Critique de film

pub

Fille de Jack l'Éventreur (La)

"Hands of the Ripper"
affiche du film

Londres, à la fin du XIXème siècle. La femme de Jack l'Eventreur a découvert qui était réellement son mari. Il la tue, sous les yeux de leur fille Anna, et disparaît. Quelques années plus tard, le docteur John Pritchard, assiste avec son fils à une séance de spiritisme. Le médécin cherche à démontrer qu'il s'agit de pur charlatanisme. A cette occasion, il rencontre Anna, âgée de 17 ans. Un crime effroyable est commis...

pub


Extrait - La fille de Jack l’éventreur (1971)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

La Fille de Jack l’Eventreur - Une Oeuvre légendaire !
Par : Quentin Meignant
Tags : Psychologique, Serial killer, Hammer

La fille de Jack l’éventreur fait partie de la glorieuse histoire de la légendaire société de production britannique Hammer. C’est sans doute un des films qui a le plus marqué les esprits de l’époque et qui représente au mieux le génie horrifique de nos amis d’Outre-Manche !

Le réalisateur de ce film est loin d’être un inconnu puisqu’il s’agit de Peter Sasdy. Le réalisateur anglo-hongrois est loin d’être un inconnu et s’est notamment signalé par les excellents Comtesse Dracula en 1971 et Un étrange réveil, qui fait partie du plan de sauvetage Hammer : La Maison de tous les Cauchemars, mais il a aussi signé les nettement moins bons Treizième Réunion et Visiteur d’Outre-Tombe.

La question était donc de savoir si Sasdy allait nous offrir une oeuvre chatouillant les sommets ou titillant les bas-fonds du cinéma de genre ! La réponse tombe net dès les premières scènes du film : Sasdy a choisi la première option et est bien décidé à nous livrer une pure merveille !

Ce challenge valait réellement la peine d’être relevé car parler de Jack l’Eventreur dans le pays de la Reine Mère est un peu risqué et synonyme de scandale ! Avant même de parler de la qualité du film, attardons-nous une petite seconde sur ce qu’a osé Sasdy : durant le film, le réalisateur se permet d’accuser ouvertement (par le biais d’une voyante) un des membres de la noblesse anglaise des meurtres perpétrés par Jack l’Eventreur ! Chose qui, il faut bien l’avouer, est plutôt rare même encore de nos jours dans un pays où la Famille Royale est (trop) déifiée ! Cela valait la peine d’être signalé et, juste pour cela, l’ami Peter aurait déjà mérité des félicitations.

Mais Sasdy ne s’arrête pas là ! Il nous livre un film comme seule la Hammer savait en produire : mystérieux, envoûtant, sombre à souhait, gore à ses heures et d’une esthétique très recherchée ! Le scénario laisse ainsi planer le doute jusqu’au bout ! A-t-on à faire à une histoire de possession, de fantôme ou de confusion mentale ? En fait, la réponse est tout simplement en nous ! Sasdy nous donne les clés et nous laisse une interprétation totale de son oeuvre.

La mise en scène est d’une incroyable qualité et donne réellement au spectateur l’imprerssion d’être concerné par l’intrigue, de ne faire qu’un vaec cette jeune fille perdue et ce docteur un peu fou. Ainsi, la plongée dans les bas-fonds de Whitechapel est phénoménale et une curieuse sensation de gêne s’empare de nous à la vue de toute cette misère et de tout ce vice ! Il est aussi important de noter que les décors sont somptueux et en parfaite adéquation avec l’esprit du film ! La maison du Docteur a ainsi été l’objet d’une étonnante recherche esthétique, ce qui donne encore plus d’authenticité aux images qui défilent sous nos yeux !

Les maquillages renforcent encore ce côté « début du vingtième » et, surtout, donnent un réalisme immense aux scènes un peu plus gores ! Le plan de l’énucléation est ainsi d’une qualité qui n’est pas sans rappeler celle présente dans L’enfer des Zombies de l’immense Fulci, les détails en moins ! Bref, on ne s’ennuie pas et même le spectateur un peu gorophile y trouve son compte ! C’est jouissif et de bon goût, sans exagérations.

La musique est quant à elle en parfaite adéquation avec un film qui jouit aussi d’un jeu d’acteurs ultra-performants ! Eric Porter est flamboyant et donne une autre dimension à son rôle de Docteur victime de son humanité. Quant à Angharad Rees, elle nous fait frissonner par son authenticité et ses airs diaboliques ! La puissance de son regard est telle que l’on se demande comment la pellicule a tenu le coup ! Ce duo de choc est complété à merveille par l’excellente Jane Merrow qui nous éblouit par son interprétation d’une femme aveugle et immensément romantique.

Un chef-d’oeuvre ! Un film à voir et à revoir tant il est une pure réussite à tous points de vue ! Pas un seul défaut n’est à noter si ce n’est qu’un film d’une telle qualité devrait durer plus de temps, rien que pour notre plaisir ! Un vrai bonheur !

Commentaires sur le film

hammer for ever

4 etoiles

un film hammer avec décor soigné d’’époque victorienne réusi...à voir !

20 mars 2009 à 02:03 | Par olipacha

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 23434 photo 23435
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage