Critique de film

pub

Frontière(s)

"Frontière(s)"
affiche du film

Alors que l'extrême droite est sur le point d'arriver au pouvoir, de jeunes banlieusards commettent un braquage. Poursuivis par des flics hargneux, les membres de la bande dépassent la frontière de leur propre violence. Ils s'enfuient en voiture et débarquent dans une auberge perdue en pleine forêt, à la limite de la frontière luxembourgeoise. Les tenanciers de cet étrange établissement, accueillants dans un premier temps, vont peu à peu montrer leurs vrais visages : celui de la folie et de la mort ! Crochets de boucher purificateurs, porcs agressifs, coups de flingue mal placés, armes blanches aiguisées à l'extrême, cannibalisme déjanté, néo-nazi sur le retour : les potes vont devoir affronter la douleur absolue et dépasser la frontière de l'horreur la plus extrême. Tout ça dans un seul et unique but : survivre. Ou mourir vite !

pub


Trailer - Frontière(s) (2007)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Frontière(s) - Un (trop ?) bel hommage...
Par : Gore Sliclez

Troisième film français coup de poing après Haute Tension et À l’intérieur, Frontière(s) était annoncé à l’instar de ses prédécesseurs comme le film qui allait donner un bon coup de pied dans la fourmilière et faire renaître le cinéma de genre en France. Pour un tel pari, Xavier Gens s’entoure d’une équipe de fidèles comme Estelle Lefébure (avec qui il a travaillé pour le film Au petit matin, 2005) et Samuel Le Bihan (idem pour Fotografik, 2006). A la production on retrouve ses comparses Luc Besson et Laurent Tolleron, la musique est signée Jean-Pierre Taieb et pour la photographie un Laurent Barès décidément talentueux. C’est donc toute une bande de sympathiques fêlés qui entreprennent cette longue et difficile gageure, tout l’art de savoir s’entourer pour un réalisateur culotté et passionné.

L’histoire ? La France est passée sous le contrôle d’un gouvernement fasciste d’extrême droite et fait la chasse à cette « racaille » des banlieues via une police expéditive et ne faisant plus dans la dentelle. Et pour ceux qui, par malheur, ne possèderaient pas les caractéristiques aryennes, cette France n’est plus la leur…
Fuyant cette atmosphère délétère, une bande de petits braqueurs parisiens se perdent en pleine campagne et décident de loger dans un motel miteux tenu par des néonazis sanguinaires et cannibales.

Avec une tel scénario, inutile de dire que la tâche entreprise par Gens s’avère difficile, voire impossible, à « vendre » à des producteurs et distributeurs de l’hexagone. C’est sans compter la détermination du réal français et du bienfaiteur Canal + (via la branche French Frayeurs) qui décident de garder leur ligne créatrice, défendant scène par scène contre une censure très pesante.
Car Frontière(s) est sans nul doute un film d’une violence très visuelle qui repose sur un scénario dérangeant, voire provocateur en ces temps de tensions sociétales.

Avec l’utilisation d’une pellicule granulée rappelant furieusement celle employée dans les années 70 et de nombreuses références aux films de cette époque on pense inévitablement au film phare de Tobe Hooper, Massacre à la tronçonneuse. C’est que cette famille de dégénérés fachos conviés autour d’un repas de famille sous l’emprise d’un ancien officier nazi paternaliste ça rappelle forcément quelque chose.
Filmées caméra à l’épaule, les scènes de torture pratiquées par de gros garçons bouchers (ne pas oublier le très saillant tablier de circonstance) et d’égorgements barbares se succèdent dans une ambiance poisseuse, craspec voire vomitive.

Un survival hardcore, jusqu’auboutiste et nihiliste qui rend brillamment hommage à un certain cinéma contestataire, trash et politisé venant des States ou d’Italie, contemporain ou d’époque.

Seulement voilà, Estelle Lefébure (en Baby-Sheri Moon-Firefly) et Samuel Le Bihan ont beau être terriblement bons et à contre-courant total de leurs anciens rôles, on ne peut malgré tout se demander si ce choix fut judicieux compte tenu justement de leur médiatisation people (trop) importante. Ajoutez à cela un second degré incarné par des personnages caricaturaux (le patriarche nazi et sa progéniture costumés en SA) déclamant des phrases bateau d’un autre temps et vous aurez ce sentiment dommageable de distanciation par rapport à l’histoire et à ses protagonistes. Paradoxal quand on pense à l’interprétation viscérale de Karina Testa… Situation étrange accentuée en cela par un souhait tout à fait louable de la part de Xavier Gens de rendre hommage coûte que coûte à sa galerie de films cultes.

Frontière(s) est une œuvre militante, gonflée et impertinente qui a le courageux mérite de crier haut et fort que le cinéma de genre (et spécialement d’horreur) a sa place dans le paysage cinématographique trop guindé en France. Un film fort, à la photographie très soignée, qui témoigne assurément du grand talent en devenir d’un Xavier Gens déjà fort plébiscité aux States.


Critique de Frontière(s) - Jusqu’au bout de l’horreur...
Par : Damien Taymans

Jadis assistant de Ringo Lam et Tsui Hark, Xavier Gens se fait un nom avec son court métrage Au petit matin ainsi qu’avec son segment de la série Sable noir avant de se lancer dans son premier long métrage intitulé Frontière(s) où il retrouve des amis qui ont déjà collaboré avec lui comme Samuel Le Bihan ou Estelle Lefébure. Fan d’horreur de la première heure, Gens souhaite avec son long faire un film hommage au cinéma qui a bercé son enfance et son adolescence. Dès lors, le réal n’hésite pas à citer volontiers au sein de son métrage ses multiples références.

L’influence première est incontestablement le Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper qui a marqué des générations entières par son atmosphère malsaine et son concept trash (bien qu’aucune goutte de sang n’intervienne). Peu admiratif du remake de Marcus Nispel qu’il trouve trop commercial, Gens souhaite réaliser avec son film un hymne à l’œuvre hooperienne. Les références sont multiples : photographie superbe et atmosphère poisseuse, scène du dîner, jeune homme pendu à des crochets, … Le métrage pousse également vers d’autres œuvres incontournables : Estelle Lefébure arbore la dégaine de Sheri Moon Zombie dans The Devil’s Rejects, le film emprunte son côté trash à Saw ou autres Cabin fever. En clair, Frontière(s) est un film ultra référentiel qui renvoie aux meilleurs survivals de Massacre à la tronçonneuse à Wrong turn en passant par Délivrance.

Cependant, le présent métrage n’est pas seulement un digest des meilleurs films du genre mais compte bien influencer autant qu’il l’a été. Tombant volontiers dans la caricature exagérative, Gens donne un ton plus léger mais aussi plus dramatique à son film. L’excès n’est malheureusement pas très éloigné de la réalité comme le prouvent les gunfights entre jeunes racailles (reprenons les termes du président français) et policiers qui ont depuis trouvé une correspondance dans les faits réels ou les associations fâcheuses du clan nazi (les jeunes sont des racailles, des brûleurs de voitures, ceux qui ne mangent pas de porc sont des Juifs, Amsterdam est la ville de la drogue, …). En ce sens, bien plus qu’avec les scènes d’émeutes placées en début du film, Gens touche au politique et au social. Mieux, il le fait avec brio et ne tombe pas dans la critique facile. Il se fait maître d’une démonstration discriminatoire et use et abuse de la violence comme d’un catalyseur de ces pulsions humaines poussées à l’extrême.

Certes, on aurait bien des choses à redire sur Frontière(s). On pourra critiquer certaines répliques parfois surjouées par l’un ou l’autre comédien. Le film souffre également d’un manque d’équilibre, déversant l’essentiel de son énergie dans un final quelque peu too much. Mais ce serait là ne pas tenir compte de l’évolution en matière de cinéma du genre français qui doit résorber un sacré retard (d’où un certain anachronisme) ni de l’intention de départ du réalisateur qui comptait livrer un film jusqu’au-boutiste et a concentré toute son énergie et mis toute son âme pour atteindre ce but.

Frontière(s) est un grand film qui va jusqu’au bout de ses idées et assume complètement sa violence. Mention spéciale pour la superbe scène de la coupe de cheveux, poétique et insoutenable, paradoxe suprême qui entérine une fois pour toutes le savoir-faire de Xavier Gens.


Critique de Frontière(s) - Quand Monsieur Gens donne la leçon...
Par : Quentin Meignant

Xavier Gens, sympathique fan de cinéma de genre, s’est lancé dans l’aventure Frontière(s) à un moment où le cinéma de genre tricolore se porte un peu mieux. Avec des œuvres comme Haute Tension ou A l’intérieur, le réveil annoncé a enfin eu lieu et il était donc du devoir de Frontière(s) de confirmer ces très bonnes impressions.

Le moins que l’on puisse dire est que Gens s’attelle dès le départ à nous donner du rythme en main : filmant avec saccades une fusillade entre bandits énervés et flics ultra-violents, Gens place la barre très haut.

Des morts à la pelle et un état français présenté comme totalement fasciste, Xavier Gens a su où frapper le plus fort. Profitant des émeutes nées à Clichy, le réal a su surfer sur l’actualité d’un état qui paraît, il est vrai, de plus en plus mal embarqué.

Ce contexte extrêmement politisé est propice à une petite critique de l’état français où la ghettoïsation et la marginalisation des banlieues sont choses courantes à l’heure actuelle. D’aucuns prendront ça comme un cliché mis en scène par Gens, cliché de petits banlieusards bien ancrés dans notre époque.

Mais ce que Gens a surtout voulu faire, c’est mettre en avant comment notre société pourrait retomber dans les travers passés à savoir ceux du fascisme et de l’extrême droite, parti qui monte en France à l’heure actuelle.

C’est ainsi qu’il tente un parallélisme entre cet aspect politique et la famille de barbares ardennais, descendants directs d’un nazi de la guerre 40-45. Tout un programme donc que Gens s’échine à nous faire passer de la meilleure manière qui soit.

C’est ainsi que, très vite, dans l’auberge, l’ambiance bizarre que suscite les comportements de Gilberta et Klaudia, véritables nymphomanes, qui en veulent directement au sexe des clients et de Goetz, le frère quelque peu barbare de ces dernières.

C’est à cet instant que l’on se demande si Gens a vraiment bien fait de mettre en scène cette famille bizarre car, entre Gilberta et Klaudia qui évoquent sans nul doute Sheri Moon Zombie dans Devil’s Rejects et Goetz qui rappelle tant Massacre à la tronçonneuse que La maison des 1000 morts, on se retrouve un peu trop cloisonnés dans l’univers cher à Gens.

L’impression de déjà-vu va grandissant au fil des scènes mais…. C’est sans compter sur l’immense qualité de la mise en scène du réal mais aussi sur le talent d’acteurs que l’on n’aurait pas cru une seule seconde si performants !

Samuel Le Bihan, dans le rôle de Goetz, donne un caractère très spécifique à un personnage terriblement mystérieux et nous régale par ses mimiques d’une infinie efficacité. Il est parfaitement appuyé par une Estelle Lefébure (ex-madame Arthur selon les potins people) totalement efficace dans un rôle pas évident du tout de nymphomane complètement dérangée. Jean-Pierre Jorris (83 ans, quelle santé !) vient parfaitement compléter ce casting de choc en interprétant à merveille cet ancien soldat nazi vraiment dingue sans qui ces pauvres gens seraient bien tranquilles.

Or, grâce à la mise en scène de Gens, nos héros sont tout sauf à l’aise ! Les scènes d’une intensité et d’un gore exquis s’enchaînent alors à la vitesse V-V’ et c’est avec grand peine que certains assisterons à quelques unes d’entre elles.

Une trépanation particulièrement hard et une chambre froide qui fait éprouver toutes les douleurs les plus atroces à une des victimes sont sans aucun doute les clés de voûtes d’une deuxième partie vraiment fort agréable à suivre.

Au final donc, Gens nous livre un film qui, en plus de dénoncer ce qui, mine de rien, pourrait fort bien arriver, parvient à captiver par une mise en scène énergique. Malgré un canevas parfois fort convenu, c’est donc avec un immense plaisir qu’il faut découvrir cette œuvre bien ancrée dans notre époque. Le cinéma de genre français est sur la bonne voie et c’est à des personnes comme Gens que nous le devons !


Critique de Frontière(s) - Limité
Par : Samuel Tubez

Voici la nouvelle sensation forte du cinéma de genre français. On le sait, Xavier Gens est un vrai passionné et il a dû en découdre sur ses deux films pour obtenir ce qu’il voulait. C’était perdu d’avance sur Hitman qui est un produit ultra calibré et commercial mais sur Frontière(s), son tout premier long, le réalisateur a pu se lâcher tant bien que mal pour fournir le survival hardcore qu’il avait en tête. Tant mieux, a-t-on envie de dire, mais est-ce que cela est suffisant pour en faire un bon film ?

Passé une rapide introduction plantant un arrière-plan politique qui ne sera pas d’avantage exploité (et qui ne sert pas à grand-chose dans l’histoire qui suit, il faut bien l’admettre), le film de Gens s’enlise dans la citation facile. Les emprunts aux films de Hooper et de Peckinpah sont évidents, et l’on se rend bien compte de la cinéphilie du réalisateur-geek. On repassera donc pour l’originalité car l’histoire est on ne peut plus classique pour le genre et les références présentes sont archi-usées. L’intérêt du film se situe donc ailleurs. Techniquement, le film a de la gueule et Gens fait preuve d’une maîtrise certaine (voir le gunfight final). En plus, il ne fait pas dans la dentelle. Car pour être gore, Frontière(s) est foutrement gore ! Sur cet aspect là, on ne nous a pas menti. A partir de là, le film se regarde donc comme un divertissement généreux sans jamais hélas nous emporter dans des sentiments extrêmes ni nous faire ressentir quoique ce soit pour ses protagonistes. On aurait plus tendance à rire qu’à vibrer face à ce film qui bénéficie d’une interprétation plus que mitigée. Pour une Karina Testa qui se donne à fond et une Estelle Lefebure presque aussi bandante et salope qu’une Baby Firefly, on se coltine un Samuel Le Bihan dont le jeu est aussi poussif et hilarant qu’un catcheur de la WWE et un vieux nazi tout naze dont le discours est chiantissime.

Loin d’être raté, le premier film de Gens varie entre le très bon et le très mauvais : une histoire banale mais des moments très gores, des comédiens pas forcément bien dans leurs rôles mais une belle maîtrise technique, un ton très sérieux et dérangeant (la scène de la coupe de cheveux) mais des caricatures et des instants ridicules qui tournent au granguignolesque et à la bouffonnerie. A vouloir trop en donner, Gens n’a pas trouvé le bon équilibre et c’est bien dommage. Le prochain essai sera peut-être le bon.

Commentaires sur le film

Très bon film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

rien à dire de plus.
ce film est génial

12 juin 2010 à 01:06 | Par Pink
Limité, en effet_

1 etoiles

Un film jusqu’au boutiste et qui ébranle de fond en comble, qu’on aime ou pas être ébranlé de la sorte. Faisant partie de la seconde catégorie (qu’est-ce que t’as à vouloir nous ébranler comme ça Xavier ? Quoi, tu veux un coup de boule ?), je rejoins Samuel Tubez pour ce film, bien que n’empruntant pas forcément les mêmes voies. S’il faut certes reconnaître que Xavier Gens frappe un grand coup dans le consensus français, tout ça est limité, pas très original, et ne mérite peut-être en définitive notre attention, que parce que c’est un film réalisé dans un pays rétif au genre. Non, j’ai pas ouvert ma grande gueule pour gâcher la fête. Je profite juste du petit silence de la coupe de cheveux pour la ramener. Parce sinon, on m’entendrait pas, Xavier gueulant beaucoup plus fort tout le reste de ce film.

12 mai 2012 à 16:05 | Par Fred Bau

5 etoiles

super mais très trash.

9 juillet 2017 à 02:07 | Par linette

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 25438 photo 25439 photo 25440 photo 25441 photo 25442 photo 25443 photo 25444 photo 25445 photo 25446
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017
affiche du film
K-Shop
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage