Critique de film

pub

Gallows

"The Gallows"
affiche du film

Dans une petite ville, un accident se produit pendant le spectacle de fin d'année du lycée et fait plusieurs morts. Vingt ans plus tard, des lycéens du même établissement remontent la pièce pour rendre hommage aux victimes de la tragédie, mais découvrent qu'il vaut mieux parfois ne pas ressusciter les fantômes…

pub


Trailer - Gallows (2015)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Gallows - Scary Movie
Par : Seb Lecocq
Tags : Found footage

Petite production, petit budget, petit casting, grosse rentrée d’argent, telle est la devise du nabab Jason Blum qui nous sert aujourd’hui Gallows, qui renoue avec la tradition du found footage, mais uniquement pour une question de budget tellement il est clair que le duo derrière la caméra fait n’importe quoi avec le procédé et n’hésite pas à alterner flash-backs ou « séquences Rashomon ». Ce qui est bien évidement impossible si on respecte scrupuleusement les règles de cet artifice de mise en scène. Un « je m’enfoutisme » qui résume à lui seul la teneur du projet !

Gallows n’est finalement rien de plus qu’un remake déguisé et branchouille du fabuleux Bloody Bird de Michele Soavi. Un soir, une bande de lycéens s’incruste dans la salle de spectacle de leur école afin de saccager le décor de la pièce. Enfermés dans le théâtre, ils vont passer une nuit d’horreur poursuivis par un tueur masqué bien décidé à leur apprendre à respecter l’art de la comédie. Tout ce qui était réussi dans Bloody Bird est totalement raté dans Gallows. Aucune esthétique, aucun soin apporté aux décors ni aux costumes ou à la mise en scène, aucun esprit, aucune âme ne se dégageant des images du duo Cluff/Lofing qui signe ce bout à bout de scènes qui empruntent à tout un tas de films de genre. Outre Bloody Bird, on pourrait citer The Faculty ou The Blair Witch Project dont la scène la plus emblématique est ici reprise telle quelle. Si la forme est nulle, le fond l’est aussi : vengeance post mortem, souffre-douleur, blague potache et amourette entre lycéens. Mais de toute manière, ce que l’on recherche dans ce genre d’œuvrette c’est le frisson, la peur, le malaise. Et bien ici, on peut chercher encore longtemps, on ne trouvera rien, tout n’étant qu’artifices et attrape-nigauds.

Jump scares, hausses du niveau sonore et apparitions fantomatiques floues en fond de cadre : voilà tout ce qu’à à offrir Gallows. C’est bien peu et déjà trop tant le film du duo ne brasse que du vide. Le seul qui souffre dans Gallows, c’est le spectateur. Alors fuis tant que le film n’est pas encore commencé !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 51428 photo 51427 photo 51429
Voir la galerie complète

News associées (1)

septembre 2015
Sortie blu-ray pour Gallows
11/09/2015

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage