Critique de film

pub

Fresh Meat

"Fresh Meat"
affiche du film

Profitant du transfert de Ritchie dans une prison de haute sécurité, Paulie organise son évasion avec l’aide de Gigi et Johnny. Vite rattrapé par une meute de flics enragés, le gang Tan n’a d’autre choix que de se planquer et décide de prendre en otage la famille Crane. Croyant maîtriser la situation ils ne se doutent pas que derrière la façade de cette famille bourgeoise se cache aussi une famille de cannibales.

pub


Trailer - Fresh Meat (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Fresh Meat - A Bucket of Blood
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

Assurément, la programmation de cette 31ème cuvée du BIFFF restera dans les mémoires voire dans les annales pour les plus gourmands et les veinards qui ont eu le bon goût de participer à la Nuit du fantastique. C’est que l’événement en question aura depuis quelques années transformé dans la bouche des festivaliers la bave habituelle par une écume amère tant la programmation en était peu ragoutante. "Mais ça c’était avant" rappelle judicieusement l’agaçant spot Krys. Car, conscients de devoir exaucer les vœux des derniers survivants desdites nuitées, les orgas ont exhaussé la barre et repassé des plats vachement plus épicés histoire de faire oublier le rance d’antan. Hors-d’œuvre de choix après une entrée savoureuse (Mama) et un plat de résistance à vous exploser les papilles (John dies at the end), Fresh Meat aura aura tenu ses engagements à savoir une énorme dose de chair fraîche de provenance néo-zélandaise, dans le sillage de Black Sheep ou des premières productions de Peter Jackson.

Une filiation d’autant plus évidente que Danny Mulheron, réalisateur pour le coup, prêtait son corps à Heidi l’hippopotame dans Meet the Feebles qu’il avait aussi co-scénarisé. Et tandis que Jackson semble définitivement orienter son foc vers les Hobbits dans sa nanomanie, Mulheron rejoue sur ses grandes orgues une polyphonie déjantée avec rien de moins qu’une bande de gangsters losers (Johnny, spécialiste ès pyrotechnie artisanale un rien empoté, Ritchie et ses penchants travelos, Paulie l’allumé inoffensif et Gigi, la bi en bas) confrontée à une famille qui a récemment lâché la cuisine traditionnelle pour les joies ô combien appétissantes du cannibalisme de droit divin. Et si, dans cette Famille en gore grandeur nature, les Tan et leur gang de midinettes ont les foies, c’est précisément parce que les Crane appliquent presque à la lettre le précepte d’Ophélie Winter, "Dieu m’a donné le foie".

Le récit, après une première partie ultra-bigarrée et doucement déjantée, explose littéralement à l’entame de l’heure de jeu, recouvrant tous les recoins de la maison de banlieue de raisiné bien corsé et offrant à chacun des protagonistes la possibilité de dévoiler ce qu’ils ont dans le calbut. Les pétoires libèrent à peine leur fumée que les carcasses se mettent à pendre au plafond en vue d’une cène plus dantesque que celle qui réunissait le barbu et ses douze poteaux. Fresh Meat est une fresque décapante, un diptyque éblouissant qui rappelle que sur le radeau de Géricault aussi, y avait des cannibales...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 37926 photo 37925 photo 37924
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage