabiller, Nishimura a sans aucun doute marqué l’histoire du BIFFF par sa folie, chose dont manque cruellement Horny House of Horror, film plein de promesses qui, hélas, s’avère assez peu spectaculaire et décevant. Qu’à cela ne tienne, cette soirée du 14 avril a sans doute été la meilleure soirée du BIFFF 2011 à ce jour.


Reviews des chroniqueurs

Yellowbrickroad

Damien : 3 étoiles

Plusieurs explorateurs embrigadés dans le clip Doo Wop de Lauryn Hill. Délicieusement intrigant, incroyablement hypnotique.

Hellrick : 1 étoile

Encore des gens qui marchent dans une forêt et ça fait un film...

Ayu

Evil Seb : NC

Ma mère aurait sans doute bien aimé. ZZZZZZZZ

Midnight son

Damien : 2 étoiles et demi

La descente aux enfers d’un suceur de sang qui s’abreuve aux pochettes d’hémoglobine, calquée sur le calvaire des junkies. Avec quelques très beaux plans en prime.

Mae-Nak : 2 étoiles

Une mise en scène très travaillée et de qualité qui sauve un scénario plutôt convenu.

Vivadavidlynch : 1 étoile

La prétention indé à son meilleur. Démarquage cheap de Twilight. Sans intérêt mais c’est bien shooté.

Evil Seb : 2 étoiles

Un bon concept mais un traitement trop léger et une intrigue qui tourne en rond.

Wake wood

Damien : 1 étoile

De quoi mettre de mauvaise Hammer pour le reste de la soirée...

Mae-Nak : 1 étoile

C’est officiel : la Hammer est vraiment morte !

Evil Seb : 3 étoiles

Un film de vidéo club des 80’s. Plutôt fun.

Vivadavidlynch : 1 étoile

Pauvre Hammer... S’ils pensaient retrouver le lustre d’antan avec cet ersatz raté de The Omen/Orphan, autant qu’un sous-Wicker Man.

Winslow Leach : 1 étoile

La Hammer est morte et enterrée depuis des lustres. Vouloir la ressusciter avec ce drame horrifique ultra-convenu était une grave erreur.

I saw the devil

Damien : 5 étoiles

Chasseur et proies se confondent, violence et jouissance s’imbriquent. Du pur cinéma venu de Corée !

Winslow Leach : 4 étoiles

C’est le film le plus long du festival mais c’est sans doute aussi le meilleur. On tient notre vainqueur de cette année !

Vivadavidlynch : 5 étoiles

La bombe du BIFFF 2011. Apre, brutal, nihiliste et jusqu’auboutiste, une oeuvre complète d’une maîtrise extrême.

Evil Seb : 5 étoiles

Parce qu’on ne peut pas en mettre 500 ! Je crois que c’est ce qu’on appelle un chef-d’oeuvre.

Mae-Nak : 5 étoiles

Une maestria et un suspens de tous les instants. Qui pourrait détrôner un tel chef-d’oeuvre ?

Horny house of horror

Mae-Nak : 1 étoile

Le trash nippon dans ce qu’il a hélas de plus détestable. Beaucoup de promesses pour peu de spectacle...

Vivadavidlynch : 2 étoiles

Du gore, des babes, des boobs et des petits culs. Que demande le peuple ?

Winslow Leach : 1 étoile

Des putes, des bites et du sang. What else ?


Animations

Les clichés de Raymond Widawski


A ne pas rater !

Bestseller

Par : Mae-Nak

Enorme succès au box-office sud-coréen en 2010, Bestseller est tout simplement synonyme de retour aux sources du cinéma asiatique puisqu’il constitue une ghost story de qualité, genre qui avait permis aux productions venant du Grand Est de débarquer avec grand fracas en Occident au début des années 2000.

Autant dire que Lee Jeong-ho a fait mouche pour cette première réalisation puisque de nombreuses personnalités du cinéma asiatique (Tsui Hark et son Missing pour ne citer que lui) s’étaient cassé les dents ces dernières années sur de tels projets. Avec des influences fort variées allant du maître Nakata (pour le traitement du surnaturel) au grand Alfred Hitchcock, Bestseller est composé de tout ce qu’un métrage de cet acabit a besoin : une héroïne torturée par un passé mystérieux, des protagonistes énigmatiques à la pelle, un décor désuet et grinçant, autant d’éléments aussi classique qu’efficaces. Autant annoncer dès lors que l’intention du cinéaste était sans aucun doute de donner naissance à un film de trouille, chose visiblement réussie à en croire les nombreuses reviews positives et en découvrant une bande-annonce plutôt alléchante.

En ayant pu compter sur le travail d’un directeur de la photographie hors pair (Choi Yeong-hwan), Lee Jeong-ho a donc pu allier la forme et le fond, même si ce dernier devrait faire preuve d’un classicisme à toute épreuve, ce qui, pour certains, pourrait s’avérer plus difficilement assimilable. Bestseller met en scène Hee-Soo, dont le quatrième bouquin est un véritable succès littéraire et pour lequel les sollicitations médiatiques pleuvent pour le plus grand plaisir de son éditeur. Puis vient la méga tuile, le cauchemar de tout écrivain : l’accusation de plagiat ! Deux ans plus tard, elle ne s’en est toujours pas remise et n’arrive plus à pondre la moindre ligne. Elle décide doc de partir à la campagne avec sa fille et ainsi, essayer de profiter du calme pour tenter de se remettre à écrire. Mais voilà, une fois sur place, sa fille se met à parler avec une amie imaginaire.

Le programme de demain

14h00

The temptation of St Tony

Réalisé par Veiko Ounpuu

Avec Taavi Eelmaa, Ravshana Kurkova, Tiina Tauraite

Compétition 7è parallèle


16h00

Transfer

Réalisé par Damir Lukacevic

Avec B.J. Britt, Régine Nehy, Ingrid Andree

Compétition internationale et européenne


18h00

Milocrorze

Réalisé par Yoshimasa Ishibashi

Avec Takayuki Yamada, Maiko

Compétition 7è parallèle


20h00

Neon flesh

Réalisé par Paco Cabezas

Avec Mario Casas, Vicente Romero, Macarena Gomez

Compétition Thriller


22h00

Bestseller

Réalisé par Jeong-ho Lee

Avec Jeong-Hwa Eom, Kang-Hee Choi, Jin-Woong Jo

Compétition internationale


00h00

Karate robo zaborgar

Réalisé par Noboru Iguchi

Avec Itsuji Itao, Asami, Akira Emoto

Hors compétition

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage