Critique de film

pub

Fantômes contre Fantômes

"The Frighteners"
affiche du film
  • Année de production : 1997
  • Réalisateurs : Peter Jackson
  • Scénaristes : Peter Jackson, Fran Walsh
  • Acteurs : Jeffrey Combs, Michael J. Fox, Jake Busey, Peter Dobson, Trini Alvarado
  • Musique : Danny Elfman
  • Genre : Fantastique – Comédie fantastique
  • Pays d'origine : USA, Nouvelle-Zélande
  • Durée : 1h40
  • Budget : 30 millions de Dollars
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Meilleurs effets spéciaux à Sitgès 1997 Nominé pour la catégorie Meilleur film à Sitgès 1997 Nominé comme Meilleur film à l’International Horror Guild 1997 Nominé dans les catégories meilleur acteur (M. J. Fox), meilleur film d’horreur, meilleur réalisateur, meilleur maquillage, meilleure musique, meilleurs effets spéciaux, meilleur acteur de second tôle (Jeffrey Combs) et meilleur scénario aux Saturn Awards 1997

Un architecte médium arnaque les habitants de sa ville avec l'aide de ses amis revenants. Lorsque plusieurs habitants ont des infarctus, il est le coupable idéal aux yeux de la population. Il va devoir faire appel aux fantômes pour s'en sortir et affronter un véritable spectre-tueur...

pub


Trailer - Fantômes contre fantômes (1997)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Fantômes contre fantômes - Quand comédie rime avec génie
Par : Damien Taymans

Fantômes contre fantômes est le sixième long-métrage de Peter Jackson. A l’époque, le prodige néo-zélandais a signé trois comédies horrifiques devenues cultes dont les fabuleux Bad Taste et Braindead avant de signer un drame admirable encensé par les critiques, à savoir Créatures célestes. Dès lors, avant que le réalisateur ne signe sa trilogie de la Communauté de l’anneau et son King Kong, le présent métrage se situe un peu avec le cul entre deux chaises, errant au beau milieu d’une filmographie consacrée à un tout autre genre.

Au départ, le film était destiné à une diffusion plus filtrée par le biais de la série des Contes de la crypte. Mais le producteur, séduit par le scénar original de Jackson et de son compère Frances Walsh (qui depuis Les Feebles en 1991 n’a plus lâché son ami Peter), décide d’en faire un long et de le porter à l’écran. Seulement, Peter Jackson impose ses conditions : le tournage se fera en Nouvelle-Zélande, arguant que le tournage dans son pays natal coûtera moins cher à la production. Dès lors, quelques petits éléments sont apportés au décor pour le rendre crédible pour le public américain (contrairement à la Nouvelle-Zélande, on roule à droite dans le film !).

Ce qui frappe avec ce film, c’est la découverte entérinée du génie de son auteur. Désormais, comme les plus grands, Jackson sait faire de tout avec une certaine aisance. Mieux que cela, tout ce qu’il touche se transforme de suite en or. Alchimiste cinéaste donc qui parvient à faire d’une simple comédie fantastique un chef-d’œuvre au scénar complexe et à la mise en scène irréprochable. Car le film n’est pas à prendre à la légère et une analyse approfondie met une nouvelle fois en exergue le talent qui anime le virtuose océanien.

D’abord, le film surprend par ses effets spéciaux extrêmement bien foutus (réalisés, il faut le rappeler, pour une somme minime) alors que d’autres métrages disposant d’un budget supérieur n’atteignent pas le quart de la qualité de celui-ci.

Ensuite, il y a un scénario en béton dur. Trois histoires cohabitent et s’entrecoupent sans cesse : un homme hanté par la mort accidentelle de sa femme, un tueur en série revenu d’outre-tombe pour continuer ses crimes et un chasseur de fantômes qui arnaque son prochain en le faisant croire à un poltergeist. Chacune des histoires aurait mérité un métrage complet. Mais Jackson parvient à superposer les couches, à les lier étroitement sans jamais se perdre ni nous égarer. Mieux encore, il nous offre même une scène d’anthologie à nous couper le souffle. Ainsi cette course poursuite dans l’ancien hôpital où alternent visions contemporaines et flashbacks sur les méfaits du duo de tueurs est d’une qualité jusqu’à ce jour encore inégalée.

Enfin, le réalisateur prend un malin plaisir à jongler avec les différents genres. Il passe sans heurts de la comédie pure (notons l’étonnante prestation de Michael J. Fox) à l’action, de l’horreur au grotesque, du thriller au film d’aventure. Et, de bout en bout, avec le doigté d’un prestidigitateur, il nous bluffe et nous enchante.

En bref, un véritable plaisir pour les yeux et les zygomatiques. Mieux que cela, une perle rare bien plus fine et précieuse que ce que les critiques de l’époque ont pu en dire…

Commentaires sur le film

4 etoiles

Peter Jackson avait déjà montré avec Bad Taste et Braindead qu’il possédait le talent nécessaire pour faire des grands films d’horreur, quelque soit le budget, et, ici, il ne fait que confirmer ce fait. Fantômes contre fantômes, bien que nettement moins gore et violent que les deux films cités ci-dessus, n’en demeure pas moins un film d’immense qualité et est tout aussi disjoncté.

22 septembre 2008 à 16:09 | Par Haddonfield

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 22733 photo 22734 photo 22735 photo 22736 photo 22737 photo 22738
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage