Critique de film

pub

Faute (La)

"La culpa"
affiche du film

Dans les années 70, Anna, une gynécologue, pratique des avortements illégaux dans son cabinet privé au rez-de-chaussée de chez elle. Quand Gloria, une jeune maman célibataire et infirmière, commence à travailler dans le même hôpital, Anna les accueille elle et sa fille en échange de l’aide de Gloria. Gloria commence vite à s’inquiéter après une série d’événements bizarres. Mais quand elle tombe enceinte, la situation ne fait qu’empirer…

pub


Trailer - La faute (2006)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de La faute - A qui la faute ? A Serrador bien sûr...
Par : Damien Taymans

Pour concurrencer quelque peu les Américains et leurs terribles épisodes des Masters of Horror, le producteur Julio Fernandez décide de lancer un équivalent sur la péninsule ibérique. Ainsi naît Seis pelliculas para no dormir où vont se côtoyer six réalisateurs réputés du cinéma horrifique espagnol : Mateo Gil, Jaume Balaguero (et son fameux A louer), Alex de la Iglesia, Enrique Urbizu, Narciso Ibanez Serrador et Paco Plaza.

Seulement, comme dans toutes les séries mises en place sur le thème de l’horreur, on a droit à des événements de qualité fort inégale. Alors que le métrage de Balaguero séduit par son extraordinaire qualité filmique et que celui de de la Iglesia ravit via son style incomparable, La faute est loin d’être une franche réussite et vient ternir quelque peu la réputation de cette série qui avait pourtant commencé sur les chapeaux de roue. C’est lui-même qui avait été à l’initiative des Historias par no dormir lancées dans les années septante pour redynamiser le monde horrifique. Serrador semble s’être arrêté aux années 70’s et montre des signes de faiblesse par rapport à d’autres maîtres du genre qui ont évolué, eux.

Pédalant dès le début dans un vide abyssal, Serrador nous impose une histoire terne, sans consistance se déroulant dans les années 70 (on vous dit qu’il ne les a pas quittées, ces fameuses années…). Sous des dehors dramatiques, l’intrigue choque davantage par sa vacuité que par les idées mises en place. Alors que le sujet est des plus tabous (surtout dans l’Espagne franquiste, pensez donc l’homosexualité et l’avortement), aucune atmosphère n’est jamais créée et une carence majeure qui alourdit considérablement les paupières de spectacteurs lassés par tant de non-pectacle. Transformant les personnages en fantômes édulcorés et son intrigue en gruyère espagnol, Serrador tente dans un ultime souffle de récupérer les plus aguerris par l’entremise d’un twist inutile et hautement prévisible.

Monsieur Serrador, bornez-vous à être le grand rassembleur mais, de grâce, ne participez plus au-delà de ça…

Commentaires sur le film

la culpa

0 etoiles

28 octobre 2009 à 15:10

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 22801 photo 22802 photo 22803 photo 22804 photo 22805
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage